Paris.fr
Accueil

Les monstres de Mayuko de Marie Caillou

14 Nov

Une digression, un hors sujet, une erreur ?

Mayuko

Effectivement, les Monstres de Mayuko n’est pas un manga mais une bande dessinée grand format, cartonnée, conçue par une dessinatrice française : Marie Caillou. Mais, il est bien question du Japon, et avec la petite Mayuko, nous effectuons un périple mouvementé où l’on rencontre des Yokais, étranges créatures issues du folklore japonais, esprits facétieux, voire inquiétants, dotés de pouvoirs magiques…

L’album s’ouvre sur une illustration pleine page : dans une lueur bleutée, hivernale, un petit hameau au loin sommeille au cœur d’un paysage enneigé, montagneux. Sur le devant de la scène, Mayuko, petite fille espiègle bombarde de boules de neige deux idoles porte-bonheur installées à proximité des habitations : le renard Kitsuné et le chien Tanuki. Même si l’histoire semble s’inscrire durant la période féodale, cette première page annonce surtout le temps du conte et un univers onirique propre au Japon.

Le soir, Mayuko est prise d’une forte fièvre. Réveillée par un renard à corps humain qui ne lui laisse pas le choix, elle est emmenée dans une forêt des plus insolites…. Ce renard n’est autre que Kitsuné :  esprit surnaturel et animal polymorphe. Il fait croire à Mayuko qu’il va aller chercher sa maman Okasan mais rien de tout cela ne paraît vrai, réel et bientôt les murs de la chambre se transforment et  la forêt l’enveloppe… commence alors le périple de Mayuko.

A l’entrée de la forêt, échappant à la vigilance du renard, elle rencontre une étrange créature asexuée, écarlate, des plumes dans le dos et au nez immense (sur lequel Mayuko effectuera un court voyage). Cette créature se nomme Tengu, un Yokai au nez démesuré. Il est le propriétaire et le gardien de la forêt.

Autre rencontre décisive : Tanuki, l’idole porte-bonheur du début mais qui dans la forêt est devenu bien vivant. Tanuki est un chien qui a l’apparence d’un raton laveur. Il est lui aussi un Yokai,  l’un des esprits de la forêt. Ventru, il porte un large chapeau de paille et tient à la main une gourde de saké. Animal polymorphe tout comme Kitsuné, il se transforme à volonté : il devient une théière, se métamorphose en renard au point de prendre les traits de Kitsuné. Il jouera ainsi grâce à ses ruses un méchant tour à la petite Mayuko… Il la conduira au temple de la reine impassible où un étrange cérémonial du thé attendra la petite fille…

Les monstres de Mayuko est un voyage dans le folklore et l’onirisme japonais porté par un dessin très réussi. Les formes sont élégantes. Le rouge vif voisine avec des bleus foncés et des verts délicats et certaines planches peuvent évoquer une estampe.

Mayuko37

A découvrir …. Vous pourrez emprunter cette bande dessinée dans les bibliothèques de la ville de paris.

Une précision : malgré  un visuel parfois enfantin, ce titre ne s’adresse pas à des enfants trop jeunes, certaines planches proposent un dessin pouvant être perçu comme effrayant.

Share

No comments yet

Leave a Reply