Paris.fr
Accueil

Bonne nuit Punpun, d’Inio Asano

5 Feb

Bonne-nuit-Punpun-1-kana
Un héros à part, pour une œuvre inclassable

Malgré un titre enfantin, le manga d’Inio Asano ne s’adresse pas aux jeunes lecteurs. Dans ce titre que vous retrouverez facilement dans nos rayonnages par ses couvertures monochromes, vous suivrez Punpun et le verrez grandir au fil des 13 tomes.

Le premier volume pose d’emblée le ton : le père de Punpun est incarcéré après qu’il ait envoyé sa mère à l’hôpital. La mère de Punpun, 9 ans, est totalement lunatique et ne peut s’occuper convenablement de son fils. Elle fait alors appel à l’oncle de Punpun, marginal aux histoires d’amour compliquées, pour l’aider à tenir le foyer. Personne ne comprend vraiment Punpun, il se sent souvent seul. Alors il s’adresse parfois à Dieu, qui, du haut de son nuage, l’écoute derrière ses grosses lunettes et sa coupe afro.

On s’en rend vite compte, Asano mêle dans son récit un réalisme à la fois sordide et délicat à l’imagination enfantine de notre héros. Punpun et ses proches seront d’ailleurs toujours représentés comme des poussins, dessinés sommairement là ou le reste de l’histoire présentera un trait fin et détaillé.

Qu’on ne s’y trompe pas, ce subterfuge n’enlève pas l’humanité des personnages, bien au contraire : les pensées et paroles de ces protagonistes deviennent alors d’autant plus marquantes et fortes de sens, parfois traumatisantes sous le prisme enfantin…

En résumé, Bonne nuit Punpun parle d’enfance mais pas que : il évoque également avec une grâce naïve la solitude, l’amour, l’amitié, la différence, la sexualité, ou les petits bonheurs de la vie.

A lire aussi : Solanin, titre dans lequel Asano offre un délicat traitement du deuil.

Share

No comments yet

Leave a Reply