Paris.fr
Accueil

Travestissement : une leçon de tolérance ?

23 Fév

Vous connaissez sûrement une de ces trois séries, voire les trois.

SG1pj1FC1
Si ce n’est pas encore le cas, lancez-vous ! Toutes les trois abordent d’une manière ou d’une autre le thème du travestissement.
Dans Switch Girl, de Natsumi Aida, on fait la connaissance de Nika, très jolie lycéenne, très populaire. Mais très vite on apprend qu’elle a deux modes, « on » et « off ». Elle est persuadée, au début, que l’apparence est le plus important, du coup en mode « on » elle est telle qu’on voudrait qu’elle soit, en mode « off », telle qu’elle aimerait être. Au fil des volumes on voit que ce travestissement n’est peut être pas nécessaire. On a tous le droit d’être différent.

SWG Nika
Dans Princess Jellyfish, de Akiko Higashimura, il est toujours question de travestissement, mais employé différemment. Higashimura y raconte l’histoire d’un groupe de filles qui vivent façon otaku dans une grande résidence, chacune ayant des centres d’intérêts différents. Elles se rejoignent sur un point, elles ont horreur des gens « beaux », forcement vains et superficiels. Justement, une très jolie fille se prend d’amitié pour elles. A partir de ce point de départ, qui use, on le verra de différente manière le thème du travestissement, l’auteur met en avant le fait que le plus important c’est d’être soi même : l’apparence ne serait-elle pas qu’une façade ?

PJ 2
On retrouve toutes ces thématiques dans le classique Family Compo, de Tsukasa Hojo. Ici dès le départ tout semble évident : on a le papa, la maman, et leur jolie fille. Mais très vite avec l’arrivée de leur neveu, le jeune Masahiko, on réalise que tout n’est pas si simple. Ici le travestissement retrouve sa définition première : son oncle s’habille en femme et sa tante en homme. Ils inversent ainsi les rôles traditionnels, et leur jolie fille, Shion, n’est pas en reste (je vous laisse le plaisir de découvrir la suite en lisant toutes ces aventures rocambolesques !) Tout cela est abordé avec beaucoup d’humour, comme toujours avec Hojo, et par ce biais, il nous aide à garder un esprit ouvert : derrière tout ça, il y a surtout un très bel hymne à la tolérance, le respect de l’autre quel qu’il soit.

family-compo-shion
Cette conclusion résume bien le fond de ces trois mangas. Soyez différents, soyez-vous-même !
Retrouvez tous ces mangas dans vos bibliothèques préférées!
Bonne lecture.

Share

No comments yet

Leave a Reply