Paris.fr
Accueil

Mois Mitsuru Adachi : Niji iro Tohgarashi

3 Aug

niji_iro_01-2

Dans le Japon médiéval appartenant à un autre monde, le jeune pompier Shichimi apprend de sa mère mourante qu’il a 6 demi-frères et sœur, tous nés d’un même père,mystérieux séducteur volage, mais d’une mère différente. Intrigué, il décide de se mettre en quête de sa fratrie et, les ayant retrouvés, va entreprendre en leur compagnie un long périple par tout le pays pour réaliser un haka-mairi ou pèlerinage sur les tombes des mères de chacun.

Niji-iro 1_shichimi

Pour Shichimi, ce voyage de recueillement sera l’occasion de faire connaissance de sa famille nouvellement découverte, et notamment de sa soeur Natane dotée d’un caractère aussi bien trempé que les sabres qu’elle manie en experte…

2_natane

Avec sept protagonistes dont les noms sont inspirés des sept épices japonaises qui composent le fameux mélange sichimi tôgarashi, aussi connu sous le nom de  nana-irô tôgarashi, l’aventure s’annonce piquante…

Niji-iro 2_natane Niji iro 3

A côté de la production dont nous régale habituellement Mitsuru Adachi, Nijiiro tohgarashi fait figure de relatif ovni : le monde contemporain au quotidien qu’il affectionne est délaissé au profit d’un drôle d’Edo recomposé où tradition et technologie, katana et missiles se côtoient.

Le genre est lui aussi tout différent dans la mesure où nous avons là non plus une compétition sportive sur fond de romance où le temps s’écoule paisiblement, mais un road movie, récit d’aventures dynamique où les scènes d’action ne manquent pas. On notera à ce sujet la grande qualité quasi cinématographique du découpage et du rendu particulièrement fluide des combats qui émaillent l’histoire.

Que l’on se rassure: il y a toujours une intrigue amoureuse, certes, mais celle-ci n‘occupe pas le devant de la scène et s’entrelace à d’autres thèmes parmi lesquels les liens qui sous-tendent une fratrie, la quête du père, l’amour d’une mère, la tolérance vis-à-vis de l’autre, le tout sur fond de complots et d’invasion extraterrestre…

C’est un fourmillement dont on n’a pas l’habitude mais au sein duquel on retrouve avec plaisir la « patte » du maître dans ce qu’il a de plus attachant: ses rebondissements faits de situations cocasses et de quiproquo… sans oublier son incomparable humour par l’absurde et ses nombreux clins d’œil à la vie de mangaka.

Niji iro 4

Série en 11 tomes, à découvrir dans dans les bibliothèques parisiennes.

 

Share

No comments yet

Leave a Reply