Paris.fr
Accueil

Le coup de coeur de Louise

3 Sep

Louise, 84 ans, a aimé :

Les insurrections singulières de Jeanne Benameur

Antoine, la quarantaine, se cherche aussi bien dans son boulot à l’usine que dans sa vie personnelle. Héritage familial, relation amoureuse et militantisme syndical sont les thèmes qui participeront au bouleversement intérieur de cet homme, entre France profonde et délocalisation brésilienne. « Parce que les révolutions sont d’abord intérieures. Et parce qu’on n’a pas l’éternité devant nous. Juste la vie. »

« Certains diront que c’est un roman quelconque », mais Louise me l’a confirmé au téléphone et de vive voix : Les insurrections singulières de Jeanne Benameur est un « livre merveilleux » qu’elle aurait aimé acheter si je ne lui avais pas apporté.

Louise est une dame âgée, mais « ce n’est pas parce qu’on est vieux qu’on n’aime que les livres du passé ». Le passé, on l’a déjà vécu, il faut désormais aller de l’avant, et cela vaut aussi pour la littérature : ne pas rester figé dans une époque révolue, et s’intéresser au présent. C’est sur ces critères que je me base lorsque je choisis les documents à lui faire découvrir. Le livre de Jeanne Benameur est un livre « moderne », « en plein dans la vie », un « roman d’aujourd’hui ».

Louise a été touchée par ce roman auquel elle attribue un aspect philosophique. Antoine, le personnage principal, met la main sur de vieux carnets dans lesquels son père faisait le bilan de chaque journée passée.

« Bientôt mon œil est attiré par les passages les plus courts. Certains jours, juste la daté notée. Le trait bien tiré dessous.
Et rien.
Ce sont ces jours de rien qui me bouleversent.
Le besoin de noter la date. Quand même.
Parce qu’un jour ne peut pas totalement se perdre ? »

Louise me dit que ça la fait réfléchir. Cette idée que même les petites choses du quotidien, visiblement sans importance, ne doivent pas être dévalorisées, ou considérées comme des riens. Un baiser avant de partir, un sourire amical, une quelconque émotion, tout cela ne doit pas être rien. « Il se passe toujours quelque chose si on cherche »

« Ça m’a renvoyée à moi-même. Je pense qu’il faut avoir une passion, et s’accrocher dans la vie pour y arriver. » La discussion dévie un instant sur la fille de cette voisine qui change d’ambitions comme de culottes. Cela la désespère…

Une écriture simple et fluide finit de conquérir le cœur de Louise. Une vraie belle découverte.

Découvrez ce livre dans les bibliothèques parisiennes.

 

No comments yet

Leave a Reply