Paris.fr
Accueil

Pauline, volontaire à Parmentier

11 Sep

Pauline est volontaire Port’âge de la bibliothèque Parmentier. Elle nous raconte comment le Port’âge a changé ses plans d’avenir.

Photo interview

Présente-toi en 3 mots.

Joyeuse, gentille et stressée.

Pourquoi fais-tu un service civique ?

Pour ne pas perdre mon temps. J’ai arrêté mes études et au lieu de chercher que faire de ma vie sur mon canapé ou de faire des hamburgers, j’ai voulu faire quelque chose de concret. Et surtout, c’est Sarah, une ancienne volontaire d’Hélène Berr qui m’en a parlé.

Pourquoi le Port’âge ?

Parce ce que c’est une mission en bibliothèque, et que j’aime bien lire, même si j’ai eu peu de temps pour le faire cette année. Et je viens d’une famille où l’on s’occupe des personnes âgées.

C’est particulier pour toi, tu as un tuteur et deux tutrices. Donne une qualité et un défaut pour chacun d’eux, sans les nommer.

En qualité, je dirai : attentifs, très sympa et drôle. C’est valable pour les trois. En défaut : parfois absent, peut s’échauffer vite, parle constamment à son ordinateur (rires). Ils se reconnaîtront, je pense (rires).

Que veux-tu faire après le Port’âge ?

Je veux continuer à m’occuper des personnes âgées, sur un plan d’animation et de loisirs. Je veux leur changer les idées.

C’est ce que tu voulais faire, ou l’idée t’est venue avec la mission ?

C’est avec le Port’âge. Au début, je voulais travailler en bibliothèque, mais par la suite, l’aspect humain a pris le dessus, et modifié mes envies.

Un moment fort ou une anecdote à nous raconter sur ta vie à la bibliothèque ?

Il y en a pas mal. Je dirai Patrick, l’un de mes tuteurs, debout sur une chaise, une règle à la main, qui tape sur les luminaires pour qu’ils fonctionnent bien, qu’ils arrêtent de clignoter à cause d’un faux contact.

Tu te sens intégrée à l’équipe ?

Oui ! Oh oui ! Finalement, comme je suis curieuse, j’ai beaucoup observé et posé des questions sur ce qui se passait à la bibliothèque, et je fais partie de la « machine ».

Un moment fort ou une anecdote à nous raconter à propos d’un(e) bénéficiaire ?

Une bénéficiaire qui me parle de certaines vieilles brûlures qu’elle a, se lève, et baisse son pantalon pour me montrer une cicatrice.

Le métier de bibliothécaire correspond-il à l’idée que tu t’en faisais ?

Oui, j’en avais une vision assez juste parce que j’ai une année de formation en DUT Métiers du Livre. Je savais que ce métier n’a rien à voir avec l’idée que les gens s’en font en général.

Et un service civique européen, ça pourrait te tenter ?

Oui. Peu importe le domaine du moment qu’il est intéressant. J’aurai aimé un service civique en Asie, mais s’il doit être en Europe, j’irai bien en Italie.

 

La speed interview

 

Pourquoi le BN sourit-il alors qu’il va se faire manger ?

Parce qu’il est heureux de se faire manger, sa vie touche enfin son but.

Les Extra-terrestres croient-ils en nous ?

Vaudrait mieux pas pour eux. S’ils débarquaient, ils se feraient tuer à tous les coups.

Quel est ton plat préféré et ton plat détesté?

Je n’ai pas de plat préféré. J’aime tout, sauf la rhubarbe.
Quand l’homme a découvert que la vache donnait du lait, que cherchait-il à faire ?

Un truc vraiment cochon (rires).

Boire, fumer, manger gras, sucré et salé. Pourquoi tout ce qui est bon est mauvais pour la santé ?

Parce que ce qui est bon est toujours moins intéressant. Et manger ce qui n’est pas bon nous permet de nous transformer en petite boule.

Prochain lieu à visiter ou vivre ?

Séoul ! C’est mon grand rêve. D’ailleurs, il ne faut pas le dire, mais je me mets au coréen.

No comments yet

Leave a Reply