Paris.fr
Accueil

Son absence d’Emmanuelle Grangé

25 Oct

son-absence « On a attendu une lettre, un coup de fil, le meilleur comme le pire de François « 

Comment une famille peut-elle survivre face à la disparition puis à l’absence d’un des siens, surtout quand elle est volontaire et inexpliquée ?

Sa dernière lettre avait pourtant prévenu : « Vous ne me reverrez plus. Ne cherchez pas à avoir de mes nouvelles, ne vous faites pas de soucis. Je vous embrasse. François ». C’est donc au terme de vingt ans d’absence que la famille Munch – le père, la mère et cinq des six enfants – se retrouve au Tribunal dans la situation insolite s’il en est qui consiste à entériner l’absence d’un des siens par une « déclaration d’absence » ayant la même valeur juridique qu’un décès, une forme d’enterrement.

En courts chapitres, chacune des voix de la famille se fait entendre, notamment celles les deux soeurs – dont la jumelle du disparu – particulièrement marquées. L‘avant et l’après-disparition marquent le passé et le présent de chacun. On se remémore beaucoup, on essaie sans doute de comprendre mais seule une des soeurs aura la clé grâce à un carnet laissé par François, et on finit peut-être par l’accepter cette absence qui occupe tant de place.

Un sujet douloureux traité par touches simples et subtiles.

Retrouvez ce titre dans les bibliothèques de la Ville de Paris

Share

No comments yet

Leave a Reply