Paris.fr
Accueil
Archive by Author

Premiers Romans 2016

2 Mar

Avant la rencontre du samedi 11 mars à la bibliothèque Vaugirard, redécouvrez la sélection 2016 des titres qui vous – et nous – ont le plus marqués tout au long de l’année.

Sélection premiers romans 2016

Une sélection que vous retrouvez aussi sur le portail des bibliothèques de prêt : http://bit.ly/2kqcTT8

 

Des premiers romans 2016 qui sont également mis à l’honneur sur la bibliothèque numérique de la Ville de Paris : http://bit.ly/2lxOv2 Conditions d’accès et de prêt : ici

 

 

 

Share

Prix Senghor 2016 : « Anguille sous roche » d’Ali Zamir (Le Tripode)

1 Nov

     L’écrivain comorien Ali Zamir, âgé de 27 ans, qui vit sur l’île d’Anjouan, est le lauréat 2016 du prix Senghor du premier roman francophone et francophile pour Anguille sous roche aux éditions Le Tripode.                                                                                                                                                                       L’élection entre les 12 finalistes a eu lieu le 30 septembre dernier au centre Wallonie-Bruxelles de Paris, dans le cadre du Festival Francophonie métissée.

Soirée de remise du Prix Senghor 2016 au Centre Wallonie-Bruxelles autour du lauréat, Ali Zamir pour son ouvrage Anguille sous roche. © vinciane verguethen/voyez-vous

Soirée de remise du Prix Senghor 2016 au Centre Wallonie-Bruxelles autour du lauréat, Ali Zamir pour son ouvrage Anguille sous roche. © vinciane verguethen/voyez-vous

Soirée de remise du Prix Senghor 2016 au Centre Wallonie-Bruxelles autour du lauréat, Ali Zamir pour son ouvrage Anguille sous roche. © vinciane verguethen/voyez-vous

Soirée de remise du Prix Senghor 2016 au Centre Wallonie-Bruxelles autour du lauréat, Ali Zamir pour son ouvrage Anguille sous roche. © vinciane verguethen/voyez-vous

Soirée de remise du Prix Senghor 2016 au Centre Wallonie-Bruxelles autour du lauréat, Ali Zamir pour son ouvrage Anguille sous roche. © vinciane verguethen/voyez-vous

Soirée de remise du Prix Senghor 2016 au Centre Wallonie-Bruxelles autour du lauréat, Ali Zamir pour son ouvrage Anguille sous roche. © vinciane verguethen/voyez-vous

Soirée de remise du Prix Senghor 2016 au Centre Wallonie-Bruxelles autour du lauréat, Ali Zamir pour son ouvrage Anguille sous roche. © vinciane verguethen/voyez-vous

Soirée de remise du Prix Senghor 2016 au Centre Wallonie-Bruxelles autour du lauréat, Ali Zamir pour son ouvrage Anguille sous roche. © vinciane verguethen/voyez-vous

Soirée de remise du Prix Senghor 2016 au Centre Wallonie-Bruxelles autour du lauréat, Ali Zamir pour son ouvrage Anguille sous roche. © vinciane verguethen/voyez-vous

Soirée de remise du Prix Senghor 2016 au Centre Wallonie-Bruxelles autour du lauréat, Ali Zamir pour son ouvrage Anguille sous roche. © vinciane verguethen/voyez-vous

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques retours de la presse sur cette remise de prix :

www.actualitte.com/article/culture-arts-lettres/le-prix-senghor-2016-pour-anguille-sous-roche-d-ali-zamir/67288

http://www.lci.fr/livre/avec-anguille-sous-roche-ali-zamir-assure-l-avenir-de-la-litterature-francophone-2005799.html

http://www.livreshebdo.fr/article/le-11e-prix-senghor-ali-zamir

http://www.madaplus.info/Remise-du-Prix-Senghor-2016–dans-le-cadre-du-Festival-Francophonie-metissee-ce-30-septembre-2016-au-Centre-Wallonie_a11312.html

http://afrique.lepoint.fr/culture/ali-zamir-raconter-pour-vivre-16-09-2016-2069021_2256.php

http://www.alwatwan.net/index.php/societe/13893-ali-zamir-decroche-le-onzieme-prix-senghor-de-la-litterature-d-expression-francaise

Un titre que vous pouvez emprunter dans les bibliothèques municipales parisiennes.

Et qui mieux qu’Ali Zamir lui-même pour raconter l’histoire d’Anguille sous roche :

 

 

Share

Premiers romans et prix littéraires 2016

20 Sep

Les 10 titres retenus pour le prix Premier roman français 2016 viennent d’être dévoilés. Retrouvez ici la sélection.

Des premiers romans qui sont également présents dans les premières sélections de grands prix littéraires : 

– Gaël Faye avec Petit pays (Grasset), déjà lauréat du prix du roman Fnac, est en lice pour les prix Goncourt, Femina et Médicis

– Frédéric Gros avec Possédées (Albin Michel) est lui aussi en lice pour les prix Goncourt et Femina, ainsi que pour le prix Renaudot

– Negar Djavadi avec Désorientale (Liana Levi) complète quant à elle la première sélection du prix Femina

– Arnaud Sagnard avec Bronson (Stock) est aussi en lice pour le prix Médicis, ainsi que pour le prix de Flore

  Egalement dans la sélection pour le prix de Flore : Cédric Gras avec Anthracite (Stock) et Elitza Gueorguieva  avec Les cosmonautes ne font que passer (Verticales)

Retrouvez ces titres ainsi que l’ensemble des premiers romans de l’année dans vos bibliothèques.

L’heure de la sélection approche à grands pas…nous comptons sur vos avis nombreux !

 

 

 

 

Share

« Comme neige » de Colombe Boncenne aux éditions Buchet-Chastel

3 May

Comme neige / Colombe Boncenne (Buchet-Chastel     De passage à la maison de la presse de Crux-la-Ville, dans la Nièvre, Constantin Caillaud est surpris d’y découvrir Neige noire, un roman d’Emilien Petit qu’il ne connaissait pas. Constantin, qui pensait pourtant avoir  lu l’intégralité de son œuvre, voit là l’occasion de renouer avec Hélène, sa maitresse avec qui il a découvert l’auteur. Mais le roman disparait et « reste introuvable » au moment de leur rencontre. Constantin se lance alors dans une quête effrénée, espérant ainsi retrouver une trace de ce roman. Editeur, entourage, Emilien Petit lui-même : nul ne semble savoir de quoi il s’agit…

     Comme neige est un superbe roman à tiroirs : suspense, romance, quêtes personnelle et littéraire… Colombe Boncenne mêle subtilement ces « petites histoires » pour n’en faire qu’une et nous conduire à un final très réussi. C’est concis, maitrisé et efficace. Une mention particulière pour le regard porté sur le monde de l’édition et des auteurs.

Interview Colombe Boncenne

 

Share

Prix Edmée de la Rochefoucauld 2016

22 Mar

     Ce prix a été créé en 2000 pour rendre hommage à Edmée de la Rochefoucauld, ancienne présidente du prix Femina. Il couronne chaque année un premier roman.

Page de couverture de Today we live d'Emmanuelle PirotteCe prix vient d’être attribué à Emmanuelle Pirotte pour Today we live, l’histoire de la cavale d’un SS infiltré dans l’armée américaine et d’une petite fille juive qu’il a renoncé à exécuter.

En 2015, Miguel Bonnefoy avait lui aussi obtenu ce prix pour Le voyage d’Octavio et le parcours initiatique d’un paysan vénézuélien analphabète. Page de couverture Le voyage d'Octavio de Miguel Bonnefoy

 

Deux romans que vous pouvez retrouver dans notre dernière sélection !

Emmanuelle Pirotte dans l'émission La grande Librairie          Interview Miguel Bonnefoy au festival Etonnants Voyageurs de Saint Malo

 

Share

« Ahlam » de Marc Trévidic aux éditions JC Lattès

17 Mar

Première de couverture du premier roman "Ahlam" de Marc Trévidic aux éditions JC Lattès     Aux débuts des années 2000, Paul, jeune peintre français de renommée mondiale, part s’installer aux Kerkennah, un archipel tunisien, dans l’espoir de trouver de nouvelles sources d’inspiration. Très rapidement, il se lie d’amitié avec Farhat, un pêcheur qui lui fait découvrir les plus beaux endroits de l’archipel. Il noue également une relation privilégiée avec Issam et Ahlam, les enfants de son ami, en leur enseignant respectivement la peinture et la musique. Devant tant de potentiel, il décide de poursuivre le travail de ses parents défunts : mélanger musique et peinture en une seule et même œuvre. Ainsi passent les années. Mais la chute du régime de Ben Ali et la montée de l’islamisme finiront par briser cet équilibre…

     Marc Trévidic est un ancien juge d’instruction, spécialiste de l’antiterrorisme. Prenant comme point de départ l’histoire contemporaine de la Tunisie, il réalise avec Ahlam une brillante œuvre de fiction, réaliste, inquiétante mais non dénuée d’espoir. Il réussit adroitement à rendre ses personnages attachants. La part belle faite aux arts et son opposition au fanatisme rendent le tout très cohérent. Une réussite !

Pour plus d’informations sur Marc Trévidic : cliquez ICI

Interview de Marc Trévidic à La grande librairie

 

Share

« L’homme qui ment » de Marc Lavoine chez Fayard

26 May

L'homme qui ment/Marc Lavoine      Cet « enjoliveur » dont il est question, c’est Lulu, le père de Marc. Personnage haut en couleur, ancien combattant d’Algérie et partisan communiste, il est le noyau dur de la famille Lavoine. Son goût pour l’alcool et les femmes auront finalement raison de lui, fragilisant au passage l’équilibre familial…

     Dans ce roman à caractère autobiographique, Marc Lavoine aborde son enfance avec subtilité. Et réussit à livrer un récit pudique, drôle et émouvant à la fois. C’est avec une certaine tendresse qu’il nous parle de son père Lucien, de sa famille et de son origine modeste en banlieue parisienne, près d’Orly. Avec L’homme qui ment, l’interprète d’ Elle à les yeux revolver tire un grand coup et nous touche en plein cœur !                                                                                                                                                                                                                                             Pour les nostalgiques : 

Elle à les yeux revolver/Marc Lavoine

Share

Kamel Daoud, prix Goncourt du premier roman 2015

6 May

crédits photo : AFP/AFP/Archives

crédits photo : AFP/AFP/Archives

     Kamel Daoud, journaliste et écrivain algérien, vient de recevoir le prix Goncourt du premier roman 2015 pour son titre « Meursault, contre-enquête »pour lequel il avait déjà obtenu les prix François-Mauriac et des cinq continents de la Francophonie en 2014. Belle récompense enfin pour Kamel Daoud, présent dans la dernière sélection du prix Goncourt 2014 et pour ce titre, librement inspiré de L’Etranger d’Albert Camus et qui avait suscité une vague de polémiques lors de sa sortie. Meursault

 

 

     Kamel Daoud est également l’auteur d’un recueil de nouvelles, Minotaure 504, présent dans la sélection des prix Goncourt de la nouvelle et Wepler-Fondation La Poste en 2011.

 

 

 

      Retrouvez ici une interview de Kamel Daoud à propos de Meursault, contre-enquête :

Portrait © DR

Portrait © DR

 

Share

Franz de Jacques Raimon aux éditions Books on Demand

21 Aug

label_centenaire_rond

     François Peretti, tout jeune parisien, est engagé comme soldat au début de la Grande Guerre. Blessé lors d’une attaque, il est fait prisonnier par les troupes allemandes, puis soigné dans un hôpital de la Forêt-Noire. Rétabli, il intègre un camp de travail où il retrouve ses compatriotes : le « petit Fombeur », dont le destin est lié au sien depuis le front, Chapuis, un intellectuel malicieux dont les réparties font toujours mouche, Gervais, qui se voudrait futur curé… D’abord bûcheron, il devient ensuite jardinier, au service d’une jeuneFranz de Jacques Raimon veuve du village, Cornelia von Bohm. La puissance des sentiments se mêlera intimement à l’Histoire, jusqu’au dénouement, à Paris, en juin 1940…

Franz est ancré sur de solides bases historiques et les références y sont nombreuses (Thomas Mann, Guillaume Apollinaire, Charles Baudelaire…). Le portrait de chacun des personnages est brossé avec une attention toute particulière, donnant beaucoup d’humanité à l’ensemble du texte. L’articulation des différentes parties est telle que la lecture en est rendue fluide. Au-delà de l’aspect historique, Franz est avant tout un roman humain où s’entremêlent les sentiments, des sentiments communs face à l’horreur, que l’on soit français ou allemand…coup de coeur !

Share

Autour du « livre » (2)

28 Jul

Voici le second volet de cette saga estivale, avec cette fois-ci, un éclairage particulier sur l’écriture et notamment l’origine des mots…

Le bout de la langue de Jean-Marc Vernoy aux éditions Balland.

Le bout de la langue

     David Griret est un professeur de lettres reconnu à l’université de Paris-Jussieu. Ce spécialiste de Victor Hugo décide, contre toutes attentes, de partir en retraite. Une phrase énigmatique, « il n’y a pas de sécule à pampam » vient progressivement hanter cet amoureux des mots. Il n’aura alors de cesse que d’en rechercher la signification, plongeant ainsi dans un passé intimement lié à l’Histoire…

Le bout de la langue est un court roman. L’écriture soignée, et des références judicieusement utilisées (par deux fois, Walter Benjamin), donnent du relief à l’ensemble. On suit sans relâche le narrateur dans son « enquête », jusqu’au dénouement final…

Share