Paris.fr
Accueil
Archive by Author

La guerre le thème central de plusieurs premiers romans de la rentrée littéraire

15 Sep

La guerre d’Algérie  avant, pendant et après l’Indépendance dans le livre  d’Aurélie Razimbaud « Une vie de pierres chaudes »( éditions Albin Michel)

Dovig  Heonig, 86 ans  dans « Rue du Triomphe » (Editions Robert Laffont)  évoquera  dans un récit largement autobiographique  le destin d’un jeune homme, victime de la répression contre les juifs en Roumanie entre 1941 et 1944 qui  participera ensuite à la fondation de l État d’Israël en 1947.

Plusieurs sagas familiales  relateront  aussi les soubresauts de l’histoire du  XXème siècle :

 Le comédien Philippe  Torreton  s’attachera à La personnalité de son père, envoyé en Indochine faire la guerre dans « Jacques à la guerre » chez Plon.

Marie-Aude Murail auteur de romans à destination de la jeunesse retracera  cette fois-ci pour un public d’adultes  l’histoire de sa famille depuis  la première guerre mondiale jusqu’à nos jours dans « En nous beaucoup d’hommes respirent » aux éditions de l’Iconoclaste.

Bibliothèque Saint-Eloi

Share

Un certain nombre de premiers romans sera consacré à des personnages historiques

10 Sep

Un portrait d’Anna Atkins  une scientifique de l’époque victorienne contemporaine  des pionniers de la photographie W-H.  Fox Talbot et J. Herschel paraitra aux éditions Erick Bonnier sous le titre de «  l’Anglaise d’Azur « ».  Cette femme  volontaire est à l’origine de la production  de plusieurs centaines de cyanotypes à fond bleu  d’algues,  de fougères  et de fleurs  illustrant les découvertes de son père le botaniste  et zoologiste de même nom.

Judith Housez , offrira une fiction,(Editions des Équateurs )   sur « Honoria » princesse romaine  de l’Antiquité tardive, au destin romanesque  qui  eut  une passion amoureuse avec  un affranchi  et  demanda  ensuite  vers  le milieu du 5ème siècle   la main du chef Attila ;.

Clélia Renucci  dans « Concours pour le paradis » chez Albin Michel   s’intéressera à la Venise renaissante avec  l’immense toile du Paradis,  qui vit la rivalité  entre Véronèse et  Le  Tintoret.

« L’été des quatre rois » de Camille Pascal aux éditions Plon nous fera revivre les événements de juillet 1830 et la succession  sur le trône en deux mois  de  quatre rois : Charles X, Louis XIX, Henri V et Louis-Philippe.

François-Xavier Delmas dans « Ma vie de saint » chez Anne Carrière met en parallèle sa propre vie avec celle de son saint patron, cofondateur de l’ordre des jésuites et missionnaire en extrême orient au Japon et en Inde

  A paraître  aussi aux éditions Autrement une biographie romancée  de  Jacques Brel aux Marquises « Mourir n’est pas de mise : Brel les dernières années »  par David  Hennebelle

 

Bibliothèque Saint-Eloi

Share

La rentrée Littéraire 2018

5 Sep

Selon Livres Hebdo ,  une source de presse  commune  aux libraires et aux  bibliothécaires,  94 premiers romans sont annoncés pour la rentrée littéraire 2018.

Les bibliothèques de la Ville de Paris  ont d’ores et déjà repérés   75 titres .

Le benjamin  de la sélection  est âgé de  22 ans. Dans son roman

 « La Purge » (Editions Julliard), Arthur Nesnidal ,

nous  raconte son expérience dans une classe d’ Hypokhâgne.,

Le  doyen Dov Hoenig,  86 ans rapporte  dans

« rue du triomphe« (Edition Robert Laffont) ses souvenirs de la persécution nazie contre les juifs en Roumanie puis son adhésion à la création de l’Etat d’Israël en 1947.

Voici la liste complète :

AUTEUR TITRE EDITEUR
Adler, Patrick Un père et passe le Sémaphore
Aidara, Aminata Je suis quelqu’un Gallimard
Alaoui, Meryem La vérité sort de la bouche du cheval Gallimard
Albecker, Marie-Fleur Et j’abattrai l’arrogance des tyrans Aux forges de Vulcain
Ambrosini, Isabelle Les secrets de la montagne : une histoire de famille en héritage Cerf
Arcelin, Laure Un écrivain R. Laffont
Arnaud, Juliette Comment t’écrire adieu Belfond
Badea, Andreea Liliana La traversée de nos rêves Mazarine
Baranger, Jonathan Chokolov city Champ Vallon
Barré, Jean-Luc Pervers Grasset
Barthe, Christine Que va-t-on faire de Knut Hamsun ? R. Laffont
Bayard, Inès Le malheur du bas Albin Michel
Béhergé, Paul Les nougats Buchet Chastel
Beraber, Anton La grande idée Gallimard
Berrou, Christine A la recherche du temps perdu sur Internet Flammarion
Besace, Daniel Cachalot : roman marin Riveneuve
Borie, Cathy Dans la chair des anges Carnets Nord
Brunel, Camille La guérilla des animaux Alma éditeur
Bulle, Estelle-Sarah Là où les chiens aboient par la queue Liana Levi
Cabocel, Julien Bazaar l’Iconoclaste
Catherine, Laure Les enfants frapperont-ils encore ? Editions de l’Observatoire
Chabossot, Aloysius Fallait pas l’inviter ! Eyrolles
Chillet, Fabrice Un feu éteint Finitude
Citti, Marc Sergent papa Calmann-Lévy
Cordonnier, Amélie Trancher Flammarion
Delabroy-Allard, Pauline Ca raconte Sarah Minuit
Delmas, François-Xavier Ma vie de saint A. Carrière
Delome, Didier Jour de dèche Dilettante
Descraques, François 3e droite Flammarion
Dezzi, Alexandra Silence, radieux Léo Scheer
Dieudonné, Adeline La vraie vie l’Iconoclaste
Dutheil, Bertille Le fou de Hind Belfond
Duyck, Alexandre Augustin Lattès
Essengue, Thierry Un long chemin depuis la rivière des crevettes Éd. de l’Onde
Fauré, Blandine Faune et flore du dedans Arléa
Gauthier, Steyer La nuit a mangé le ciel Denoël
Gharbi, Aymen Magma Tunis Asphalte éditions
Gutman, Colas Le complexe d’Hoffman Ed. de l’Olivier
Haenel, Clémentine Mauvaise passe Gallimard
Hennebelle, David Mourir n’est pas de mise : Brel, les dernières années Autrement
Héripret, Jacques Les osselets l’Editeur
Hoenig, Dov Rue du triomphe R. Laffont
Housez, Judith Honoria Ed. des Equateurs
Jambon-Puillet, Matthias Objet trouvé A. Carrière
Jaspard, Alain Pleurer des rivières Ed. Héloïse d’Ormesson
Lahouze, Vincent Rubiel e(s)t moi M. Lafon
Lamberterie, Olivia de Avec toutes mes sympathies Stock
Lassus Saint-Geniès, Gabrielle de L’Anglaise d’Azur Editions Erick Bonnier
Le Bihan, Samuel Un bonheur que je ne souhaite à personne Flammarion
L’Etang, Gerry|Batraville, Dominique Fillette Lalo HC
Malfilâtre, Mathilde-Marie de Babylone express Dilettante
Manigne, Sarah L’atelier Mercure de France
Marchese, Sabrina Une semaine sur deux (ou presque) Albin Michel
Mathis, Hector KO Buchet Chastel
Mauduit, Hélène Le bar des solitudes Temps des cerises
Murail, Marie-Aude En nous beaucoup d’hommes respirent l’Iconoclaste
Nesnidal, Arthur La purge Julliard
Pascal, Camille L’été des quatre rois Plon
Petitjean, Marc Le Coeur : Frida Kahlo à Paris Arléa
Pommier, Frédéric Suzanne Ed. des Equateurs
Raffin, Joy Atlantic city NIL
Razimbaud, Aurélie Une vie de pierres chaudes Albin Michel
Renucci, Clélia Concours pour le paradis Albin Michel
Richer, Eric La rouille Ogre
Roubato, Sarah 30 ans dans une heure Editions publie.net
Rouzin, Marie Circulus Serge Safran éditeur
Rupert, Raphaël Anatomie de l’amant de ma femme Arbre vengeur
Seyer, Laurent Les poteaux étaient carrés Finitude
Sibony, Judith La femme de Dieu Stock
Thu, Thi Presque une nuit d’été Rivages
Torreton, Philippe Jacques à la guerre Plon
Trompas, Jacques-Olivier Au pays des borgnes Suivi de Postures calédoniennes Regain de lecture
Villeminot, Vincent Fais de moi la colère Editions les Escales
Wanda, Ludovic-Hermann Prisons L’Antilope
Yot, Nathalie Le nord du monde Editions La Contre-allée

Vous pouvez dès à présent  vous procurer certains   de ces  titres dans le réseau des Bibliothèques de la Ville de Paris.

 

Bibliothèque Saint -Eloi

Share

Un dissident de François-Régis de Guenyveau

26 Juin

Un dissidentChristian Sitel passe son enfance dans un village de Provence dans les années 80. Très encouragé par sa mère et son oncle dans sa scolarité, il devient vite un petit génie en sciences. Après ses études, il part aux Etats-Unis pour intégrer un laboratoire de la société Trans K installé dans le nord de New York. Cette entreprise, fondée par son oncle, est spécialisée dans le domaine des nanotechnologies, des sciences cognitives, de la biologie et de l’informatique.

Dans le but de construire un monde meilleur, Christian travaille, par le biais de manipulations génétiques, à l’émergence d’un homme nouveau, augmenté, d’un homme-Dieu, maître de tout.

Mais, enfermé dans son laboratoire, Christian souffre de problèmes relationnels et n’est pas heureux. La visite de son ami d’enfance, Martin, artiste, homme simple, respectueux de la nature,  et sa rencontre avec des moines dont la vie est consacrée à l’accueil des plus pauvres  vont bouleverser sa vie.

Christian commence, en effet, à douter de l’utilité de ses recherches. Il comprend peu à peu que la science ne « fait pas tout » et que « quelque chose » d’essentiel au bonheur de l’être humain lui échappe.

 » Il contempla cette mobilité paisible, ce monde autour de lui, ses affaires, ses livres, ses instruments, tous ces objets qui l’entouraient, ces arbres qui vacillaient dehors, lentement, dans une inexplicable assiduité. Qu’était-ce, au juste ? Quelle force subtile reliait les engrenages ?  Et quel était cet univers qui connaissait tout du corps et rien de l’âme ? (p. 260).

Ce roman d’actualité, très bien écrit, de lecture aisée, traite du transhumanisme, de la place des sciences, de l’homme et de la religion dans nos sociétés.

Passionnant.

Vous pouvez trouver ce livre dans les bibliothèques de la Ville de Paris.

Interview de François-Régis de Guenyveau

 

Share

Fugitive parce que reine de Violaine Huisman

19 Juin

fugitive

Dans ce roman d’inspiration autobiographique, Violaine Huisman revient sur son enfance centrée autour d’une mère tyrannique et excessive, débordant pourtant d’un amour total pour ses deux filles. Au-delà d’un portrait impitoyable, l’auteure cherche à retracer celui de cette si singulière Catherine, mettant une distance volontaire dans l’écriture, modifiant ainsi son regard sur elle qui « lui rend son humanité ».

Dans les deux parties du récit, la même démesure, le même rythme impétueux font corps avec la violence des sentiments. Violaine Huisman affiche une plume précise, drôle ou émouvante, à laquelle il est difficile de résister.

Un titre poétique et mystérieux qui cache un très beau message d’amour douloureux et passionné au-delà de la mort.

Retrouvez ce titre dans les bibliothèques de la Ville de Paris

et sur la Bibliothèque Numérique

Share

Le Seigneur de Charny de Laurent Decaux, éditions Xo, 2017

29 Mar

Nous sommes en 1382, époque de la guerre de cent ans. Les conflits et l’épidémie de la Peste noire ont ravagé la France.

Charles VI encore adolescent est roi, mais ses oncles, ne cherchant qu’à défendre leurs propres intérêts gouvernent à sa place.

En outre, l’Eglise est divisée : un pape siège à Rome, un antipape demeure en Avignon, c’est  la période du Grand Schisme d’Occident. Le culte des reliques se développe dans tout le Royaume.

C’est dans ce contexte mouvementé, qu’après six années de croisade, le jeune seigneur  Jacques de Charny, revient sur ses terres de Lirey situées en Champagne non loin de Troyes. Dès son arrivée, il se heurte à l’hostilité de son entourage et notamment à celle de sa mère, Jeanne. Les années passées à combattre en Orient ont en effet « coûté beaucoup d’argent », et pour subvenir aux besoins de ses proches, Jeanne se voit désormais obligée, malgré l’interdiction et les menaces de l’évêque de Troyes, d’exposer le Saint Suaire détenu par sa famille depuis des décennies. Des foules de pèlerins viennent de toute l’Europe pour se recueillir devant le linceul représentant le corps torturé du Christ.

Dans ce climat de tension familiale, se présente au château un jeune visiteur inconnu des seigneurs de Charny, Charles de Mestréal, désireux de voir la Sainte Relique. Jacques se lie d’amitié avec lui.

Lorsque le Saint Suaire disparaît, Jacques et ses deux amis d’enfance, Arnaud de Thouars et Miles de la Roche, personnages pittoresques, partent à sa recherche tout en comptant sur l’aide de Charles de Mestréal.

Ce roman d’aventure, historique,  est extrêmement bien documenté. Pour l’écrire, l’auteur, Laurent Decaux, fils d’Alain Decaux, s’est appuyé sur des faits réels. En effet, avant d’être conservé dans la cathédrale de Turin, le Saint Suaire se trouvait en France, en Champagne et appartenait à la famille de Charny.

Ouvrage à lire pour voyager dans la France du Moyen Âge, et passer un agréable moment.

 Retrouver ce livre dans les bibliothèques de la Ville de Paris

Vidéo de Laurent Decaux

 

 

 

 

Share

Belle merveille de James Noël

23 Mar

LaSolutionEsquimauAW

« Belle merveille » est l’expression créole qui traduit autant le sublime et l’heureux que le malheur. Malheur absolu, si l’on en juge par le terrible tremblement de terre du 12 janvier 2010 en Haïti suivi de l’ouragan destructeur Matthew puis du choléra, maladie inédite jusque-là.

7  ans après cette catastrophe sans précédent (plus de 300 000 morts, sans compter les blessés, les traumatisés et ceux qui ont tout perdu) le poète haïtien James Noël nous offre un texte plus qu’un roman construit en courts chapitres, plus souvent des fragments voire des lambeaux traversés de fulgurances, à l’image du chaos ressenti. Mais c’est aussi le récit d’une rédemption par l’amour, celle de Bernard, retrouvé sous les décombres par Amore, une napolitaine qui travaillait alors pour une ONG.

Grâce à une magnifique écriture nerveuse et poétique, une langue riche d’allégories, parfois crûe et toujours remarquablement inventive et musicale, James Noël réussit à exprimer la confusion, l’absurdité, le paroxysme et dire l’indicible.

Le séisme est une « subite explosion démographique dans le royaume des trépassés »

Retrouvez ce titre dans les bibliothèques de la Ville de Paris

Share

L’Ile de Luna d’Edgar Morin, Actes Sud 2017

16 Mar

cvt_lile-de-luna_5802

Un enfant de 11 ans, « Mercier », perd brutalement sa mère « Luna » à laquelle il est très attaché. On lui cache la vérité. Un jour, son oncle l’attend à la sortie de l’école et lui dit que sa mère est partie en cure à Vittel.

A l’attitude de ses proches, vêtus de noir, à leurs regards  « mi-lâches, mi-insistants,  du style attendri », l’enfant comprend, malgré les non-dits, ce qu’il s’est passé.

Il n’accepte pas cette réalité trop douloureuse pour lui.

« A aucun prix il ne voulait se rendre compte de ce qu’il avait compris. A aucun prix il ne savait ce qu’il avait compris. A aucun prix il ne pensait à ce qu’il fallait comprendre ». 

Mercier se réfugie alors dans le rêve, tout en ressentant en son for intérieur de la colère face à l’hypocrisie de son entourage. Son comportement, apparemment désinvolte, se heurte à l’incompréhension totale de son père, en plein désarroi, ainsi qu’à celle de sa tante et de son oncle, qui ne voient en lui qu’un enfant gâté et sans cœur.

Cet ouvrage autobiographique écrit il y a 70 ans mais non publié jusqu’ici, nous révèle un aspect méconnu de la personnalité d’Edgar Morin. En effet, nous connaissions le sociologue auteur d’essais de sciences humaines parfois complexes, avec « L’île de Luna », nous découvrons un romancier auteur d’un texte poignant et empreint d’une grande sensibilité.

 

Retrouvez ce titre dans les bibliothèques

Ecoutez Edgar Morin interrogé par Olivia Gesbert. (France culture, La grande Table, 01/01/2018)

 

 

 

Share

Votre avis nous intéresse !

5 Mar


Vous souhaitez donner votre avis sur un premier roman ?

Rendez-vous sur le Portail des bibliothèques

Voici la marche à suivre !

mode-demploi-pour-ecrire-un-avis

 

 

 

Share

Son absence d’Emmanuelle Grangé

25 Oct

son-absence « On a attendu une lettre, un coup de fil, le meilleur comme le pire de François « 

Comment une famille peut-elle survivre face à la disparition puis à l’absence d’un des siens, surtout quand elle est volontaire et inexpliquée ?

Sa dernière lettre avait pourtant prévenu : « Vous ne me reverrez plus. Ne cherchez pas à avoir de mes nouvelles, ne vous faites pas de soucis. Je vous embrasse. François ». C’est donc au terme de vingt ans d’absence que la famille Munch – le père, la mère et cinq des six enfants – se retrouve au Tribunal dans la situation insolite s’il en est qui consiste à entériner l’absence d’un des siens par une « déclaration d’absence » ayant la même valeur juridique qu’un décès, une forme d’enterrement.

En courts chapitres, chacune des voix de la famille se fait entendre, notamment celles les deux soeurs – dont la jumelle du disparu – particulièrement marquées. L‘avant et l’après-disparition marquent le passé et le présent de chacun. On se remémore beaucoup, on essaie sans doute de comprendre mais seule une des soeurs aura la clé grâce à un carnet laissé par François, et on finit peut-être par l’accepter cette absence qui occupe tant de place.

Un sujet douloureux traité par touches simples et subtiles.

Retrouvez ce titre dans les bibliothèques de la Ville de Paris

Share