Paris.fr
Accueil

Bibimpro : enfin le roman photo de Tom et Brad ! EPISODE 1

16 déc

 

Capture 1Capture 2Capture 3Capture 4

Share

Toutes les bonnes choses et ce stage ont une fin [Jour 5]

13 déc

Aujourd’hui, je commence encore à 10h mais la fin de mon stage s’annonce. C’est excitée mais un peu triste que je commence ma journée.

Chocolat chaud que m’a servi Lisa

 

[...]

Share

Moi ?! Je suis stagiaire.[Jour 4]

12 déc

Le bureau de Mélanie que l’on m’a prêté pour mon stage

Aujourd’hui, j’ai aussi commencé à 10h. Le vendredi matin, c’est le grand rangement et les stagiaires doivent s’y mettre aussi ! J’ai rangé au premier étage avec Marie et Lisa, bibliothécaires de la bibliothèque Václav Havel et une autre stagiaire, Ketsia. J’ai rangé une partie des bandes dessinés en série, une autre des bandes dessinées one-shot et les mangas +12. Après, j’ai fait une petite pause manga : relecture du manga MairunoVich. [...]

Share

Journal de bord d’une mission au Rwanda #4 #Fin

12 déc


Hier soir je suis allée manger dans un quartier assez ancien, assez populaire. Le plus peuplé je crois. Nous avons pu déguster des brochettes de bœuf rôties aux épices, avec des pommes de terres recouvertes d’une superbe sauce a base de légumes et de piments … Un régal !

P1050849

je suis contente, j’ai vu plein de choses différentes : des lieux chics aux endroits populaires, j’ai pu avoir un aperçu des différentes ambiances de la ville.

P1050867

Je crois que je retiendrai : les taxi-motos (avec le casque 3 fois trop grand), la drôle d’urbanisation (les maisons accrochées aux collines), toutes ces collines qui offrent des vues imprenables (particulièrement la nuit), l’accueil avec lequel j’ai été reçue !



P1050870

Sinon, voila c’est fini, la formation s’en est allée … Mais non, ce n’est pas vraiment fini, je suivrai ce projet rwandais/kenyan car je trouve que les enjeux sont très importants et j’ai envie de savoir ce que cela va devenir. 
Comme pour l’Ile Maurice qui m’envoie de temps en temps des questions !
Et puis une deuxième partie de formation est prévue, je serais simplement jalouse de ne pas y aller :)

P1050862

Je suis contente d’être venue pour faire cette formation, je rentre avec des idées, des ressources, des contacts. Peut-être cela donnera-t-il lieu à des échanges autour de nos pratiques. En tout cas c’est bien parti pour, et je pense que ça apportera à notre service un souffle nouveau.

Il me reste demain pour découvrir le coin des artisans, trouver des choses à rapporter. 
Un des participants de la formation m’a promis des avocats (production locale, délicieux) à rapporter en France … alors je lance un jeu :

sachant que je peux rapporter 30kg de bagages et que l’aventure ne me fait plus peur : combien d’avocat vais-je rapporter à mes amis-collègues-famille ?

 P1050872

 

 

 

Share

Je sais pas , je suis stagiaire ! [Jour 3]

11 déc

Je m’appelle Sarah, j’ai 14 ans et du 09 décembre au 13 décembre je suis en stage à la bibliothèque Václav Havel.

Interviews de deux personnages obscurs que vous pourriez croiser à la bibliothèque et qui ne sont pas les bibliothécaires de la bibliothèque par la stagiaire Sarah, spécialiste des articles du blog cette semaine.

[...]

Share

Journal de bord d’une mission au Rwanda #3

11 déc

P1050810
Ici tout se passe bien, la formation suit son court et les choses prennent forme.
Nous avons travaillé les premières étapes de création d’un fonds : poldoc & volumétrie, installation d’un espace, puis recherche documentaire de jeux … Un vaste programme !

Demain on doit attaquer la question de la formation, des partenariats, du service public et mettre en place un calendrier pour clôturer tout ça !

J’espère ne pas trop assommer mes collègues, surtout après les riches repas que l’on fait ! Pour vous donner une petite idée de mon assiette ce midi : riz, bananes sautées (super bon), poulet au épices, petits pois & carottes, le tout arrosé d’une super sauce tomate.
C’est vrai que je ne vous ai pas tellement raconté ce que je mange, mais j’ai du mal à mettre de l’ordre dans tout ce que je vis, en substance ça donne : pleins de belles rencontres, pleins de découvertes, pleins de repas différents… Hier soir j’ai goûté une sorte de ragoût à base de tomate et de bananes, c’était délicieux … Il faut que je retrouve cette recette ! (Réservez moi un bon livre de cuisine africaine). 

Ce soir je vais me balader dans un quartier plus ancien, plus populaire que ceux que j’ai vu pour le moment, ça sera l’occasion de vous raconter comment vit Kigali la nuit !

une petite photo du ciel, qui ici est superbe…
Et de la bibliothèque ! enfin ! J’avais oublié le principal :)
j’essayerais de faire plus de photso vendredi matin : j’aurai un moment de libre, pour vous donner des images plus parlantes de la ville.

Au moment ou je vous écrit, le ciel est devenu noir, la température est descendue (ce qui vous ferait bien rire, parce que j’ai presque froid alors qu’il doit bien faire 20°C) … Je vais connaitre mon deuxième orage tropical, et celui là promet !

P1050846

 

Share

Quand tu es stagiaire tu prends cher [Jours 1&2] !

10 déc

Je m’appelle Sarah, j’ai 14 ans et du 09 décembre au 13 décembre je suis en stage à la bibliothèque Václav Havel. Mes tuteurs sont Géraud et Lisa, bibliothécaires de la bibliothèque. Chaque bibliothécaire travaille dans chaque pôle mais peut avoir une spécialité. Géraud a pour spécialité les jeux vidéo et  Lisa, les activités multimédia.

[...]

Share

Journal de bord d’une mission au Rwanda #2

10 déc

P1050833

Ca y est la formation a commencé, je suis soulagée de voir l’intérêt porté au jeu vidéo malgré le manque de moyens qui existe ici et qu’il faut avoir à l’esprit.
Nous avons passé la première partie de la formation : discussions autour du jeu, visionnage de vidéos de jeux, partage autour des expériences ! Demain nous commençons à travailler sur le cas du Rwanda et du Kenya : comment mettre tout ça en place avec les moyens et les contraintes locales.

Il y a beaucoup d’enjeux concernant le jeu vidéo, des enjeux que j’aurais du mal à avoir totalement en tête car je ne reste pas assez longtemps. Je suis très intriguée par le rapport des jeunes aux jeux  ici : pour le moment je comprends qu’il y a un attrait très fort pour les jeux sur téléphone. Je crois aussi comprendre que beaucoup n’ont jamais joué sur une console de salon, il faudra donc tout montrer aux joueurs des bibliothèques.
L’IFR (l’Institut français au Rwanda) propose des jeux hors les murs avec des tablettes. Je pense que c’est une bonne entrée en matière, via des cellules mobiles : des malles (Ipad & livres) et des animateurs partent en province pour donner accès aux livres et aux tablettes.  Comme les enfants n’ont souvent jamais utilisé une tablette, c’est une découverte totale ! Le travail de médiation est au rendez-vous, ainsi que la formation des bibliothécaires sur place à l’animation … Bref, un vaste programme de diffusion de contenus et de savoirs faire ! Je suis séduite par cette formule qui s’apparente à la BHLM mais avec une portée professionnelle/de formation.

J’ai aussi appris que le gouvernement rwandais prévoit d’équiper les écoliers en matériel informatique quel que soit le milieu social. C’est de bon augure pour le développement de l’accès au jeu vidéo.

Sinon, j’ai mangé de la prune du Japon : c’est bon et en plus c’est joli ! Un fruit découvert à presque 30 ans, ça vous transporte forcément… 

Je vous mets un photo bien floue de Kigali la nuit : en vrai c’est très beau, mon appareil et moi on gère mal la photo de nuit. On a qu’a dire que c’est une photo artistique :)

 

Share

Une histoire de chiffons et de fêtes !

10 déc

 

Ce mois de décembre annonce comme tous les ans, les fêtes de fin d’année ! Noël, le réveillon du 31, la bonne nourriture, la famille, les ami(e)s et surtout les tenues… 

Oui, oui, les tenues ! Le petit truc en plus qui vous mettra encore plus en valeur :)

  

En ce qui me concerne, quand il y a une soirée ou une fête je ne sais JAMAIS quelle tenue mettre ! Est-ce qu’il faut quelque chose de fashion, de princesse, de classe mais quand même assez habillé pour faire soirée ou carrément sexy ? Si je demande l’avis d’une amie elle me répond, met quelque chose dans lequel tu te sens bien! Ok, mais la seule chose dans laquelle je suis vraiment à l’aise c’est mon jean ! Et un jean pour une soirée de fête de fin d’année, vous allez me dire que ça ne le fait pas trop !

Alors je me suis inspirée cette année des couvertures des romans que l’on a à la bibliothèque (euh oui on en a !) et j’y ai trouvé plein de belles robes ! Des noires, toujours classe la petite robe noire, des rouges, des roses, des très sexy, des transparentes, des toutes en volumes avec des crinolines et des faux-culs, des robes de tous les jours mais qui ne font pas sac à patates, et même des Prada et des Dior,  certaines en dentelles, en soie ou en tulle, avec des paillettes…

 

Laquelle est faite pour vous ?

                          

Vous trouverez forcément votre bonheur au 2ème étage, caché sous l’escalier où sont exposés tous les modèles, je vous attends pour papoter chiffon et vous montrer celle que j’ai choisie…

 

Géraldine

Share

Journal de bord d’une mission au Rwanda #1

9 déc

Préambule

Après être partie l’an dernier à la Réunion, Mélanie, responsable du pôle Jeux vidéo à la bibliothèque, a été sollicitée par l’Institut français du Rwanda pour les aider à monter un service de jeux vidéo qui réponde à l’environnement local. 

Comme elle nous manque, elle a promis de nous écrire tous les jours…. La voilà arrivée à Kigali !

——-

Juste un petit mail  pour vous raconter ma folle journée d’hier !
J’ai préparé la formation avec la bibliothécaire en charge du dossier. Nous avons pas mal travaillé à la Bibliothèque nationale du Rwanda, un beau bâtiment qui fuit pendant les orages (ça m’en rappelle un autre :))
Nous avons du coup, vous vous en doutez, eu le droit à un superbe orage tropical. Ça dure 2 minutes, on n’y voit plus rien tellement il pleut et puis ça s’arrête comme c’est arrivé. Etonnant !

P1050808

J’ai aussi pris mon premier taxi-moto, c’est assez drôle, mais je crois que toute seule je n’y arriverais pas : il n’y a pas d’indication sur les routes, pas de panneaux, il faut expliquer au conducteur (qui ne parle pas toujours français ou anglais) ou on va et puis il faut négocier le prix parce qu’on paye plus cher quand on est blanc ! Sur les routes il y a de drôles de minuteurs au dessus des feux de circulation, ils annoncent combien de temps ça va rester rouge ! je n’avais jamais vu des choses comme ça … ça me plait bien !

Il y a des peintures sur les murs des magasins pour représenter le commerce : des visages pour les coiffeurs, des marques pour les magasins de nourritures … c’est assez joli, ça met de la couleur. 

Ici, on fait tout en transport, je n’ai donc pas encore eu le temps de photographier, mais ça va venir !

La ville est d’une propreté hallucinante, il n’y a rien qui traine, pas un papier… Fumer n’a pas l’air de trop se faire, du coup il faut demander avant de fumer… donc peut de mégots par terre !
il y a aussi une loi qui me plait bien : les sacs plastiques sont interdits sur le territoire !
Le soir nous avons mangé éthiopien, inutile de dire que je me suis régalée. C’était l’occasion d’apprendre que si j’ai mal à la tête depuis mon arrivée c’est simplement que nous sommes en altitude, du coup il n’y a rien à faire, ça passera ou pas ! Tout est sur des collines (bien plus hautes que ce qu’on appellerait une colline) d’où le surnom du pays : le pays au mille collines... C’est très beau, la ville est accrochée aux collines, tout est vallonné !

P1050809

Bref, j’ai envie d’en savoir plus et surtout d’en voir plus … On me promet des moments de promenade mais pour le moment, je commence ma formation aujourd’hui ! 

Mélanie

Share

L’océan au bout du chemin de Neil Gaiman

6 déc

voie des idés

Comment une mare peut elle se transformer en océan ? Comment une baby sitter qui plait trop à son père est une créature maléfique venue de la forêt ? Tout est une question de point de vue et peut-être d’âge, pense le narrateur qui se souvient de l’année de ses 7 ans….

Neil Gaiman plonge son lecteur au cœur des terreurs enfantines. A mi-chemin entre Edgar Poe et Tim Burton, il distille si bien le fantastique qu’il est difficile d’établir une frontière entre rêve et réalité. Il faut se laisser porter par la poésie de l’écriture…

Retrouvez ce livre dans nos collections : ICI !

Et les autres de l’auteur : 

L’étrange vie de Nobody Owens

Odd et les géants de glace

American Gods

Coraline

De bons présages

Share

John King – White Trash

28 nov

John King est l’un des auteurs qui a le mieux décrit l’univers des londoniens blancs issus des classes sociales les plus basses. On doit notamment le remercier pour nous avoir appris a apprécié les hooligans grâce à ces précédents ouvrages Football Factory et Skinheads. Cette fois il a décidé de nous raconter une histoire a deux voix : Ruby, jeune infirmière issue de la classe populaire et qui vit dans une misère relative au milieu des drogués et des coups foireux ; M. Jeffreys, médecin riche, de bonne éducation et très cultivé qui vient d’être débarqué dans l’hôpital de la ville (qui ne sera jamais nommée).

Au lieu de dépeindre la dureté de l’univers hospitalier, John King a choisi de consacrer encore une fois son livre à la classe populaire, leurs rêves et conditions de vie, en y superposant une intrigue de thriller qui s’ajoute au fil des chapitres. La narration à deux voix, alternant un style cru et direct pour l’infirmière avec un style plus délicat et aéré pour le nanti, dilue malheureusement le propos social.

Et malheureusement, plus l’intrigue “policière” avance et plus l’on a l’impression de se trouver devant une mauvaise adaptation d’American Psycho.

Thomas

voie des idés

Share

SELECTABLE DE DECEMBRE : LE JOUR LE PLUS COURT

28 nov

   Les jours raccourcissent, les premiers frimas viennent s’immiscer sournoisement sous votre couette. Les oiseaux ont fui vers de plus augustes landes et leurs pépiements, pourtant encore à vos oreilles insupportables au printemps dernier, aujourd’hui vous manquent tandis que vous tremblotez sous vos manteaux, écharpes et bonnets.

La météo est devenue encore plus déprimante que les infos qu’elle précède et qu’elle suit, et même Julien Lepers semble souffrir des grands froids. Son débit de parole s’est nettement ralenti, ses cartes sont gelées, les candidats moins prompts subissent les foudres de son mécontentement.

Bref. En un mot comme en cent(igrades), c’est l’hiver et l’hiver c’est pas top.

L'hiver tel qu'on le fantasme fréquemment, surtout après une prise de substance.

L’hiver tel qu’on le fantasme fréquemment, surtout après une prise de substance.

Heureusement, il reste la bibliothèque. Et, les choses sont quand même bien faites, avouez, la bibliothèque est maintenant chauffée, ce qui va vous permettre d’y venir décongeler les membres qui vous restent. Et, comme un bonheur n’arrive jamais seul, la machine à café est de nouveau opérationnelle et vous permettra de noyer votre déprime hivernale dans un délicieux cappuccino !

Mais ce n’est pas tout. Et non. Car nous sommes en décembre et qui dit décembre dit : sélectable de décembre. Comme nous sommes particulièrement facétieux nous avons choisi comme thème de cette 74ème sélectable (non en vrai c’est la quatrième.) : les formes courtes !

Mais une forme courte, vous demandez-vous, qu’est-ce donc ?

Petite explication :

Dans forme courte, il y a courte et il y a forme. Courte qualifie forme qui lui-même décrit l’objet avec une concision tout à fait remarquable. Une forme, du latin forma, est, selon Aristote (qui était Grec, vous saisissez la logique ?) une « configuration sensible, structure intelligente d’une chose. » Courte, du latin curtus, a elle pour définition, dans le cas qui nous intéresse : « qui a peu de durée »

Voilà.

Donc une forme courte c’est une structure qui est brève. Cela valait vraiment la peine de lire ce blog pour apprendre ça.

Quelques exemples pour clarifier:

En littérature une forme courte sera, par exemple, une nouvelle ou un conte. Au cinéma nous parlerons plutôt de court métrage. Dans tous ces cas c’est évidemment la concision qui est mise en avant.

Un exemple d'histoire courte : avec un chat. Édifiant.

Un exemple d’histoire courte : avec un chat. Édifiant.

Et, comme nous sommes en hiver et qu’en hiver les jours sont courts, nous vous proposons une sélection d’œuvres qui ont toutes en commun d’être courtes, vous commencez à saisir non ?

Pour découvrir cette sélection, rien de plus simple, elle se situe tout prêt de la porte d’entrée, nul besoin de parcourir les innombrables kilomètres de la bibliothèque. Et si vous êtes vraiment très flemmard sachez qu’il existe une brève sélection d’ouvrages courts sur nos liseuses, à demander à l’accueil, où téléchargeable à cette adresse !

En définitive, je viens de vous prouver que ce qui est court est bien. Et donc, pour pousser la logique jusqu’au bout je vais clore ce sujet ici, maintenant, avec un court dicton :

« Le plus court chemin d’un point à un autre, c’est encore de ne pas y aller » Woody Allen. Ah bah non tiens en fait c’est Philippe Geluck…

Olivier.

Share

Drift de Thierry Di Rollo

26 nov

Dans un futur lointain, la terre n’est plus que l’ombre d’elle-même. Exsangue, clochardisée, et sous K.Beckin (une drogue de synthèse), sa population ne vit que la nuit ; les diurnes, de riches tueurs montés sur des mantes géantes donnent la chasse aux humains qui sortent le jour. Toute sa population ? Pas tout à fait : outre les diurnes, d’autres humains vivent sous le soleil. On les appelle les Justes, ce sont l’élite des terriens. Technologiquement améliorés (certains sont même immortels), ils vivent à l’écart de la plèbe, protégés, et ourdissent un départ imminent de cette Terre devenue désormais stérile par leur faute.

drift

Dans ce beau titre de science-fiction (vous l’aurez deviné), nous suivons Darker, cœur meurtri mais gâchette magique. Il brave le jour, ne sait plus où est sa place suite au décès de sa compagne, et embarquera malgré lui sur le Drift, vaisseau interstellaire titanesque construit par les Justes pour trouver une nouvelle Terre.

Di Rollo nous propose un texte de 340 pages où se mêlent différents thèmes de science fiction : post apocalyptique avec cette terre et son humanité ravagées, space opéra à bord de ce monumental vaisseau perdu entre les galaxies, et même cyberpunk avec la nano-technologie des Justes. L’auteur offre d’ailleurs ici un beau questionnement sur la solitude de l’homme immortel.

Une écriture dynamique qui tient en haleine, une intrigue originale et des environnements variés vraiment réussis, rien à redire : Drift est une belle pépite de SF dégotée pour la Voie des Indés !

Arthur

voie des idés

Share

Jeremiah Johnson, le Mangeur de foie de Raymond W. Thorp

22 nov

Jeremiah

Ce texte de 280 pages retrace les péripéties et rudesses de la vie du trappeur Jeremiah Johnson : lutte ou vendetta contre les différentes tribus indiennes (Shoshonnes, Crows, Sioux, Utes etc.) et récolte de scalps qui les accompagne, chasse à la fourrure, survie aux rudes intempéries des Rocheuses, entretien quasi-fétichiste pour ses armes et solidarité avec les autres montagnards.

L’ouvrage, jusque dans sa narration, nous montre bien la construction d’une légende du folklore américain (propos rapportés, citation systématique des sources). L’écriture austère, très factuelle, ne s’embarrasse pas d’effets de style et le cynisme laconique des trappeurs peu diserts n’en est que plus mordant.

A mi-chemin entre le documentaire, la recherche universitaire et le mythe, Jeremiah Johnson le Mangeur de Foie vous transportera dans les Rocheuses de 1850, où la sauvagerie se fait légende. 

Arthur

voie des idés

Share