Deux romans vietnamiens pour le club des lecteurs

C’est le thème du Vietnam qui est au programme de la première séance du club des lecteurs « des coups des caresses »  qui se tiendra samedi (à 10h30). Parmi la sélection proposée*, il y avait ces 2 romans Ru et La double vie d’Anna Song. Ce qui rapproche de prime abord ces 2 romans, c’est qu’ils ont été écrits par des femmes et en français. Mais à part ça, qu’ont-ils en commun ?

Ru de Kim Thuy : Un court texte qui évoque la guerre du Vietnam et l’exil.

L’auteur Kim Thuy est née à Saigon en 1968. Mais elle vit désormais au Québec et a écrit ce livre en français, la langue qui est devenue la sienne.

Dans de très courts chapitres, elle égraine ses souvenirs de façon éparpillée, entre son enfance dorée au Vietnam (sa mère était fille de préfet), la fuite en bateau (les fameux « boat people ») lorsque les communistes arrivent au pouvoir alors qu’elle n’a que 10 ans, le camps de réfugiés en Malaisie et son arrivée au Canada.

C’est toute une nouvelle vie qu’il faut réinventer alors que ses parents ne peuvent plus faire les métiers qu’ils faisaient et doivent exercer des métiers tels que livreur ou femme de ménage.

A travers des nombreuses anecdotes, elle évoque les différents membres de sa famille, passant du passé au présent, même si on en saura assez peu sur sa vie actuelle à part qu’elle a 2 enfants dont un petit garçon autiste.

Elle évoque aussi la guerre et ne nous épargne pas certaines scènes difficiles, mais ce qu’on retient c’est la force de vie de ces réfugiés vietnamiens, de ces héros ordinaires, à qui elle rend un si bel hommage ici.

« Mes parents nous rappellent souvent, à mes frères et à moi, qu’ils n’auront pas d’argent à nous laisser en héritage, mais je crois qu’ils nous ont déjà légué la richesse de leur mémoire, qui nous permet de saisir la beauté d’une grappe de glycine, la fragilité d’un mot, la force de l’émerveillement. Plus encore ils nous ont offert des pieds pour marcher jusqu’à nos rêves, jusqu’à l’infini. »

Un livre plein de pudeur qui décrit avec beaucoup de justesse la perte de repères de l’exil. 

***

La double vie d’Anna Song de Min Tranh Huy ; un roman qui mélange les genres (entre histoire d’amour et mystification) et les thèmes (musique, folie, exil).

C’est le 2ème roman de cette écrivain qui vit aujourd’hui en France.

Ici, l’histoire se passe d’ailleurs en France, mais on sent que l’auteur s’est inspirée de sa propre histoire lorsqu’elle évoque le passé de son héroïne et de sa famille exilés du Vietnam.

Ici le Vietnam est plus une toile de fond car c’est surtout une histoire d’amour un peu folle à laquelle on assiste. Paul Desroches, le narrateur du livre, nous raconte l’histoire de sa femme une virtuose du piano aujourd’hui décédée et qui est connue comme « la plus grande pianiste vivante dont personne n’a jamais entendu parler ». Elle aurait enregistré avant de décéder un nombre improbables de disques qui sont désormais reconnus comme d’une qualité exceptionnelle. Il nous conte son histoire depuis leur rencontre alors qu’ils sont enfants et revient sur son passé au Vietnam. Difficile d’en dire plus sans rien dévoiler…

« Elle avait du mal à détacher le regard de cette terre qu’elle quittait, qui avait été la sienne et ne le serait plus; elle avait beau avoir versé au passeur des économies acquises avec beaucoup de peine dans le seul espoir de partir, elle sentait qu’elle abandonnait là tout un pan de sa vie, une part d’elle irrémédiablement perdue, comme ces glaciers qui sous l’effet du réchauffement planétaire se détachent soudain de la banquise pour dériver indéfiniment avant de fondre et de disparaître – à croire qu’ils n’ont jamais existé. »

Ces deux courts romans apparaissent au final bien différents (un autobiographique, un autre plus proche du « conte ») mais ce qui les rapproche c’est la profonde mélancolie qui s’en dégage ainsi que les thèmes de l’exil et du déracinement.

Les avis des membres du club des lecteurs sur ces livres et ceux de la sélection seront disponibles dans le compte rendu du club qui sera publié ici. Mais s’il fallait en choisir un des deux, je conseille vivement Ru !


Delphine

* sélection :
Ru de Kim Thuy
Itinéraire d’enfance de Duong Thu Huong
Vietnamerica de GB Tran (BD)
Un barrage contre le Pacifique de Marguerite Duras
L’ombre du prince de Tran-Nhut
La double vie d’Anna Song de Minh Tran HuyPicMonkey Collage

Share

Une réflexion au sujet de « Deux romans vietnamiens pour le club des lecteurs »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *