Happy birthday mister… library!

  

   Aujourd’hui la bibliothèque Václav Havel souffle sa première bougie, en espérant que bien d’autres viennent petit à petit s’allumer et briller sur le gros gâteau de son succès ! Petit retour en image, en texte et en chiffre sur sa première année d’existence :

Il y a un an la bibliothèque Václav Havel naissait. Un an. Mais au fond, se questionne-t-on tout à fait légitimement, la bibliothèque Václav Havel, qu’est-ce que c’est ?

Alors, pour tout vous dire, et attention ça risque de vous faire un choc, au début la bibliothèque c’était ça. Mais ça manquait quand même un peu de panache :

5

Nous n’aimions pas trop, surtout au niveau des fuites d’eau, de la tôle, de la rouille, ah et de… De tout en fait. Alors nous l’avons transformée en…

Ça :

DSC_0462

Avouez que ça claque.

   

A chaque (re)naissance, toutefois, il est de bon ton de nommer la créature qui vient d’apparaître avec force hurlement. Hum. Bon alors avant sa naissance, la bibliothèque en devenir se nommait Pajol, (comme la rue et comme la halle et comme… quelqu’un, je crois, mais cela m’échappe.)  Comme nous n’étions pas très fans, nous avons décidé de l’appeler comme lui :

Václav_Havel_cut_out

(En vrai ce n’est pas nous qui l’avons nommée, c’est le conseil de Paris, mais ça faisait plus dramatique de le dire comme ça.)

Comme ça, parce qu’il a une bonne tête. Et qu’il a été président de la République Tchèque. Et qu’il a écrit du théâtre.

Ah si lui aussi il s’appelait Pajol, c’est même lui le Pajol original, souvent copié très largement dépassé. Mais bon personne ne s’en souvient de ce Pajol*.

Ah si lui aussi il s’appelait Pajol, c’est même lui le Pajol original, souvent copié très largement dépassé. Mais bon personne ne s’en souvient de ce Pajol*.

Mais la gestation était loin d’être complète, car une bibliothèque ce n’est pas juste un bâtiment trop beau et un nom de président. Une bibliothèque c’est avant tout…

Un troisième lieu

Pour ceux qui n’auront pas le courage de lire tout ça je vous livre un petit résumé parfaitement personnel : une bibliothèque c’est un endroit qui n’est pas la rue, qui n’est pas un endroit payant, qui n’est pas le domicile ni le travail (enfin ça, ça ne marche pas pour nous), c’est donc en fait un cinquième lieu. D’ailleurs, pour ceux que ça intéresse, je donnerai probablement une conférence à ce sujet. Un jour. Si on me prête la salle des fêtes de Préveranges**. Ce qui n’est pas gagné.

C’est un endroit où on peut à la fois se cultiver, se divertir, sociabiliser mais également, n’en déplaise à ce monsieur s’amuser !

Car c’est primordial de s’amuser, comme l’ont bien compris les deux spécialistes vidéo-ludiques intercontinentaux que nous avons la chance de compter parmi nos collègues.

Dont un médecin légiste spécialisé ès manettes de jeu, ou bien le tristement célèbre "éventreur de pads de la ZAC Pajol", les débats font rage en ce moment même, à ce sujet précis.

Dont un médecin légiste spécialisé ès manettes de jeu, ou bien le tristement célèbre « éventreur de pads de la ZAC Pajol », les débats font rage en ce moment même, à ce sujet précis.

C’est pour respecter cette logique de cinquième lieu  qu’à Václav Havel nous avons réservé tout plein de salles à des usages divers et variés tels que le jeu vidéo, la pratique informatique, les groupes qui veulent parler fort, les enfants qui veulent se faire lire des histoires, mais aussi le travail en silence***.

Pour illustrer mon propos voici une salle vide. Ce qui n’a aucun sens en fait. Ah si, ce n’est pas terrible une salle vide, nous on préfère quand elle est remplie de gens.

Pour illustrer mon propos voici une salle vide. Ce qui n’a aucun sens en fait. Ah si, ce n’est pas terrible une salle vide, nous on préfère quand elle est remplie de gens.

Enfin, c’est bien joli tout ça mais nous n’avons pour l’instant pas encore affleuré le vif du sujet, car si, il y en a un, parfaitement.

Nous n’avons pour le moment qu’évoqué le look de la bibliothèque, en bons conservateurs matérialistes capitalistes patriarcaux que nous sommes. Qu’en est-il de l’esprit de la bibliothèque ? Si sa coquille est bien jolie, qu’en est-il de son blanc, de son jaune, du poussin qui se débat à l’intérieur****… enfin, qu’en est-il donc de son âme ?

Âme ! Le mot est lâché, puissant, polémique, dangereux. Prêt à buzzer sur LCI. Quelle est l’âme de Václav Havel ? Que fêtons-nous vraiment aujourd’hui ? Quel est le poids réel à vide et sans le jardin de la halle Pajol ? Que nous servent VRAIMENT les Petites Gouttes pour justifier leur appellation et leur prix ? Pourquoi Bagheera confie-t-il d’abord Mowgli à des loups avant de subitement l’arracher à sa nouvelle famille et le perdre plusieurs fois dans la jungle avant d’enfin le ramener dans son village, chose qu’il aurait pu/dû faire dès le début ?

Sachez que je ne répondrai pas à ces questions. Parce que je ne sais pas, en fait. Par contre je vais vous balancer plein de chiffres inutiles pour clôturer en beauté cet article.

– 37000 : c’est le nombre à peu près presque exact de documents dans la bibliothèque (le vrai chiffre tout à fait absolument exact est classé secret défense et même si je voulais je ne pourrais pas vous le divulguer.)

35,995 mètres : soit 35995 centimètres, 39.3646 yards, 118.0938 pieds et 1417.126 pouces: La taille cumulée des agents de la bibliothèque, y compris ceux qui trichent, sachant que j’ai du faire des soustractions pour certains de ces derniers. A noter que 35 mètres, c’est la taille de la plus grande tour en Lego jamais construite*****… Coïncidence ?

–  0 : le nombre de boite à livres mais 1 le nombre de boite à livres à venir très bientôt et à laquelle vous pourrez confier tous vos documents dans  les (rares) moments où nous serons fermés ! A noter que la boite à lettre n’est pas une boite à livre, comme pourra vous le rappeler au téléphone 1 bibliothécaire pas contente, le mardi matin. (petit jeu rigolo suite, saurez-vous deviner de qui il s‘agit ?)

2007 : l’année moyenne de publication des ouvrages d’histoire dans notre bibliothèque. Pour rappel, puisque personne ne semble le savoir, nous avons des ouvrages d’histoire à la bibliothèque, et ils sont tout neufs (puisque personne ne les lit) !

25 : le nombre de trains passés devant ma fenêtre entre le moment où j’ai commencé à les compter et celui où j’ai arrêté parce que j’en avais assez. 3 étaient des TGV et 12 des transiliens. Ça en laisse 10 de je ne sais pas. (Si toi aussi ami lecteur tu veux compter des trains, sache qu’il y a plein de fenêtres au premier étage, au fond, près des ouvrages d’ouvrage d’histoire, où tu pourras t’adonner à ta passion en toute tranquillité et, pourquoi pas, emprunter un ouvrage d’histoire !)

–  1982(,47619) : l’année moyenne de naissance des agents de la bibliothèque. Sachant que sur 21 bibliothécaires, 14 sont nés entre 1980 et 1989 et 5 entre 1970 et 1979. Ce qui nous en laisse 2, 1 au dessus de 1990 et 1 en dessous de 1970, (petit jeu rigolo fin : saurez-vous deviner qui ils sont ?) En tout cas et malgré cette date de naissance préraphaélite, voire antédiluvienne, les bibliothécaires de Václav Havel se mettent au service de la culture, des arts et des divertissements presque tous les jours, du mardi 13h au samedi 18h, avec le sourire !

 Voilà. La bibliothèque Václav Havel c’est cela, et c’est bien plus encore : c’est des rires et des larmes, du sang et de la boue. Ah non ça c’est le Nam, comme disent les vétérans******. Václav Havel, c’est une année entière de services innovants et d’animations inédites, et non nous ne nous faisons pas outrageusement mousser ! Václav Havel c’est aussi vous (un peu) qui faites chaque jour vivre la bibliothèque !

Bon anniversaire à tous !

 

*– L’auteur de cet article tient à présenter ces excuses à tous les fans de Pierre Claude Pajol s’il les a insultés d’une quelconque façon et les invite à venir discuter avec lui de l’avenir de leurs personnages historiques au rôle mineur préférés avec lui, à la salle des fêtes de Préveranges.

**- L’auteur tient à rappeler aux Préverangeois et aux Préverangeoises qu’il a beaucoup de respect pour ce mignon village qu’il n’a jamais visité.

***- Cette pratique un peu étrange compte un certain nombre d’aficionados, qui se précipitent, dès les portes de la bibliothèque ouvertes, dans la salle Modérato pour s’y adonner dans un silence de plomb. On en compte au moins plein par jour.

****- Il n’est pas clairement établi qu’il y ait  réellement un poussin à l’intérieur de la bibliothèque.

*****- Une tour de lego  de 35 mètres mais c’est trop cool non ?

******- Si si, c’est très clairement évoqué dans Apocalypse Now.

Olivier.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *