Drift de Thierry Di Rollo

Dans un futur lointain, la terre n’est plus que l’ombre d’elle-même. Exsangue, clochardisée, et sous K.Beckin (une drogue de synthèse), sa population ne vit que la nuit ; les diurnes, de riches tueurs montés sur des mantes géantes donnent la chasse aux humains qui sortent le jour. Toute sa population ? Pas tout à fait : outre les diurnes, d’autres humains vivent sous le soleil. On les appelle les Justes, ce sont l’élite des terriens. Technologiquement améliorés (certains sont même immortels), ils vivent à l’écart de la plèbe, protégés, et ourdissent un départ imminent de cette Terre devenue désormais stérile par leur faute.

drift

Dans ce beau titre de science-fiction (vous l’aurez deviné), nous suivons Darker, cœur meurtri mais gâchette magique. Il brave le jour, ne sait plus où est sa place suite au décès de sa compagne, et embarquera malgré lui sur le Drift, vaisseau interstellaire titanesque construit par les Justes pour trouver une nouvelle Terre.

Di Rollo nous propose un texte de 340 pages où se mêlent différents thèmes de science fiction : post apocalyptique avec cette terre et son humanité ravagées, space opéra à bord de ce monumental vaisseau perdu entre les galaxies, et même cyberpunk avec la nano-technologie des Justes. L’auteur offre d’ailleurs ici un beau questionnement sur la solitude de l’homme immortel.

Une écriture dynamique qui tient en haleine, une intrigue originale et des environnements variés vraiment réussis, rien à redire : Drift est une belle pépite de SF dégotée pour la Voie des Indés !

Arthur

voie des idés

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *