Les mordus du manga sélection 8/12 ans.

Ils sont 6 et ils vont vous surprendre. Vous allez rire, frémir, bondir et plein de choses en -ir, mais surtout LIRE. Car oui, ils reviennent ! Les MORDUS DU MANGA nananananaaaaa (imaginez une chanson bien stylée, genre ça). Vous avez surement assisté au club manga du samedi 12 septembre, et si ce n’est pas le cas, c’est comme le spoil, c’est mal – on pense à toi Olivier – mais surtout, si ce n’est pas le cas, séance de rattrapage sur le blog avec la présentation ci-dessous de la sélection 8-12 ans.

N’oubliez pas : après vos lectures, minimum 3 sur les 6 titres proposés, votez dans l’urne à côté de la sélection, il y aura sûrement un petit cadeau pour vous à la fête de clôture 😉

Inséparables (série terminée en 12 tomes)

Koharu Shiina a vécu toute sa vie aux côtés de Natsuki Sugiura, son voisin, et ami d’enfance. Pour leurs amis, ils sont des inséparables ! Une chose est sûre, ils s’adorent, au point que tout le monde les voit comme le plus adorable des petits couples ! Mais eux s’en moquent et vivent pleinement leur amitié sans se sentir attirés l’un vers l’autre. Les choses changent lorsqu’ils entrent au lycée : le beau et séduisant Natsuki, plaît à toutes les filles ce qui n’est pas du goût de Koharu qui sent monter en elle la jalousie. Tout comme Natsuki qui n’aime guère voir les garçons rôder autour de Koharu et qui fait tout pour les éloigner. Peu à peu leur amitié change au point que Koharu finit par prendre de la distance avec Natsuki car elle a peur de ses sentiments. Leur amitié se transformera-t-elle en amour ? Pas si sûr car la belle, intelligente et mystérieuse Aki ne semble pas laisser indifférent le beau Natsuki. Et de son côté Koharu semble, elle aussi, attirée par le beau et ténébreux Toya.

Un shôjo classique avec de l’humour et des héros attachants. L’histoire d’amour entre les deux protagonistes suscite de nombreuses interrogations  (s’aiment-ils vraiment où sont-ils influencés par les moqueries de leurs  camarades qui les voient comme un couple ? Vont-ils tomber amoureux chacun de leur côté de Toya et d’Aki qui sont leur total opposé : discrets, intelligents et froids ?) Inséparables est un shôjo qui traîne parfois en longueur mais qui reste agréable à lire.

Hibi Chouchou (en 12 tomes)

Depuis sa plus tendre enfance la discrète Suiren est admirée de tous pour sa beauté : en maternelle les garçons se battant pour elle, elle décida de rejoindre une école de filles et les garçons ont continué à la poursuivre avec en prime les filles de l’école qui semble toutes l’admirer. Exaspérée, elle ne parle plus à personne sauf à sa meilleure amie Aya qui, elle, la traite normalement. Au lycée elle rejoint une école mixte, et très vite, elle suscite l’admiration et devient sans le vouloir la plus jolie fleur de son lycée. Sa beauté́ est remarquée de tous, sauf peut-être d’un membre du club de karaté, le timide Kawasumi qui la sauve d’une agression puis se détourne d’elle sans même la regarder. Charmée par son charisme et son indifférence, Suiren tombe amoureuse, mais très vite, une rivale, Koharu, tente de charmer Kawasumi en vain. En réalité Suiren et Kawasumi ont le même problème : ils ne se sentent pas à l’aise avec le sexe opposé et avec les autres en général sauf avec leurs meilleurs amis. Décidée à conquérir le cœur de l’impassible Kawasumi, Suiren décide de changer pour gagner contre sa rivale Koharu. De fleur, elle souhaite devenir papillon mais elle aura fort à faire face à l’espiègle Koharu et surtout face à la timidité du beau Kawasumi qui malgré les apparences n’est pas indifférent à son charme…

Bien que le personnage principal ne parle pas beaucoup et semble désincarné, on s’attache très vite à Suiren grâce à son dessin tout en finesse qui la rend envoûtante, mais aussi parce qu’elle lutte contre sa timidité naturelle pour séduire le beau Kawasumi. Kawasumi quant à lui, apporte une touche d’action grâce à ses talents sportifs.  Autour d’eux, gravitent de nombreux personnages secondaires qui, par leur comportements excentriques, apportent une touche d’humour. Hibi Chouchou est sans conteste l’un des meilleurs shôjos de la sélection 2015.

Mon histoire

Takeo Gôda, lycéen au physique intimidant, est l’idole de ses camarades de classe. Malheureusement, les filles de son école lui préfèrent son meilleur ami aux allures de play-boy… Mais quand Takeo sauve une jeune fille d’une agression, cette dernière semble bel et bien s’intéresser à lui…

L’originalité et le comique de ce shôjo manga tiennent en grande partie de son personnage principal, qui n’est pas une délicate écolière, mais un jeune homme grand et fort… Ce qui ne le rend pas moins sentimental et fleur bleue pour autant! Les auteures évitent cependant la parodie facile (la dessinatrice qualifie même son héros « d’homme qui a la classe » !), et on s’attache réellement à Takeo et au chemin qu’il parcourt pour surmonter ses complexes et sa timidité. Il est d’ailleurs intéressant de noter que, contrairement à beaucoup de shôjo contemporains, c’est ici l’héroïne qui prend l’initiative de faire évoluer leur relation sur le plan physique.

S’il est difficile de dire si la série tiendra ses promesses sur la longueur, Mon histoire reste une lecture rafraîchissante et pleine d’humour. A l’image de son héros ?

UQ Holder

Dans un futur éloigné où l’existence de la magie vient d’être révélée, vit dans un petit village le jeune Tōta Konoe, orphelin et leader d’une petite bande dont l’objectif journalier est de vaincre sa tutrice et professeure la charmante Yukihime, responsable de l’accident de ses parents. Ce n’est pas par vengeance qu’il souhaite la vaincre mais plutôt parce que celui qui y arrivera gagnera le droit de quitter le village et de se rendre à la capitale : la nouvelle Tôkyô, Amanoni Hashira. L’arrivée d’un nouveau professeur, M. Tachibana, change à jamais le destin de notre héros car celui-ci est en réalité un chasseur de prime impitoyable qui se sert de Tōta et de sa bande pour tenter de tuer Yukihime. Après un combat mortel, Tōta au bord de l’agonie, apprend la réalité sur ses origines : il n’est pas tout à fait humain, tout comme Yukihime qui est un vampire âgée de 700 ans. Deux choix s’offre à lui mourir et se réincarner plus tard en humain ou boire le sang de Yukihime et devenir immortel au risque de rester toute l’éternité dans le corps d’un enfant de 12 ans et de voir tout ceux qu’il aime mourir de vieillesse. Voyant ses amis en danger Tōta, décide de devenir immortel, et commence alors pour lui le début d’une grande aventure où, en compagnie de Yukihime (leader d’un groupe d’immortels appelé UQ Holder), il affrontera toutes sortes de dangers pour réaliser son rêve : atteindre les sommets de la tour qui surplombe la capitale.

UQ Holder est un shônen qui ravira surtout les fans de Negima, ancienne série de l’auteur (de nombreuses références et personnages sont en effet directement liés à cette série). Si au début, le manga ne semble pas être très original, tout change lorsque l’on apprend les motivations surprenantes des différents protagonistes qui, pour une fois, ne cherchent pas à devenir les plus forts mais cherchent juste à réaliser leurs rêves où à trouver leur place dans un monde où se mêlent technologie, magie et malédictions. Le dessin est agréable, l’action est fluide, dynamique et sans temps mort et l’humour est constamment présent grâce au personnage principal assez loufoque qui se révèle très vite attachant. Combat, humour, magie et aventure sont les cocktails détonnant de ce sympathique shônen.

World Trigger

La ville de Mikadoshi est la cible des Neighbours, des monstres venus d’un autre dimension. Seule la troupe Border, organisation paramilitaire, parvient à se dresser contre eux. Jusqu’au jour où un nouvel élève nommé Kuga Yûma se présente dans la classe du lycéen Mikumo Osamu. Ce dernier découvre alors que son mystérieux camarade dispose de connaissances et de technologies de combat bien supérieures à celles des Border…

Assez proche dans son intrigue de l’Attaque des Titans, World Trigger se démarque de ce dernier par la relation particulière (et souvent comique) qui se développe entre le sérieux et altruiste Mikumo, et l’imprévisible Kuga, qui est totalement ignorant des us et coutumes de la terre. Le design des monstres, hybride de larvaire et de robotique, est également troublant et invite le lecteur à se demander s’il s’agit de simples animaux issus d’une autre dimension… ou de machines de guerre.

Doté d’une intrigue solide faisant la part belle aux mystères, World Trigger est une série qui sait tenir en haleine le lecteur par son rythme soutenu, alternant avec habileté action, humour, et suspense.

St&rs

En 2019, la terre capte un message en provenance de l’espace : « Rencontrons-nous sur Mars le 7 Juillet 2035 ». Le même jour, un bébé du nom de Maho prononce son premier mot : « Mars ». 15 ans plus tard, Maho, devenu passionné d’astronomie et de conquête spatiale, tente d’intégrer la Space Academy afin de participer au fameux rendez-vous…

Assez éloigné des canons du space opéra, St&rs se révèle une série dense mais originale par le traitement de son thème : le voyage spatial et le premier contact avec une vie extra-terrestre. En effet, on suit surtout, dans ce premier tome, la préparation des candidats à l’expédition sur Mars, qui, sans être exactement réaliste (nous sommes dans un récit d’anticipation), reflète bien la rigueur de l’entraînement suivi par les vrais astronautes. La lecture n’en est pas moins passionnante, car on s’attache vite à Maho et à ses camarades qui doivent rivaliser de talent et d’ingéniosité pour remporter les épreuves qui leur sont imposées afin de réaliser leur rêve.

Terminée en cinq tomes, St&rs est un manga de SF où l’enthousiasme des personnages (et des auteurs ?) se révèle communicatif et pourrait, qui sait, susciter des vocations ?

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *