Le ballet va commencer

Club des lecteurs : scéance du 21/11/2015 by Bibhavel on Mixcloud

Ils sont là autour de cette table, nombreux, prêts à exécuter ensemble quelques pas.
Jeté plié pas de bourrée
Caroline ouvre le bal. En première position. On maintient la tête, on esquisse un premier pas.

Il est temps de s’élancer ! avec le texte de Sigolène Vinson Le caillou : l’histoire d’une femme qui voulait devenir caillou. Jusqu’à ce que son voisin frappe une nuit à sa porte… Deux parties dans le récit : une première avec l’histoire telle qu’elle aurait pu avoir lieu et une partie avec l’histoire telle qu’elle a été. Les deux se regardent, se contredisent et s’éclairent faisant de ce texte à langue crue et prosaïque un conte moderne.

Sylvie, dos bien droit, attaque un mouvement ambivalent avec un roman tiraillé entre tradition et modernité : Sourires de loup de Zadie Smith. C’est un livre sur l’amitié, le métissage, les inégalités sociales, les tiraillements entre tradition et modernité, entre deux cultures bengali et anglaise. Un livre à lire et dont l’auteur fait partie des rares à dire quelque chose !

    

C’est Mary qui prend la suite : un saut de chat et l’on passe à l’anglais avec L’empreinte de toute chose d’Elizabeth Gilbert, auteur du plus connu Mange, prie, aime où elle racontait son désespoir. Dans celui-ci, on suit l’itinéraire d’une femme scientifique au 19ème siècle qui migra aux États-unis. Ce livre est un voyage dans le temps et dans l’histoire des sciences.

Terre courage par Longa    Mon enfance sauvage par Longa

Coline nous rejoint en quelques ronds-de-jambe avec deux textes de Djalla-Maria Longa. Mon enfance sauvage est un récit de son enfance plein d’humanité, Terre courage raconte la rencontre entre les Ariégeois et les néo-ruraux venus s’installer dans les années 70.

Géraldine fait trembler l’assistance en se lançant dans une danse macabre avec Plus de morts que de vivants de Guillaume Guéraud. Une épidémie s’abat sur un collège marseillais, le collège est mis en quarantaine. On est du côté des élèves, on est dans l’horreur. C’est saisissant et trash !

Liliane réalise une jolie arabesque : elle n’aimait pas L’étrangère aux yeux bleus de Youri Rytkheou, mais plus elle en parle et plus elle se surprend à l’aimer. L’étrangère aux yeux bleus est une jeune fille russe qui pour ses études d’ethnologie va vivre avec le peuple nomade tchouktche. Le roman fait le récit de son intégration et de la vie quotidienne. Mais c’est aussi une belle histoire d’amour.

Philippe entre en scène avec le très formidable Petit piment d’Alain Mabanckou. Il y raconte le Congo de son enfance à travers es yeux et la parole d’un petit garçon abandonné dans un orphelinat. Dans ce récit au style galopant, les moments de bonheur sont rares.

Petite pirouette de Marie-Thérèse qui est venue sans coup de coeur.

Marie-Florence à petits pas vifs et rapides décrit le style d’Hubert Mingarelli dans Une histoire de tempête. Un homme s’assoie pour regarder passer les bateaux. Il est là pour écrire une histoire. Le texte est très poétique, on croise quelques alexandrins, très élaboré. L’auteur, une fois encore, écrit sur les silences et ce qui n’est pas dit devient plus important que ce qu’il se dit.

http://b14-sigbermes.apps.paris.fr/clientBookline/service/reference.asp?INSTANCE=EXPLOITATION&OUTPUT=PORTAL&DOCID=1/1023886&DOCBASE=VPCO

Chrystelle plus contemporaine dans sa performance ne parle que de rentrée littéraire avec Titus n’aimait pas Bérénice de Nathalie Azoulai et La septième fonction du langage de Laurent Binet. Le premier a presque été décevant : suite à une rupture amoureuse, elle s’enfonce dans la dépression et repense à Racine. L’auteur abandonne peu à peu son histoire amoureuse pour se lancer dans une biographie de Racine… Dans le deuxième roman, Roland Barthes a été écrasé dans un accident. Un commissaire très cartésien est envoyé pour enquêter sur cette affaire dans le milieu intellectuel des années 80. Il forme un duo improbable avec un professeur qui lui traduit les codes de cette société donnant lieu à des scènes très drôles.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *