Wikipédia à la bibliothèque, ou comment la Chapelle s’est vue dédier un éditathon (tonton).

Peut-être avez-vous croisé, il y a une dizaine de jours, au hasard de pérégrinations dans votre cher quartier, de drôles de touristes, qui équipés d’appareils photos avec des objectifs de trois mètres de long, qui badgés au pseudo Rogerdu80, qui parlant une novlangue séduisante et mystérieuse… Chers lecteurs, nous sommes à même de vous informer que vous avez croisé des wikipédiens !

Wikipedia tenait en effet chez nos voisins de l’auberge de jeunesse sa première convention annuelle francophone, les 20 et 21 août derniers.

Ce fut pour nous l’occasion (et quelle occasion) d’une part de rencontrer l’équipe de Wikimedia France, et d’autre part, grâce à leur aide, de mettre en place un éditathon sur deux jours à la bibliothèque. Un édiQUOI?! De QUOI?! A la QUOI?! Retour sur deux jours  qui ont changé l’Histoire.

A la Chapêêêêêêêêêêêlleuh

Jour 1: techniques encyclopédiques de base en milieu urbain.

13h30. accueil des participants.

Nous sommes tous dans la salle arobase. Le silence règne. Chacun toise chacun et l’air est électrique. Personne ne sait vraiment de quoi il s’agit. La pression atmosphérique, à son comble par ces quelques trente-huit degrés, écrase les corps et met les machines à mal. Les visages sont fermés, les yeux ne clignent pas. Seule une goutte de transpiration ose troubler l’inertie qui semble régir toute chose à cet instant, en roulant depuis la base des cheveux d’Olivier* jusqu’au bout de son nez, avant de basculer un instant pour enfin venir s’écraser mollement sur une page de carnet de note désespérément blanche.

14h00. On se détend.

On a bu un café, ça va mieux. On se tape sur l’épaule en présentant Wikipédia dans les grandes lignes. »COMMENT? Wikipédia est une encyclopédie collaborative à laquelle chacun peut apporter sa pierre? UN-FREAKIN-BELIEVABLE. « Ha bon? Wikipédia n’est qu’un projet de Wikimédia parmi d’autres? Mais c’est GÉNIAL ça ». « QUOI?! Wikipédia est dans le top-10 des sites consultés dans le monde? MAIS JE NE SAVAIS PAS! », etc. On apprend tous beaucoup de choses, grâce à nos amis de Wikimédia France, qui nous ont formés et transmis les rudiments de l’éditathon et nous ont guidé à travers la nébuleuse wikimédia.

La nébuleuse wikimedia

14h30. Édition libre.

Les choses sérieuses commencent, nous créons des comptes pour les personnes qui n’en n’ont pas encore et chacun commence à naviguer dans les pages du quartier, afin d’identifier ce sur quoi il/elle aimerait travailler. Quelques conseils plus tard, l’ambiance est studieuse et tout le monde bosse sur une page.

46° dans la salle. Une détermination impressionnante – Photo: Sylvia Fredriksson CC BY 2.0

Mais pour cette grande traversée nous ne cheminons pas seuls, bien au contraire ; nous disposons de l’énorme masse de savoir que représentent les ouvrages prêtés par nos collègues de la bibliothèque Sabatier (merci à eux!) ceux de notre fonds Paris La Chapelle, et bien sûr les documents de la Chapelle numérique, un site que mon médecin m’a conseillé de consulter trois fois par jour pour vivre centenaire.

Photo: Sylvia Fredriksson CC BY 2.0

16h00. Balade photo(voltaïque)

Indifférents aux dangers d’une telle entreprise, nous partons en vadrouille (et en vêtements de pluie) pour prendre en photo quelques endroits notables du quartier. Nous sommes immédiatement rejoints par deux wikipédiens chevronnés, rompus à l’art de la photographie d’extérieur, qui nous abreuvent d’informations sur la liberté de panorama et ses subtilités régionales. Nous photographions donc des bâtiments anciens, les parcs et jardins de la Chapelle, et après une petite boucle chacun rentre chez soi pour être en forme le lendemain.

29107889705_3c2b749b30_k

Photo: Sylvia Fredriksson CC BY 2.0

Jour 2 : de l’enrichissement collectif (sans faire marcher la planche à billets).

10h. Rebelote (comme disait mon grand-père).

Nouvelle séance d’enrichissement libre, chacun retrouve ses projets de la veille pour la matinée. Qui travaille sur l’Histoire de la Halle, qui uploade les photos de la veille sur la fabuleuse banque wikimedia Commons, qui recense les rues de la Chapelle pour les intégrer à la page du  quartier de la Chapelle, qui intègre la liste des espaces verts de la Chapelle à cette même page, etc.

12h30. déjeuner.

Nous allons nous restaurer. Olivier*, qui sait que l’on va partager l’addition, prend une entrée et un dessert.

13h30. Édition collective.

Nous y voilà, nous sommes au cœur du sujet, nous entrons dans la quintessence de l’éditathon,  nous démarrons, maintenant que tout le monde est familiarisé à wikipédia, une édition collective. Moment fort de ces deux jours, nous mettons en commun les informations dont nous disposons pour l’enrichissement de la page de la Halle Pajol. Une fois recensées les ressources sur l’histoire des bâtiments de la ZAC, sa requalification, et les évènements qui ont marqué son histoire récente, nous dégageons un plan et nous répartissons le travail.

Mindmap de l’esprit d’Olivier* à un instant t. – Photo: Sylvia Fredriksson CC BY 2.0

15h30. Bookscanner

Les copains de Wikimedia (beh oui c’est des copains, ils nous ont prêté leur bookscanner) nous ont -précisément- prêté leur bookscanner, ou en d’autres termes, leur machine DIY à numériser le domaine public. Ça tombe plutôt très très bien, car la BHVP nous a gentiment cédé un ouvrage de référence sur l’histoire de la Chapelle-Saint-Denis avant son annexion à Paris. Son auteur, Mr Lambeau, est mort depuis plus de soixante-dix ans, voilà une bonne nouvelle – ledit Mr Lambeau n’en prenne ombrage!

Alors que quelques wikipédiens irréductibles se refusent à abandonner leur ouvrage d’ enrichissement, nous nous attelons à la numérisation du fameux grimoire. S’en suivent deux longues heures de clic-scanne-tourne la page, clic-scanne-tourne la page, clic-scanne-tourne la page, etc., durant lesquels pleins de gens géniaux viennent tailler une bavette avec nous.

28512017133_cfe5beb78a_kLes derniers participants d’arobase passent nous voir en partant, on se promet qu’on se reverra l’été prochain, il y a beaucoup d’émotion, des rires, des larmes, un peu de sang. Ces effusions marquent la fin de ces deux jours épuisants durant lesquels Olivier* n’a pas fait grand chose.

Reste que la fin de cet éditathon n’est pas une fin, plutôt un commencement.

Si vous jetez un coup d’œil aux pages Wikipédia qui se rapportent de près ou de loin à la Chapelle, vous constaterez combien elles sont désormais riches; un passage par leur historique vous laissera voir que les participants à l’éditathon n’ont pas arrêté le travail en quittant la bibliothèque, loin de là.  C’est donc l’inverse d’un constat d’échec, donc une réussite, donc une satisfaction.

Enfin, après quelques heures de travail acharné, Lambeau, Lucien (1923) « Histoire des communes annexées à Paris en 1859. La Chapelle Saint Denis » vous est désormais accessible, ainsi qu’à tout le monde en fait, et nous l’avons posté chez les copains de archive.org (beh oui c’est des copains ils hébergent des tas de ressources libres). Vous disposez donc désormais de ressources exceptionnelles sur l’histoire du quartier. Comme disait Mickael Jordan, the ballon is in your camping.

29053858771_9b56557159_k

THE Grimoire – Photo: Sylvia Fredriksson CC BY 2.0

*Les prénoms ont été changés à la demande d’Olivier.

Merci à Wikimedia, merci aux participants (Dormoy Labs, club des arènes de Montmartre, anonymes de premier plan), merci à la BHVP, & merci à Sylvia pour les photos!

Share

3 réflexions au sujet de « Wikipédia à la bibliothèque, ou comment la Chapelle s’est vue dédier un éditathon (tonton). »

    • Oui, de très bons souvenirs en effet! Nous sommes en train de réfléchir à une seconde édition, nous ne manquerons pas de vous en informer directement ainsi que par les canaux habituels. Très bonne journée à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *