Chronique d’une actrice culturelle en fin de cycle !


Samedi dernier, le samedi 13 décembre, s’est achevé notre cycle autour du goût et de la gourmandise. En vrai, nous étions très contents.

IMG_20141213_162418

La journée avait commencé par une recherche désespérée de fruits étranges entre La Chapelle et Marx Dormoy.  Sous la pluie évidemment. Sans parapluie. Avec une hyperlordose proche de la sciatique. D’étranges rumeurs circulaient sur la probabilité de se retrouver, graine de lotus soufflées dans une main, vessies de poisson frites dans l’autre, face à une salle… vide. « C’est les achats de Noël » soufflaient les uns, « pas une âme entre les travées aujourd’hui » murmuraient les autres ou, pour les plus cruels « Hé, mais c’est qui qui s’occupe de la communication sur les événements dans cette bibliothèque ??? »

… Si bien que cette chanson circulait esseulée dans ma tête : Image de prévisualisation YouTube

Mais au final, c’était vachement bien. D’abord il y a eu la conférence sur la plateforme Open food facts, qui a fait apparaitre des silhouettes dans la salle. Et on a bien compris que vous vous intéressiez vraiment à l’utilité de cet outil, permettant à chacun de décortiquer les étiquettes des produits consommables. Des outils libres et gratuits pour se ré-approprier notre quotidien, tout ce qu’on aime à la bibliothèque…

Puis on a remis les prix aux gagnants du concours de recette insolites, Chloé, Nadjib et Mathilde.

Lire la suite

Share

Cent ans déjà… Et un peu moins de solitude

Quel point commun entre une fête de quartier, une ludothèque, un centre d’animation, un espace public numérique, un centre de formation sociale, des cours socio-linguistiques?… C’est L’ENS ou encore « École Normale Sociale », cet établissement qui, malgré – ou grâce à -ses cent belles et rondes années, se révèle être un poumon stratégique de la vie du quartier la Chapelle, dans le 18e arrondissement.

Ce que vous connaissez probablement du lieu, c’est l’accueil des enfants, peut-être la chorale et les cours de gym douce, les évènements comme Squares en fête et la fête du quartier, ou encore le jardin collectif – et lieu d’échange – Arrière-cours 93 (http://arrierecour93.blogspot.fr )…

Banderole réalisée pour 18e en fête.

Ce que vous connaissez peut-être moins, c’est sa vocation d’école, de centre de formation des travailleurs sociaux. À l’origine, en 1911 donc, l’action sociale est balbutiante et le projet par conséquent novateur. Jacques ELOY, sociologue et administrateur de l’ENS, rappelle ainsi « qu’à l’époque de la création de l’école, les droits sociaux, les politiques sociales, l’État providence n’existaient pas, mais que, par contre, il existait une monumentale question sociale issue (…) de la révolution politique de 1789 et de la révolution industrielle ». Le lieu répondait donc à un pressant besoin. L’action sur le terrain s’est développée ensuite, et l’ENS fait aujourd’hui partie d’un réseau d’une trentaine de centres sociaux sur Paris.

Ces deux aspects réunis dans une même structure laissent supposer une interaction toujours vive entre théorie et pratique. En tout cas, nous avons particulièrement apprécié de travailler sur l’organisation de la fête de quartier en juin dernier avec l’équipe de l’ENS. Un vrai régal !

 

Adresse:
2 rue de Torcy
75018 Paris 18e

Site internet : http://www.ensparis.fr

 

Share

Nous les avons rencontrés

Vous avez sûrement entendu parler de « concertation », un terme très à la mode qui frémit sur les lèvres dès qu’un projet d’aménagement urbain pointe… Et bien, la ZAC Pajol en offre un exemple réjouissant. C’est ce que nous ont appris les rencontres de Siska Pierard ou Olivier Ansart, qui par leur implication dans la vie associative du quartier la Chapelle, en sont les témoins.

Retour dans le temps… En 1994, le 1er projet de ZAC est présenté. Il propose majoritairement des logements, dans un quartier déjà extrêmement densifié. Il sera abandonné à la fin des années 90. En 2001 le projet est relancé, mais en comptant sur un regroupement de voix  « locales », la Coordination Espace Pajol (CEPA) créée en 2002, regroupant plusieurs associations du quartier, est bien décidée à faire entendre sa voix sur des propositions concrètes. Une lutte de longue haleine, donc, qui aboutira à une réelle prise en compte de la plupart des propositions dans le projet actuel…

Et vous pensiez qu’ils s’arrêteraient là ??? Ces agitateurs de conscience citoyenne se retrouvent sur les problématiques qui touchent le quartier, et actuellement le projet « Chapelle internationale », qui prévoit de remodeler le nord du quartier La Chapelle.

Allez donc voir le site de lAssociation pour le Suivi de l’Aménagement Paris Nord – Est 18ou celui de l’association Cactus.

Et Siska Pierard de répéter sa motivation, une préoccupation pour la chose « publique », une certaine idée du bien-être pour tous…

Share