Un coup de cœur, un coup de club (des lecteurs)

Enfin ! Après une disette de quelques mois le cénacle le plus fermé et prestigieux du Monde libre et des bibliothèques de Paris se reréunissait samedi 20/05/2017, 10h30 (heure de Paris) pour s’adonner aux plus nobles passions qui soient : les livres et la critiques d’iceux.

C’est donc vers 10h30 que se sont retrouvés, fringants et beaux, Lurdès, Mary, Cécile, Liliane, Isabelle, Philippe et votre serviteur.

Mus par leurs ardentes appétences littéraires ils se sont joints dans la petite mais non moins chargée de souvenirs émus salle Allégro, au premier étage, prêts à échanger propos enjoués et romans empruntés.

Et, après une brève introduction, c’est Philippe qui initie les débats.

largeIl a lu Petit pays de Gaël Faye et pense du bien de ce premier roman, par ailleurs unanimement salué par la critique et retraçant le génocide au Rwanda vu par les yeux d’un enfant, en l’occurrence l’auteur.

Philippe a d’abord pensé que c’était rapporté de façon légère, avant de se rendre compte que finalement pas tant que ça.

A ce drame, toujours présent, se mêlent des bonheurs de l’enfance d’autant plus fragiles. L’écriture est agile, les descriptions magnifiques, le tout est très agréable à lire mais aussi très lourd.

Liliane se souvient l’avoir lu mais plus trop du contenu. Même si elle se rappelle avoir aimé.

Quoi qu’il en soit l’ouvrage a reçu le prix Goncourt des lycéens.

bureauMais Philippe enchaîne déjà, toujours prompt à partager ses passions extrêmes. Cette fois c’est un livre d’aventure : nous sommes au Japon, aux alentours de 1100, et un petit village a passé un contrat avec le Bureau des Jardins et des Étangs, une sorte d’administration royale. Ce village a pour mission de fournir un certain nombre de carpes par an pour alimenter les bassins royaux, missions dont s’acquitte un jeune pêcheur dont le don pour attraper des carpes et les transporter dans une nacelle jusqu’aux dits bassins, quoique peu glorieux, est bien utile au village qui se voit ainsi exonéré de certaines taxes. Cette phrase est bien trop longue mais peu importe.

Voilà cependant que le jeune pécheur décède tragiquement et que sa femme se voit désignée pour prendre le relais. Le roman raconte alors son voyage avec moult rebondissements et péripéties.

Le texte rend bien l’ambiance du moyen-âge japonais croit savoir Philippe et l’on ne peut que le croire sur parole tant il nous est difficile de l’imaginer.

Le livre est bien mais pas extraordinaire nous dit Philippe avec un phlegme qui est devenu légendaire dans certains milieux autorisés.

Liliane prend ensuite la parole avec solennité et cette candeur si facétieuse qu’on lui envie. C’est Alain Mabanckou qui a eu les faveurs de sa lecture, lui et son Black Bazar.

bazarBlack Bazar c’est l’histoire d’un Africain, un homme très important et toujours très chic, qui arrive à Paris. Il se marie avec la fille d’un avocat strasbourgeois d’origine congolaise qu’il emmène à Paris. Là, elle va se laisser séduire par un autre, qu’il nomme « l’hybride »

Le livre a beaucoup plu à Liliane ; il n’y a pas une histoire mais des centaines qui s’entremêlent au gré d’expressions très imagées. C’est très bien.

Elle a aussi lu « Ce qui ne nous tue pas » d’Antoine Dole mais là je vous avoue qu’il n’y a rien sur ma feuille, j’en conclue donc que le livre ne l’a pas marquée.

Cécile se lance ensuite, pour sa grande première dans le club ! Elle nous présente deux comics, de la bande-dessinée américaine, qu’elle a découverts un peu par hasard à la bibliothèque : les deux romans graphiques et autobiographiques d’Alison Bechdel, une bédéiste américaine, originaire de Pennsylvanie : Fun home et C’est toi ma Maman ?. C’est le 2ème tome qui l’a attirée au départ, d’autant qu’elle ne savait pas qu’il y en avait un premier, et elle a eu envie de le lire au vu de sa thématique : les relations mère-fille.

funAlison Bechdel est née en 1960, elle est militante féministe, lesbienne, connue pour avoir publié une série dans Womanews, une revue féministe New Yorkaise, Dykes to Watch Out For  (Lesbiennes à suivre). Ces deux tomes consacrés à son père et à sa mère sont selon Cécile magnifiques, une vraie œuvre littéraire, tout en étant graphique. Elle analyse toute sa vie avec des références littéraires et psychanalytiques, passant toute son histoire au crible des références d’Alice Miller et de Donald W. Winnicott.

Ce deuxième tome C’est toi ma Maman ? est donc consacré à sa mère, dont elle raconte l’histoire, et à ses relations avec elle, alors qu’Alison a déjà la trentaine passée et qu’elle est une auteure connue. On la voit écrire et dessiner cette œuvre, soumettre les épreuves par deux fois à sa mère, et sa mère réagit plutôt mal, parce qu’elle ne se voyait pas de la façon dont la décrit sa fille, mais elle lui donne des conseils. La mère d’Alison est une femme très cultivée, elle est au départ professeure de lettres dans le secondaire, elle aurait aimé enseigner à l’université, elle est très douée, elle lit tout le temps, de la littérature. Mais elle a fondé une famille avec M. Bechdel, elle élève trois enfants, dont Alison, l’aînée, et ses deux frères, et son statut de femme au foyer ne lui permet pas d’enseigner.

mamanC’est une famille qui a vécu une grande souffrance, à cause de la douleur du père, qui est révélée dans le premier tome et pourtant toute l’œuvre d’Alison est emplie d’un humour décapant. Dans ce deuxième opus la maison familiale a été vendue, Alison et sa mère vivent toutes les deux dans un appartement, avant qu’Alison parte à l’université. C’est à l’université qu’elle découvre qu’elle est lesbienne, elle lit toutes les œuvres des auteures féministes, elle est très influencée par Jane Austen, Virginia Woolf, notamment. Son roman est très réaliste, elle dessine très bien, elle a vraiment cette tête en vrai Alison Bechdel, elle a les cheveux courts, un style vestimentaire masculin, tout comme Judith Butler, la théoricienne des gender studies, qu’elle admire.

C’est Alison Bechdel qui a introduit la notion du genre dans la bande dessinée.

Elle est aussi connue pour avoir créé le test de Bechdel !

Ce test analyse la présence féminine dans les films, et permet de savoir si un film est féministe ou sexiste – cependant, on ne peut s’y fier totalement car il y a des films au contenu sexiste qui passent aux travers du test en répondant à ses trois prémisses :

– Y a-t-il au moins deux personnages féminins portant des noms ?

– Ces deux femmes se parlent-elles ?

– Leur conversation porte-t-elle sur un sujet autre qu’un personnage masculin ?

(Source : Wikipédia, Test de Bechdel)

Tous les blockbusters échouent à ce test, en Suède des salles de cinéma utilisent le test de Bechdel pour coter les films qu’elles diffusent. Cécile le trouve très intéressant.

Ces deux romans graphiques sont remplis de références et allusions littéraires, les parents d’Alison et elle-même lisent beaucoup, elle cite Albert Camus, Marcel Proust, Henry James, F.S. Fitzgerald, Oscar Wilde, Du Vent dans les Saules… La mère d’Alison répète sans cesse des pièces de théâtre, parfois avec sa fille, car malgré son rôle de mère au foyer, elle continue à jouer au théâtre, dans sa petite ville de Beech Creek.

Le premier tome, Fun Home, que Cécile a découvert après, est beaucoup plus dur, c’est une tragicomédie familiale, où l’on découvre l’enfance d’Alison avec ses deux parents et ses deux frères, dans un manoir que son père a passé sa vie à rénover à la mode victorienne et néogothique, à restaurer toutes les moulures, et pour lequel il a acheté des meubles qui vont bien dans le style… Il est très violent avec ses enfants, sa fille et ses deux fils, il leur fait tout faire, s’en sert d’apprentis.

A un moment, il perd son emploi de professeur, parce qu’il a des relations sexuelles avec de jeunes hommes, dont un de ses élèves, et dans la petite ville où ils vivent, cela fait scandale, à cette époque où l’homosexualité était très réprimée.

Le père reprend alors l’entreprise funéraire du grand-père, et la famille Bechdel vit dans un funérarium (d’où le titre de la BD, Fun[eral] Home), le père embaume les cadavres des défunts de la ville, aidé par ses trois enfants.

Un jour M. Bechdel meurt en traversant une route de campagne, trois semaines après que sa mère a demandé le divorce. Alison comprend bien plus tard ce qui est arrivé à son père, elle pense qu’il s’est suicidé mais n’en est pas sûre, c’était peut-être un accident. Alors qu’Alison compose son œuvre graphique, sa mère lui donne plus tard toute la correspondance que son père lui a écrite, elle comprend que son père était quelqu’un de très particulier, qui a beaucoup fait souffrir sa mère, mais elle l’aimait beaucoup. Grâce à ces deux bandes dessinées, elle parvient à exorciser la souffrance de sa vie de jeunesse, engendrée par la relation violente de ses parents, et elle le fait avec beaucoup d’humour, d’émotion et d’intelligence. Son père restaurait la maison, sa mère jouait du piano toute la journée, un frère était musicien, l’autre était passionné de maquettes, et Alison dessinait beaucoup.

Cécile vous recommande donc ces deux BD, dont on ne vous a pas tout dit (on vous en a quand même dit beaucoup !)…, deux œuvres très dures mais pleines d’humour, qu’on dirait teinté de gothique, qui sublime par l’art d’Alison Bechdel la souffrance qui peut exister dans beaucoup de familles.

Mary a quant à elle lu pas moins de quatre livres, sans doute pour nous humilier comme à son habitude, nous pauvres lecteurs qui tournons à 2 livres max par club. C’est moche de faire ça, Mary.

Mary a décidé d’apprendre l’Italien ce qui monte son nombre de langues parlées à 27, dont l’Anglais, le Français, l’Allemand, le Japonais, le Swahili et la langue secrète et royale des marmottes. Pour parfaire son italien elle lit donc des romans italiens (mais en italien sinon ça n’aurait aucun sens.)

merMargaret Mazzantini, l’autrice de  La mer, le matin est née en Irlande mais a vécu en Italie toute son enfance. Son livre narre deux histoires parallèles séparées par la Méditerranée, deux histoires mettant en perspective le passé colonial de l’Italie en Lybie.  C’est un livre sur l’identité, celle de ceux qui ont fui la Lybie pour vivre en Italie, comme Vito, le fils d’Angelina, né en Lybie mais a qui dû la quitter quand Khadafi a chassé les colons italiens. Celle aussi de Farid qui, tout jeune, suit sa mère pour coûte que coûte quitter la Lybie.

Un livre très réussi, un voyage entre deux continents et entre des familles.

Mary a lu aussi Per dieci minuti (10 minutes par jour) de Chiara Gamberale », un livre écrit sur un jeu, celui proposé par un psychiatre à sa patiente : à raison de 10 minutes par jour elle doit faire quelque chose qu’elle n’a encore jamais fait. Ce livre est basé sur son journal et est très drôle. Qui plus est, le processus se révèle thérapeutique puisqu’au bout de trente jours l’héroïne se sent bien mieux !

Camille, mon envolée de Sophie Daull : Camille, 18 ans, meurt d’une méningite le jour de Noël. Sa mère se donne comme objectif d’écrire l’histoire de sa fille et de l’achever avant Pâques. Le livre est triste et heureux en même temps, s’attachant à rendre honneur à Camille. Ce qui inspire ce proverbe chinois : On ne peut pas empêcher les oiseaux de la tristesse de voler autour de nos têtes mais on peut les empêcher de faire leur nid dans nos cheveux. »

Mary conclut brillamment par La guerre d’hiver du finlandais d’origine suédoise Philip Teir. Un roman conjugal sur la guerre d’hiver qui opposa les russes aux finlandais qui distille au fur et à mesure de ces pages un « esprit nordique » sur ce qui est important dans la vie ou comment une famille peut se désunir.

Lurdes prend alors la parole pour évoquer le livre Lire c’est vivre plus, ouvrage recensant l’avis de 9 écrivains et partageant leur amour de la littérature. C’est grâce à lui qu’elle a découvert Ces amis qui enchantent la vue de Jean-Marie Rouart, un excellent livre, très long, qui présente des livres de 120 écrivains, permettant de mieux connaître la littérature.

Parmi ceux-ci elle a  lu :

Le livre de l’intranquillité de Pessoa, poète portugais qu’on ne présente plus, qui parle de Lisbonne et qui est un peu triste.

Un roman françaisun-roman-f de Frédéric Beigbeder, qui revient sur son enfance dont il a tout oublié, de ses parents divorcés, de son frère qui travaille au MEDEF et par rapport auquel il se trouve raté.

Les forêts de Ravel de Michel Bernard : l’histoire du musicien, trop petit pour faire la guerre de 14 mais qui veut tout de même y participer et devient brancardier. A l’hôpital il trouve un piano et se met à en jouer. Très bientôt tout le monde veut le voir jouer : médecins, infirmiers et les éclopés dans leurs lits. Le livre est très joli, sentimental.

Mais voilà que le club menace de s’achever, heureusement Isabelle a encore quelques livres dans les manches (c’est une image…) !

Coraline, d’abord, adapté en un film très réussi. L’histoire d’une petite fille qui doit déménager à la campagne et dont les parents travaillent beaucoup. Comme elle s’ennuie elle se met à beaucoup se balader et un jour trouve une porte qui l’a fait tomber dans un monde parallèle. Ses parents sont là mais ils n’ont pas d’yeux, ils ont à la place des boutons cousus. En revanche, passé ce détail, sa deuxième maman est bien plus gentille que l’originale.

Sauf qu’elle n’est peut-être pas si gentille que cela…

burtonTim Burton ensuite, le célèbre réalisateur s’est aussi essayé à l’écriture avec un certain panache, disons-le, en tout cas avec plus de talent que pour Alice au pays des merveilles. Ce sont des histoires drôles et tristes en même temps, l’auteur surfant sur ce qu’il sait faire de mieux : les contrastes entre ce qui est drôle et triste.

Son livre, La triste fin du petit enfant huitre et autres histoires, est un recueil de poèmes touchants sur des enfants monstrueux, comme par exemple Ludovic, l’enfant toxique qui a beaucoup ému notre stagiaire Isabelle.

Enfin, Olivier essaye de dire des trucs sur des machins qu’il a aimés mais personne ne l’écoute parce qu’on a trop faim et aussi il y a un concert dans le parc qui accapare l’attention de tout le monde aussi ne vais-je pas en parler.

Conclusion : ce fut un club assez magnifique, il faut en convenir mais il y en aura bien d’autres ! Et des meilleurs ! Le prochain concernera d’ailleurs, et ça n’a aucun rapport avec ce que je dis, le Natural Writing, mouvement littéraire né dans l’ouest des États-Unis que vous découvrirez grâce à notre sélection sise au rez-de-chaussée de la bibliothèque (n’hésitez pas à réveiller l’agent(e) pour cela !).

 

 

Share

Les oublié(e)s de l’Histoire

En ce 18 mars 2017, nous avons décidé de parler à travers nos lectures de la Commune de Paris, ce soulèvement populaire qui a démarré le 18 mars 1871. 146 ans plus tard, nous voilà attablés autour de livres, de BD et de petits gâteaux pour évoquer la semaine sanglante et l’auto-organisation des Parisiens. La BD de Tardi d’après le roman de Jean Vautrin, auteur du XXe siècle, reprend des personnages qui ont vraiment existé et raconte la petite histoire dans la grande Histoire. Son titre : Le cri du peuple correspond au titre du journal dirigé par Jules Vallès à l’époque communarde.

cri-du-peuple

Sylvie nous fait un rappel historique bien utile sur les circonstances et le déroulement de la Commune car nous nous rendons compte que c’est un épisode de l’Histoire de France et de Paris assez méconnu et très peu commémoré. D’ailleurs à part notre club des lecteurs ultra-médiatisé sur le Web, le 18 mars est très peu évoqué dans les médias en 2017. Cet événement fait toujours un peu désordre dans l’Histoire, la population parisienne a tenté plutôt avec succès de s’organiser sans dirigeants, et la répression versaillaise a été très brutale, faisant environ 20 000 morts. La Commune est à peine évoquée dans les programmes scolaires.

Un projet du budget participatif de la Ville de Paris propose d’ailleurs de raser le Sacré-Coeur, cette «verrue versaillaise qui insulte la mémoire de la Commune de Paris. Le projet consiste en la démolition totale de la basilique lors d’une grande fête populaire.». Et pourquoi pas le Mont Saint-Michel ! Comme le rappelle Mary, l’Histoire a été écrite par les vainqueurs et la Commune a été reléguée au fin fond de la mémoire collective.

Lorsque les Parisiens se soulèvent, le gouvernement de Thiers fuit à Versailles et le peuple s’organise en comités révolutionnaires, proche de l’autogestion, qui réfléchissent à l’éducation, aux soins, à la place des femmes, favorisant leur émancipation. Ce sont d’ailleurs les autres oubliées de l’Histoire. A part Louise Michel, peu de femmes de la Commune sont restées dans les mémoires; elles sont pourtant nombreuses à s’être illustrées au combat ou dans l’organisation civile. De cette époque, Georges Clémenceau, Adolphe Thiers et Léon Gambetta sont ceux qui honorent de leurs noms nos rues et avenues.

La BcommunardesCommunardes qu’a lue Philippe rappelle justement le rôle joué par les femmes qui se battaient sur les barricades, les pétroleuses qui mettaient le feu, à travers l’histoire d’une aristocrate russe, Élisabeth Dmitrieff. Le tome 2 rappelle que les classes sociales n’ont pas totalement disparu pendant la Commune : les animaux du zoo ont été mangés par les riches quand les plus pauvres se contentaient des rats.

daeninckxMarie présente le livre de Didier Daeninckx, Le banquet des affamés, qui raconte l’histoire de Maxime Lisbonne, soldat et saltimbanque révolutionnaire, communard. Mary nous parle de L’imaginaire de la Commune par Katrin Ross aux éditions La Fabrique. La Commune était un laboratoire d’idées, les comités de réflexion ont vu l’émergence d’idées novatrices comme le féminisme ou l’attention à l’environnement qui ont beaucoup intéressé à l’international, notamment des Russes et des Anglais comme William Morris. Puis elle évoque les mémoires de Louise Michel (que personne n’a lus mais dont tous les participants s’accordent à dire que ce livre semble très intéressant), grande figure de la Commune qui a marqué les esprits et les imaginaires, féministe devenue anarchiste après son exil.

Un petit rappel de l’assemblée féminine du club : en France les femmes ont obtenu le droit de vote en 1946 seulement et le droit d’ouvrir un compte en banque et de travailler sans l’autorisation du mari en 1965. Les femmes présentes nous rapportent des anecdotes personnelles sur la gestion des finances dans le ménage, pas facile à l’époque! Un sage conseil des parents de Sylvie : « Surtout ne donne jamais ta paye à ton mari ». Mais aussi sur la répartition absolument inégale des tâches ménagères, les filles faisaient la vaisselle quand les garçons étaient envoyés jouer dehors après les repas.

orwellEn dernière partie nous évoquâmes la guerre d’Espagne, un autre combat révolutionnaire. Sylvie trouve que le roman d’Ernest Hemingway, Pour qui sonne le glas, a mal vieilli, dialogues sans intérêt, pas du tout féministe… Il y a des livres que l’on aime quand on est jeune puis on les relit et on les trouve niais. Comme Salammbô pour Jacqueline. J’ai recommandé Hommage à la Catalogne, de Georges Orwell, dans lequel il raconte son engagement dans la guerre d’Espagne et ses désillusions. Marie propose L’ombre d’une photographe, Gerda Taro de François Maspero sur la femme de Kappa, qui a contribué à de nombreuses photos sans que son nom soit associé à celui gerda-tarode son mari. Tout comme la femme de Victor Hugo, de Rodin, ou encore Colette au début de sa carrière et tant d’autres femmes qui ont rendu les hommes célèbres sans reconnaissance publique. Et ce depuis les débuts de l’humanité puisque des chercheurs ont affirmé récemment que les peintures des grottes préhistoriques pourraient aussi avoir été faites par les femmes, contrairement à ce qui était supposé jusque là et qui faisait des hommes les premiers artistes.

« Le cadavre est à terre est l’idée est debout », a dit Victor Hugo, ce sera la citation de fin. Cette séance fut très riche en questionnements, récits historiques et polémiques. Nous en sommes sortis des idées révolutionnaires plein la tête!

Manon

Share

Le club de l’insoutenable

On vous a souvent raconté les aventures du club sur un ton léger, souriant ou avec un humour parfois grinçant. Mais aujourd’hui, rien de cela. Par un phénomène que je ne m’explique pas, chaque membre du club est venu avec un roman difficile, très difficile. Ce que je vais vous faire relater ici, c’est le club des coups de coeurs insoutenables…
Sauf moi, bien sûr, qui n’avait pas senti ce vent d’horreurs souffler, moi qui suis venue avec un documentaire (rendez-vous compte !) sur le comportement des animaux. Le contre-point presque drôle de cette session…

97828097113870-3014456

Nos jours heureux de Ji-Young Gong est un livre magnifique pour Sylvie. Il décortique comment la violence amène la violence. Ce livre est également un plaidoyer contre la peine de mort. Il retrace l’histoire d’une jeune fille désespérée. Violée dans son enfance par son oncle, elle doit se taire car ses parents ont préféré étouffer l’affaire, l’oncle étant une personne importante. La tante, après une nouvelle tentative de suicide de sa nièce, lui fait rencontrer un condamné à mort. Peu à peu chacun va livrer à l’autre le récit de sa vie.

97823300632210-3269820

Sylvie partage avec nous une deuxième lecture : Nos frères blessés de Joseph Andras. Nous voici à Alger en 1956 à suivre l’histoire d’un garçon pied noir communiste, de son nom Fernand. Militant pour l’indépendance de l’Algérie, il posera une bombe qui n’explosera jamais dans une usine. Arrêté, il sera exécuté, sa grâce ayant été refusé par le ministre de la Justice de l’époque, François Mitterrand. Un très beau livre d’histoire ! conclura Sylvie.

97820701407250-1900641

Après le désespoir, la dénonciation et la froideur implacable de la Justice, Mary nous propose un roman à l’intrigue bien ficelée sur fond d’espionnage qui nous révèle que des écrivains sont soutenus financièrement par le gouvernement britannique parce qu’ils ont les mêmes idées politiques. Avec Opération sweet tooth, Ian McEwan nous ouvre les portes d’une société où l’on dissimule, manipule. Inspiré de faits historiques…

97820701476870-2715675

Mary nous propose un autre livre du même auteur : L’intérêt de l’enfant. Une magistrate doit prendre la décision de forcer ou de ne pas forcer un enfant malade d’un cancer à prendre son traitement. Là aussi l’auteur nous secoue et la fin est aussi imprévisible que dans l’Opération Sweet tooth !

97820813308630-327243197827096352880-1386752Après une petite note douce-amère, où Mary nous parle de Philothérapie d’Eliette Abécassis qu’elle a trouvé vraiment bien écrit, elle nous entraîne à nouveau vers le trouble, vers l’angoisse avec La fin de l’innocence de Megan Abbott. Un thriller oppressant, très ambigu et réussi !

97820707023290-704708

Liliane, dont on a pensé, un temps, qu’elle nous conduisait vers le roman le plus noir et le plus insoutenable de la session, sort Les noces barbares de Yann Queffélec !!! On en rirait presque si l’intrigue n’était pas à ce point insupportable. Pendant toute la lecture, on est tenu par le sentiment qu’il n’y aura pas d’issue, et pour cause. Mais bon, je ne vous livrerai rien de plus que le début ultra-violent de ce roman, le reste il faudra le lire par vous-même : une jeune fille de 15 ans s’éprend d’un Américain. Tous deux se fréquentent, il lui promet de l’emmener aux Etats-Unis. Un soir, il vient la chercher ivre dans sa Jeep, et l’emmène dans une chambre où les attendent trois garçons. Les pires violences commencent ici.

97910209041400-3392540

Et c’est à ce moment précis, que j’arrive avec ma lecture : un documentaire sur le comportement des animaux. Ah oui, je l’avais déjà dit et vous avez de la mémoire ! Sommes-nous trop « bêtes » pour comprendre l’intelligence des animaux ? se demande Frans De Waal. Je l’avais entendu parler de son livre sur France Inter (et oui, on ne se refait pas…) et je me suis jetée dessus quand il est arrivé à la bibliothèque ! Et je ne l’ai pas regretté ! Surtout que cela nous a valu deux moments de grande hilarité dans ce club : l’histoire du Serin de Jacqueline et l’histoire du phacochère (celui qui était tout le temps caché sous un tapis) de Liliane.

On aurait pu s’arrêter là, terminer, conclure.

97827144594350-2674644

Mais c’était sans compter sur Sylvie qui a sorti à la dernière minute La petite barbare d’Astrid Manfredi, cette histoire atroce, tirée d’une histoire vraie, où une jeune fille a servi volontairement d’appât pour l’enlèvement, la séquestration, la torture et le meurtre d’un jeune homme juif. Je crois que nous atteignîmes à ce moment-là une certaine forme de paroxysme de l’horreur.

Enregistrer

Share

Le club des lecteurs avec Ali Zamir

Ali Zamir 01

Le samedi 15 octobre nous avons eu la chance de rencontrer Ali Zamir. Voici l’enregistrement de ce moment riche en discussions sur les femmes, la littérature, les langues, le monde de l’édition et la situation actuelle des Comores. Un grand moment de joie et de partage à (ré)écouter !

 

 

Share

Le Club des lecteurs cosmique

Il y a des choses comme ça, dans l’Univers, qui reviennent à intervalle régulier. Je pense à la comète de Halley et son passage à la périhélie tous les 76 ans, je pense à la Terre et sa traversée des Perséides avec son pic d’étoiles filantes le 12 août de chaque année et je pense, bien sûr, au retour, chaque mois, avec une régularité d’horloge fonctionnant aux atomes d’Ytterbium, du club des lecteurs.

Mais alors, me direz-vous avec sagacité, quel rapport entre des événements cosmiques et le club des lecteurs ? Ce à quoi je répondrai qu’il n’y en a point mais que je voulais parler des comètes, parce que les comètes on n’en parle jamais et que c’est fort injuste. Tout ça parce que leur période est de plusieurs décennies, le temps qu’elles passent dans les confins du système solaire est passé sous silence au profit de pubs pour des yaourts bénéfiques au système digestif et des clips de campagnes pour les élections qui produisent l’effet inverse sur le second de ces systèmes.

C’est de la discrimination pure et simple. Alors que c’est si beau une comète.

comete_title

Ici, une comète fuyant les parages de la Terre après avoir appris qu’il y aurait une campagne présidentielle en 2017.

Mais un club des lecteurs n’est pas mal non plus et son passage à la périhélie à lui, figurez-vous, a lieu tous les ans, en même temps que celui de la Terre qui lui a donné naissance, des bibliothécaires qui l’animent, des lecteurs qui y participent et il n’y a guère que les neutrinos solaires pour traverser un tel événement et n’en avoir strictement rien à cirer (le neutrino n’en a rien à cirer de rien, c’est une enflure de nihiliste, méprisez-les de toutes vos forces.)

oscill

Ceci n’est pas un neutrino.

Sachez également que la seule chose que ne peut pas traverser un neutrino est la matière la plus épaisse de l’univers : la donaldtrumpite.

Une fois cette mise au point faite, nous pouvons consacrer toute notre attention à l’observation d’un club des lecteurs, en commençant par la dernière manifestation de cet événement, samedi 20 septembre à 10h30. Lire la suite

Share

Un club, une équipe, des lectures

Rappelez-vous, nous étions le 18 juin, et c’était alors le dernier des clubs avant l’été et sa caravane d’évènements sportifs. L’Euro de foot était naissant , le Tour de France n’avait pas encore frémi, et nous regardions encore les Jeux Olympiques à la jumelle. Exsangues de sport, nous étions surtout avides d’échanges et de lecture.

PicMonkey Collage2 Lire la suite

Share

Le Club des Coups de Coeur

Un coup de cœur… De tout temps les hommes, les femmes et les caniches nains ont ressenti ce frisson extrême, cette palpitation cardiaque inimitable, cette terrifiante mais néanmoins hautement agréable exaltation de leurs sens.

Rien n’est plus commun, quand on y pense, qu’un coup de cœur et pourtant rien n’est si rare, si précieux.

Nous-mêmes, clubistes des lecteurs qui n’ont plus rien à prouver, parvenus comme nous le sommes au faîte ultime de la popularité comme seuls l’avaient pu avant nous Michael Jackson et Pif le chien, traitons les coups de cœur pas moins de six fois dans l’année, avec brio, toujours. Avec un enthousiasme chaque fois renouvelé et un amour du métier qui ferait passer Alekseï Grigorievitch Stakhanov pour un absentéiste récidiviste.

Et pourtant… Nous ne nous sommes jamais réellement questionné sur la nature même du coup de cœur, jamais n’avons tenté d’en percer le mystère…

D’où vient le coup de cœur ? Où va-t-il ? Pourquoi frappe-t-il les gens de la sorte ? A-t-il vraiment du cœur que tout autre que son père éprouverait sur l’heure ?

Tant de questions que nous ne traiterons pas aujourd’hui. Faute de temps.

Et d’envie.

En revanche, nous allons vous parler de la séance du 21/05/2016, laquelle portait sur les coups de cœur, encore eux, eux donc dont le mystère DONC restera entier jusqu’à ce qu’enfin leur nature se révèle à nos yeux ébahis, sans doute au cours d’une méta-séance du club traitant non DES coups de cœur mais DU coup de cœur.

J’en frémis d’avance.

Ce qui n’était pas le cas des clubistes en cette matinée de mai joli, tout à leur impatience de commencer enfin une séance s’annonçant exceptionnelle.

Ils étaient venus, tous les anciens, tous les nouveaux, les meilleurs lecteurs de cette rive de la Capitale, tous sauf une, encore en goguette en quelque contrée lointaine, la meilleure d’entre nous à égalité avec tous les autres : Sylvie. Nous pensons à toi Sylvie, où que tu sois, en Asie mineure ou dans le Poitou, nous espérons te voir à la prochaine séance.

En l’absence de notre cheffe naturelle, ce fut donc Mary qui ouvrit le bal.

En un monde parfait | Laura Kasischke (1961-....). AuteurEn un monde parfait de Laura Kasischke. Mary a adoré la couverture. La présence d’oiseaux lui rappelle Hitchcock. Moi je ne sais pas je vois des oiseaux je pense printemps, chants, soleil, mojitos. Mary pense aux Oiseaux d’Hitchcock et son long cortège de violence. Chacun son truc, j’imagine.

En un monde parfait commence tout à fait « normalement » une femme de trente ans se marie à un pilote qui a trois enfants. Elle-même est hôtesse de l’air, une information que je partage mais qui n’aura aucune incidence ni sur le livre, ni cet article ni la course de la terre dans un univers qui s’étend et se refroidit.

Toujours est-il que le monde devient de plus en plus menaçant : un virus décime la population mondiale, on accuse les États-Unis, les Américains sont mal vus et il devient difficile de voyager. Tant et si bien que le mari-pilote finit par rester coincé en quarantaine en Allemagne laissant sa femme seule avec ses trois beaux-enfants.

Tout va de mal en pis jusqu’à l’effondrement et notre hôtesse va devoir apprendre à faire les choses par elle-même…

Une femme simple et honnête | Robert Goolrick. AuteurUne femme simple et honnête : Mary continue sur sa lancée avec cet ouvrage de Robert Goolrick.

Nous sommes en 1907, dans le Wisconsin. Un homme a fait fortune mais sa famille a été décimée. On ne sait pas très bien si ces deux effets sont liés ou non… Toujours est-il qu’il poste dans un journal une annonce comme quoi il chercherait « a reliable wife », comprenez « une femme de confiance » et non « une femme reliable » qui ne veut rien dire et n’aurait peut-être pas eu le même impact.

Mais je sais que j’ai un lectorat d’élite et que la traduction était superflue.

Bon en tout cas la femme en question arrive durant l’hiver. Ils apprennent à se connaître mais ce que ce bon fermier qui a réussi ne sait pas c’est que cette femme a tout un passé !

Cette phrase possède beaucoup trop de « ce » et de « se » mais franchement peu importe, cessez donc de m’interrompre..

Je passe un peu, tout ça pour vous dire que le bon fermier a un fils qui le déteste et comme deparasare comme disent les jeunes, sa femme en fait son amant. A partir de là tout tourne mal, c’est un véritable drame.

Le livre permet en tout cas de mieux comprendre comment les gens vivaient dans le Wisconsin au début du siècle, comment les conditions de vie les faisaient devenir fous et les poussaient à poster d’étranges messages dans les journaux.

Unravelling Oliver : de Liz Nugent. Un homme, violent, frappe un jour sa femme, laquelle tombe dans le coma. On arrête alors le mari et on l’interroge, découvrant son passé, son enfance, ses relations. Peu à peu, on parvient, non à le pardonner, mais à mieux comprendre les raisons qui sous-tendent sa violence.

Un excellent ouvrage.

Journal d'un corps | Daniel Pennac (1944-....). AuteurC’est au tour de Philippe de prendre la parole de sa voix de baryton-basse-ténor de l’opéra de Milan. Il nous expose ses impressions de lecture d’un ouvrage offert par sa nièce : Journal d’un corps de Pennac. Et lesdites impressions sont franchement mitigées.

L’œuvre a pour ambition de parler de ce dont personne ne parle : le corps. Pennac, de ses 12 ans à ses 86 ans va donc tenir un véritable journal des émotions qu’il a vécu et comment elles se sont traduites dans son corps.

Philippe nous concède que, je le cite : « plus on se plonge dedans (le livre pas le corps de Pennac) plus ça devient intéressant. C’est en vérité un vrai journal d’émotions et de comment elles se traduisent dans le corps. »

Ce n’est toutefois, nous concèdera Philippe, « pas un grand bouquin… »

En sus, il a lu quelques policiers, notamment des Indridalsson, auteur qu’il adore, particulièrement pour son Nuits de Reykjavik. Ce sont des polars très réfléchis, qui prennent le temps, à l’ancienne.

Drood : roman | Dan Simmons (1948-....). AuteurLiliane enchaîne sur une biographie de Dickens, obscur auteur anglais du 19ème siècle, poussant Olivier à Intervenir pour parler de Drood, énième chef-d’œuvre d’un maître de l’imaginaire, Dan Simmons, qui évoque les dernières années du maître par les yeux de Wilkie Collins, autre grand auteur de cette époque. L’ouvrage explore les bas-fonds londoniens, les fumeries d’opium et le processus créatif littéraire à cette époque avec un brio qui, hélas, se perd parfois un peu en bavardage.

Comment va la douleur ? : roman | Pascal GarnierLiliane a d’autres cartes dans sa manche. Comment va la douleur de Pascal Garnier. Une phrase que se disent les Africains quand ils se rencontrent. L’histoire est centrée autour d’un vétéran revenu d’Afrique qui veut se suicider mais y renonce et part sur les routes, faisant alors une rencontre inattendu. Le tout est très bien écrit et Liliane vous le recommande chaudement.

Elle a également beaucoup ri à De Gaulle à la plage, BD humoristique que nous évoquions ici.

Mais l’heure est grave, la rigolade est fini, voilà le temps des cerises, le temps de l’amour, le temps des copains et de l’aventure, car  voilà que Clément, notre superstar des bibliothèques (hélas désormais parti dans un autre établissement dont nous tairons le nom si nous comptons garder un public, big up bro), voilà donc que ce grand homme se lève d’un bond majestueux, deux ouvrages en main et entonne de sa voix hypnotisant un vibrant hommage, que dis-je ? Un véritable panégyrique à un de ces auteurs favoris. Un universitaire, une fois n’est pas coutume, car Clément fait les choses bien et pour son dernier club des lecteurs il est venu avec une vraie sommité.

Laissons-le en parler comme personne (normal, lui seul en parle…) :

Clément : « Je vais vous parler du Troisième chimpanzé de Jared Diamond. Et je vais vous en parler car Je recommande ce livre.

Je le recommande :

  • Pour les écologistes convaincus que l’homme est une espèce nuisible, et pas seulement depuis l’ère industrielle
  • Pour ceux qui veulent relever le niveau de la conversation de leur ennuyeuse soirée mondaine en envoyant des questions provocatrices qui réveilleront les convives plongés dans la contemplation de leur digestif avec des questions pièges comme « Savez-vous pourquoi l’homme est le seul primate à avoir un grand pénis? » ou encore « Moi je sais quelle fut la plus grande extinction de mammifère, et ce n’est pas la météorite qui a tué tous les dinosaures » ou « Moi je connais le  record du nombre maximum d’enfants qu’un homme puisse avoir: c’est 888 et ce fut le sultan Moulay-Ismaïl du Maroc à la même époque que Louis XIV, dingue non? » voire si le ridicule ne vous atteint plus à ce niveau-là « La branche scientifique la plus ridicule que je connaisse est l’exobiologie car elle est la seule branche qui n’ a rien à étudier, puisqu’il s’agit de connaître la vie sur les autres planètes ( bon si quelqu’un rit avec vous, c’est que vous avez une touche)« 
  • Pour l’improbable politicien qui saurait lire et qui se demanderait si l’humanité court à sa perte. Si un tel homme existe, alors Tonton Jared a écrit pour lui ce pavé qui le fera hésiter au moment de voter la nouvelle concession pour des forages pétroliers 
  • Pour ceux qui comme Montaigne pensent que rien de ce qui est humain ne vous est étranger et qui en ont marre des thèses rousseauistes qui prétendent que l’état de nature est préférable

Le troisième chimpanzé : essai sur l'évolution et l'avenir de l'animal humain | Jared Diamond (1937-....). AuteurVous apprendrez beaucoup de choses, trop peut-être? Mais abondance de propos culturels et scientifiques ne peuvent nuire, car c’est une somme et c’est à lire absolument si l’on aime s’instruire à peu de frais. En gros, il s’agit de montrer les caractéristiques propres de l’homme, les bonnes (l’art, le langage) comme les pires (toxicomanie, génocide) en les remettant dans une perspective évolutionniste. On ressort de cette lecture peut-être un plus désabusé, mais ce doit être le prix du savoir! Je peux me targuer d’avoir lu un texte d’indo-européen  reconstitué par des linguistes, il est fou ce Jared! L’auteur est un géographo-linguisto-physiologico-ornithologico-archéologico-biologiste et il n’aurait pas écrit ce livre s’il n’avait pas eu quelque espoir en l’humanité! Alors dépêchez-vous de le lire avant que l’humanité ne disparaisse! »

Que dire après ça ? Peut-être qu’il est temps de passer à Emmanuelle pour nous parler de La vie amoureuse de Nathaniel P.

La vie amoureuse de Nathaniel P. | Adelle Waldman. AuteurC’est donc l’histoire de Nate, jeune écrivain qui va rencontrer un succès soudain et assez considérable. Il nous raconte sa vie amoureuse et ses histoires, notamment avec Anna, d’une façon clinique, froide et dépourvue d’émotions. Il est très scientifique dans sa façon de décrire les choses et donc pas du tout romantique. Lui est égocentrique, imbuvable, ne va jamais plus loin que son ressenti. Elle est très amoureuse de lui, touchante. Ça ne peut pas coller, se dit Nate, pour des raisons assez pitoyables.

Il finira par se trouver une copine beaucoup plus proche de lui, conçu dans le même moule de la jeunesse de New-York que lui.

L’écriture est très détaillée, déshumanisée mais très bien vu.

Mais quoi de mieux pour en terminer qu’un tour aux confins de l’univers ? C’est ni plus ni moins le voyage que nous propose Olivier avec un dernier livre, véritable coup de cœur qui l’a réconcilié avec les sciences !

L'Univers à portée de main | Christophe Galfard (1976-....). AuteurL’Univers à portée de main, de Christophe Galfard, qui fut l’élève de Stephen Hawking en doctorat, tout de même. Vulgarisation scientifique de grande qualité, l’ouvrage traite de l’ensemble des savoirs en terme d’astrophysique mais aussi de l’infiniment petit, reprenant les bases sur l’atome, nous initiant à la physique quantique tout en douceur pour aller jusqu’à la théorie des cordes ou des univers-bulles, encore invérifiées. Il permet aussi un voyage dans l’infiniment grand,d’abord dans le système solaire puis dans la galaxie et jusqu’à la surface de dernière diffusion, c’est-à-dire aussi loin que nous puissions voir avec de la lumière, au moment ou celle-ci a pu circuler librement dans l’univers il y a près de 14 milliards d’année.

Un voyage palpitant donc et plein de surprises tant on se rend compte qu’on connaît finalement très mal les secrets de l’univers.

Mais voilà déjà le moment de nous quitter… Je sais que c’est triste mais je vous promets que la prochaine fois, faute de nous pencher sur ce qu’est vraiment un coup de cœur, nous évoquerons les coups de têtes, de pied, les frappes de balle et autres joyeusetés lors de notre club des lecteurs spécial sport !

Bien à vous,

Olivier.

Share

Le club des lecteurs : lire pour rire

       Samedi dernier se sont solennellement réunis autour d’une table 11 lecteurs, 3 stagiaires, 2 bibliothécaires pour évoquer le « hihihi ! », le « hahaha ! », le « hohoho ! » en littérature. Soudain, la foule est devenue incontrôlable…

llll

Wilt 1 ou Comment se sortir d'une poupée gonflable et de beaucoup d'autres ennuis encore | Tom SharpeLa cérémonie a commencé avec Tom Sharpe et son Wilt 1, ou Comment se sortir d’une poupée gonflable et de beaucoup d’autres ennuis encore. Professeur au lycée face à des étudiants pas brillants, saoulé par sa femme au point de se demander comment l’assassiner, Wilt est aigri et a trop conscience de sa médiocrité. Heureusement, sa femme va se mettre à fréquenter une voisine peu recommandable et s’en suivra une série d’évènements loufoques.
Ce roman très anglais fait la critique de la société et de l’Université anglaises, et vous fera sûrement hurler de rire. Si vous n’en avez pas assez, Tom Sharpe (Tom le futé ou Tom le cinglant) a poursuivi les aventures de son héros jusqu’à un cinquième tome. Notons la traduction aux petits oignons !

« La scène où la poupée gonflable remonte à la surface est géniale ! » Mary

lll

Le guide du voyageur galactique | Douglas Adams (1952-2001). AuteurOlivier s’est chargé de lire le premier tome de la saga du Guide du voyageur intergalactique écrite par Douglas Adams et qui en compte 5 au total. Ce roman assez court et mené tambour battant raconte l’histoire d’Arthur Dent, un humain tout ce qu’il y a de plus banal, qui va se rendre compte le même jour que son meilleur ami est un extraterrestre et que la terre va être détruite par d’autres aliens belliqueux afin de permettre la construction d’une autoroute interplanétaire.
Le point fort du roman, toujours selon Olivier, est d’avoir incorporé de vraies idées de SF (comme le merveilleux vaisseau spatial fonctionnant à la probabilité),ce qui n’en fait pas une parodie de science-fiction mais bien un roman de science-fiction drôle.

«  Le livre est drôle dans l’ensemble même si l’auteur a voulu trop en faire. Comprendre : il veut faire rire à chaque phrase. En découle un trop-plein d’humour qui finit par être contre-productif. On rit quand même de bon cœur devant des situations rocambolesques pleines de cet humour si anglais. » Olivier

lll

De Gaulle à la plage | Jean-Yves Ferri (1959-....). AuteurSérieux, ordre et discipline, pour continuer cette séance avec De Gaulle à la plage, une bande-dessinée de Jean-Yves Ferri parue en 2007. Tout se passe à la plage, durant l’été 56, loin de la chose politique : il y a Charles qui dépasse du cadre parce qu’il est trop grand, il y a Yvonne qui même sur le sable, continue son tricot, il y a l’aide camp qui même en maillot, au bord de l’eau, est au service du Général; allant tremper en premier son orteil dans la mer pour voir si son supérieur peut s’y baigner…
On prend énormément de plaisir à lire cet album : on y retrouve les mots, les discours de de Gaulle, sa silhouette également, dans une posture inattendue, celle du vacancier.

« Le chien dans cette bd, comme tous les chiens, est stupide » Philippe

lll

Mon chien stupide | John FantePhilippe l’a dit… Un auteur américain devenu mythique l’a écrit : Mon chien Stupide de John Fante. Le héros est américain d’origine italienne et fantasme un retour aux sources romaines ; il vit dans une famille déjantée avec 4 enfants ingrats. Écrivaillon, il oscille entre contrats d’écriture de scénarios pour des projets peu glorieux et les joies des allocations chômage… Un élément très perturbateur fait son entrée : un chien, un molosse, vient s’installer au centre de la maison y semant le chaos, tout en faisant le bonheur du père.
Folie des paroles, bouffonnerie et audace… Venez découvrir ce qui a longtemps été un secret bien gardé !

« Loufoque et provoquant » Liliane

 

Francis blaireau farceur | Claire (1970-....). IllustrateurPoursuivons dans la série animalière avec une autre bête à poil (qui d’autre est bête et a des poils… ?). Francis blaireau farceur de Claire et Jack est le premier album des aventures de Francis qui, par la suite veut mourir ; cherche l’amour ; sauve le monde ; rate sa vie ; est malade. La trame se répète en 6 cases.  Il y a systématiquement, le même début tranquille : « Francis se promène dans la campagne »… Et une fin improbable, confinant au grand n’importe quoi : « Heureusement, un attentat terroriste massif réconcilie tout le monde » ou encore, « Il couche avec la femme de son ami Lucien ». Bon… Et bien, je crois que tout est dit !

« La bd la plus drôle de l’histoire ! La seule bd que j’offre systématiquement à un anniversaire » Pénélope Bagieu (présente par la pensée lors de cette séance)

lll

Dans la gueule de l'alligator : roman | Carl Hiaasen (1953-....). AuteurCette séance, somme toute très animale, s’est conclue avec Dans la gueule de l’alligator de Hiaasen Carl. Richard rencontre sur une plage Shink, homme sans toit, crado et déglingo qui, on l’apprendra, est un ancien gouverneur sorti des circuits puisque passé pour mort. Tous deux partent à la recherche de la cousine du premier, enlevée par on ne sait quel arnaqueur rencontré sur le web. D’aucuns parlent de ce roman jeune adulte comme d’un « thriller écologico-burlesque »… Une telle appellation mérite bien le coup d’œil, non ?

« C’était moyen drôle… Je vous conseille de le lire » Thomas (en effet, il n’aurait souri que du côté gauche…)

lll

       Durant ce club de lecteur, les rires, les éclats et les chouquettes ont fusé, je m’attendais personnellement, moi, C., humble stagiaire, à plus de calme et moins de sucre au sein d’une bibliothèque… Que voulez-vous, les temps changent ! Heureusement, la prochaine séance du Club des lecteurs aborde un thème qui imposera plus de rigueur -quoique…- : les coups de cœur ! Samedi 21 mai de 10h30 à 12h00.

Drôles de petits conseils des lecteurs avant de partir :

Share

Un club des lecteurs coups de gueule : une idée pas si excellente que ça ?

Cher monsieur DuhamelO,

Je vous fais une lettre que vous lirez peut-être si vous avez le temps… Sur votre demande, le thème du club était les « coups de gueule » et ce malgré le pacifisme patenté de nos clubistes. En témoigna Mary qui n’avait jamais rencontré de livres qu’elle eût détestés en 40 ans de lectures assidues.

Ce n’est pas pour vous fâcher mais il faut quand même que je vous dise que nous nous sommes bien amusés. Je ne sais pas si ce sont les thés exotiques de Lisa ou les rochers de Mary qui étaient alcoolisés mais dès le départ Philippe s’exclama « j’aime pas Houellebecq » et tout le monde se mit à causer en même temps. Les bibliothécaires consciencieuses que nous sommes avions prévu de tout enregistrer pour nous éviter de faire un compte rendu écrit qui n’aurait jamais pu arriver à la cheville du vôtre. Mais nous comprîmes dès la première minute (assourdissante !) que notre stratégie avait échouée. Aussi, puisque vous n’aurez pas l’occasion de l’écouter et que nous préférons préserver vos oreilles, nous vous en livrons le résumé que voici :

Philippe : « c’est du roman érotique de gare à acheter avant de prendre le train » et « il y a une scène de sexe toutes les 3 pages, toutes les 5 pages cela aurait suffit ! »

Christelle abonda. Elle n’aimait guère Houellebecq.

Lisa estimait qu’il avait un style efficace et son personnage public sympathique et attachant.

Sylvie trouvait qu’il sculptait bien la société et que le sexe était de toute façon présent chez tous les auteurs contemporains. Tous ses amis détestaient mais elle se plaisait à dire en société qu’elle appréciait bien l’auteur pour voir les réactions que cela suscitait.

Et Mathilde notre stagiaire les trouvait drôle (les romans de Houellebecq, pas les clubistes hein.).

Ghislaine, qui venait pour la première fois n’avait pas oublié d’amener son coup de gueule : en l’occurrence Eloge du moi de Daniel Prévost, qui nous permit d’apprendre que le recyclage des acteurs en romanciers n’est pas toujours réussi : « ça n’a ni queue ni tête, il a les chevilles qui enflent ». Heureusement, tout le monde fut rassuré : elle ne l’avait acheté qu’1.50 euros. Inutile d’ajouter que personne n’eut envie de le lire.

Mais, monsieur DuhamelO, ce n’était qu’un début. Mary tenta une pirouette, voire un double salto, en nous affirmant qu’elle allait nous présenter des livres qu’elle n’avait pas lu alors qu’en fait elle avait lu : Bel Ordure d’Elise Fontenaille. Sur ce livre, qu’elle trouva passionnant, l’audience a surtout retenu qu’avant cette histoire amoureuse/harcèlement, elle signait ses livres du nom de « Fontenaille N’Diaye » et que depuis ce livre elle s’appelle « Fontenaille »  tout court ! De là, à en déduire que c’est autobiographique… Elle a aussi écrit des romans pour ados queMary compte lire et un documentaire/enquête : Blue book que Christelle (pas la bibliothécaire) avait lu sur un génocide malheureusement oublié qui a eu lieu en Namibie en 1904 et perpétré par les Allemands.

Sylvie était bien parmi nous alors qu’elle nous avait affirmé être restée en Asie depuis le dernier club des lecteurs, au Tibet plus précisément avec Une terre de lait et de miel de Fan Wen, très beau et poétique. Un coup de gueule pour satisfaire M. DuhamelO ? Non aucun, elle a aimé aussi le livre du juge Trevidic Ahlam, sur la radicalisation des jeunes…

Mais vous allez quand même vous réjouir du lapidaire : « j’ai pas aimé le fusil de chasse ». Pour plus de précisions voir le Compte-rendu précédent car nous n’avons pas pu obtenir plus d’information, elle a même oublié de quoi ça cause ! Si ça ce n’est pas un vrai coup de gueule !

Liliane n’a pas aimé Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur (encore un conseil de sa fille soit dit en passant…) « on ne peut pas sauver plus de 10 pages » a-t-elle affirmé pour ce classique encensé dans le monde entier. Par contre, elle a été bouleversée par Mutilée, témoignage de Khady, excisée à 7 ans.

Chrystelle (avec un Y : c’est moi) aussi avait un vrai coup de gueule (une chance !) avec Histoire de la violence, le deuxième roman d’Edouard Louis après En finir avec Eddy Bellegueule. Justement, le deuxième est aussi lourd, long et pompeux que le premier était court, efficace et sans état d’âme. Une seule nuit ressassée sur 400 pages avec un procédé stylistique lourdingue qui consiste à faire de la sœur le narrateur pendant que lui commente en l’écoutant derrière la porte. Cherchez pas à comprendre, c’est juste nul !

Christelle (la non-bibliothécaire), habitante de Strasbourg, qui a fait quand même 4h de train pour nous parler de son coup de gueule – je pense que rien que pour ça elle mérite votre estime à jamais !-, nous entretint alors de Tokyo ville occupée de David Peace . Mais ce roman, qu’elle avait lu il y a 4 ans, l’avait très clairement énervée car « le synopsis est bien mais la narration est tellement bizarre avec des slashs : //// à chaque fin de phrase alors que ce n’est même pas une liste d’adresse IP. » Elle avait également poussé un coup de gueule contre la bibliothèque de Strasbourg qui a décidé d’arrêté le club des lecteurs auquel elle participe. Rassurez vous il sera sûrement pris en charge par les participants !

Enfin, Lisa, parla de ses coups de cœurs et finalement ce sont ses livres que tout le monde eut envie de lire, c’est dire si l’idée des coups de gueule était une bien mauvaise idée !!  La vie rêvée de Rachel Waring de Stephen Benatar « Mon coup de cœur littéraire 2014, la descente vers la folie d’une quarantenaire passionnée par les comédies musicales des années 30, avec de l’humour noir anglais ». L’auteur s’est auto-édité alors qu’il avait reçu un prix littéraire (1er coup de gueule pour cet auteur qui n’a pas eu le succès mérité). Et le deuxième coup de gueule de Lisa c’est qu’on n’ait pas acheté à Vacláv Havel le second roman traduit chez le Tripode de cet excellent auteur, Daisy, daisy, sous prétexte que le précédent n’aurait fait que trois prêts ! Et là je dis oui, monsieur DuhamelO. Au lieu d’acheter Houellebecq en 3 exemplaires, pourquoi n’achetons nous pas Daisy, Daisy ? Hein ? Ah vous ne dites rien monsieur DuhamelO !  Mary ajouta également qu’au club de lecteur d’Antibes (où elle a passé ses vacances) on lui a donné envie de lire Le testament de Jessy Lamb et qu’il ne se trouvait pas à Vacláv Havel, quelle honte…

Voilà pourquoi monsieur DuhamelO, il faut que je vous dise une dernière chose, ma décision est prise, je m’en vais déserter ! Si vous me poursuivez, monsieur DuhamelO, sachez que je serai dans le 20ème arrondissement.

Chrystelle T dite Tridonc.

P.S. : et pour ajouter aux coups de gueule, un dernier coup de gueule : cet article est publié en retard !!!!

Share

Combien de lecteurs encore en France ?

Ce matin, en exclusivité, nous allons vous diffuser le plus incroyable des reportages. Nous sommes allés dans un club étonnant où se réunissent des lecteurs. Oui, vous avez bien entendu des « lecteurs ». En 2015, sur France Inter, nous nous demandions encore s’il fallait faire de la lecture une priorité nationale. En 2056, nous pensions ce loisir* DISPARU ! Mais non, nos reporters à l’affût de la moindre information hors norme les ont trouvés, ces lecteurs de 2056. Nous en avons trouvés huit. Mais nous sommes en droit de nous demander s’ils ne sont pas plus nombreux.

Lire la suite

Share

SHIGERU MIZUKI

Le 30 Novembre dernier, Shigeru Mizuki nous quittait à 93 ans après une vie et une carrière bien remplies. Le club manga a donc décidé de revenir sur cet incontournable de l’histoire du manga autour de deux œuvres présentes dans notre fonds.

NonNonBâ (Nonnonbâ to ore)

Inspirée des souvenirs d’enfance de l’auteur, NonNonBâ nous narre le quotidien d’un jeune garçon dans le Japon rural d’avant-guerre, et la relation qu’il développe avec sa gouvernante, une vieille dame connue sous le nom de Nonnonbâ. Celle-ci lui fera découvrir le monde fascinant des yôkai, petits monstres et fantômes peuplant les légendes japonaises depuis des siècles…

Sensible et plein d’humour (malgré le tragique de certaines situations), cet album primé à Angoulême est une intéressante porte d’entrée vers un Japon aujourd’hui quasiment disparu, qui a nourri l’inspiration et l’univers intime de son auteur. Un récit fantastique autant qu’initiatique, qui séduira autant les fans de Shigeru Mizuki que les novices désirant découvrir son œuvre

.

Disponible ici.

Kitarô le repoussant.

Kitarô, enfant-zombie aux pouvoirs mystérieux, affronte au cours de nombreuses aventures les plus terribles représentants du monde des yôkai… ce qui ne l’empêche pas de se faire aussi de nombreux amis parmi eux !

Connue au japon sous le nom de GeGeGe no Kitarô, cette série créée par Shigeru Mizuki en 1959 est celle qui a fait de son auteur une véritable star du monde du manga. Aujourd’hui encore, de nombreux dessins animés, jeux, jouets sont créés à l’effigie de notre héros, et à Sakaiminato, où l’auteur a passé la majorité de sa vie, une rue entière a été décorée de statues de bronze représentant ses yôkai et autres héros. Très vivant et inventif, doté d’une narration parfois « foutraque » qui ajoute au charme de l’oeuvre plus qu’elle ne gêne la lecture (les yôkai n’étant pas à proprement parler les représentants de l’ordre et de la discipline…), Kitarô le Repoussant est un classique incontournable de l’histoire de la bande dessinée japonaise.

Image de prévisualisation YouTube

Le générique de la première série animée (1968), devenu un classique du genre et repris à quasiment chaque nouvelle adaptation de l’œuvre…

Disponible ici.

Nous espérons que ce petit aperçu vous donnera l’envie de découvrir davantage l’œuvre de cet auteur hors du commun, dont voici la liste des titres présents dans l’ensemble du réseau des médiathèques de Paris :

Vie de Mizuki : autobiographie de l’auteur, de son enfance à sa carrière de mangaka en passant par ses difficiles années de guerre…

Disponible ici.

Opération Mort : récit inspiré de l’expérience de Mizuki, vétéran de la guerre du Pacifique dans laquelle il perdit un bras…

Disponible ici.

Hitler : une biographie du personnage historique.

Disponible ici.

3 rue des Mystères : un recueil d’histoires courtes en deux tomes autour des yôkai.

Disponible ici.

Mon copain le kappa/Kappa et compagnie/Moi, la mort et kappa : série en trois tomes racontant l’amitié qui se développe entre petit garçon et un kappa, célèbre yôkai vivant dans les lacs et les rivières.

Disponible ici.

Micmac aux enfers : sorte de version parallèle de Kitarô, parue dans la célèbre revue pour adultes Garô, dans laquelle beaucoup de grands mangakas ont fait leurs débuts ou ont expérimenté une nouvelle approche de leur média.

Disponible ici.

Yôkai, dictionnaire des monstres japonais : comme son nom l’indique, le B A-BA pour tout savoir sur ces créatures mystérieuses…

Disponible ici.

Share

Des livres pour faire le voyage à l’envers ?

Retour sur le club des lecteurs qui a achevé notre cycle sur les Migrations. Ce 19 décembre, on a lu les mêmes livres avec des réactions différentes ! Céder à la tentation du rejet ou faire le voyage à l’envers comme dans Eldorado de Laurent Gaudé pour rechercher ce qui nous rapproche ?

Ces déplacements de personnes d’un pays à un autre pour des raisons politiques, économiques, sociales ou personnelles sont au cœur de nombreux débats depuis plusieurs mois. Ce sujet provoque des réactions parfois virulentes, toujours très passionnelles. Face aux histoires de migrations on a tendance à réagir d’abord avec ses émotions, pas toujours empathiques du reste, devant la souffrance de l’autre. Est-ce si difficile de se mettre à la place de l’autre, d’essayer de penser la réalité autrement qu’au regard de notre subjectivité ? C’est tout l’intérêt du sujet qui soulève beaucoup de questions dérangeantes : on ne choisit pas de naître dans tel ou tel pays, pauvre ou prospère, démocratie ou dictature. Quelle est la responsabilité de l’Occident ou ses devoirs envers ses migrants qui viennent de pays qu’il a colonisés, exploités ? Et nous, les individus ? Pourquoi cette désagréable sensation de culpabilité ? Après tout en quoi ça nous regarde ? On y est pour rien …!

L’intérêt des différents ouvrages de cette sélection est de suggérer que ça nous regarde simplement parce qu’on est tous des êtres humains d’où qu’on vienne. Ces lectures nous proposent de mettre des visages, des noms, des histoires particulières sur des chiffres qui finissent par ne plus vouloir rien dire. Difficile de rester indifférent devant ces existences meurtries, ces dignités bafouées. Pour autant, il n’y a pas d’angélisme ni de manichéisme dans Les échoués de Pascal Manoukian, Eldorado de Laurent Gaudé ou Encore le terrible roman de Hakan Günday. La réalité de ces migrations est d’une extrême dureté, s’y confronter permet d’élargir sa connaissance des autres et peut-être aussi celle de soi-même. 

Lire la suite

Share

Le ballet va commencer

Club des lecteurs : scéance du 21/11/2015 by Bibhavel on Mixcloud

Ils sont là autour de cette table, nombreux, prêts à exécuter ensemble quelques pas.
Jeté plié pas de bourrée
Caroline ouvre le bal. En première position. On maintient la tête, on esquisse un premier pas.

Lire la suite

Share

Independence Day of the Reader’s Club

Un manifeste pour la liberté d’édition.

Mes très chers camarades indépendants,

Le 17 octobre dernier avait lieu le 7498ème comité pour l’indépendance de l’édition sis en salle Allegro de la bibliothèque Vaclav Havel, établissement connu pour être un soutien sans faille dans notre combat. Son opération dite de la « Rentrez des Indés » est en effet l’un des pivots de notre lutte indépendantiste et ce depuis pas moins d’à peu près 1 an selon la police corrompue, 1 an et demi selon les sources bien plus fiables de notre mouvement.

A cette occasion, épaulés par deux bibliothécaires d’une inestimable qualité, nous discutâmes avec force lecteurs de nos maisons d’éditions indépendantes et de l’incroyable mérite des écrits qu’elle s’efforcent de publier. Ce fut un moment de convivialité et d’échanges qu’hélas on ne vit plus que fort peu, en particulier depuis que Gallimard contrôle le monde en sous-main et que les enfants ont cessé de travailler dans les mines, ce qui fait qu’ils envahissent les espaces de la bibliothèque susnommée en glapissant d’étranges cris inintelligibles.

Mais avant de pousser plus avant la description de ce fabuleux comité, arrêtons-nous un instant sur l’édition indépendante.

Lire la suite

Share

Les mordus du manga sélection 8/12 ans.

Ils sont 6 et ils vont vous surprendre. Vous allez rire, frémir, bondir et plein de choses en -ir, mais surtout LIRE. Car oui, ils reviennent ! Les MORDUS DU MANGA nananananaaaaa (imaginez une chanson bien stylée, genre ça). Vous avez surement assisté au club manga du samedi 12 septembre, et si ce n’est pas le cas, c’est comme le spoil, c’est mal – on pense à toi Olivier – mais surtout, si ce n’est pas le cas, séance de rattrapage sur le blog avec la présentation ci-dessous de la sélection 8-12 ans.

N’oubliez pas : après vos lectures, minimum 3 sur les 6 titres proposés, votez dans l’urne à côté de la sélection, il y aura sûrement un petit cadeau pour vous à la fête de clôture 😉

Inséparables (série terminée en 12 tomes)

Lire la suite

Share