Le ballet va commencer

Club des lecteurs : scéance du 21/11/2015 by Bibhavel on Mixcloud

Ils sont là autour de cette table, nombreux, prêts à exécuter ensemble quelques pas.
Jeté plié pas de bourrée
Caroline ouvre le bal. En première position. On maintient la tête, on esquisse un premier pas.

Lire la suite

Share

Independence Day of the Reader’s Club

Un manifeste pour la liberté d’édition.

Mes très chers camarades indépendants,

Le 17 octobre dernier avait lieu le 7498ème comité pour l’indépendance de l’édition sis en salle Allegro de la bibliothèque Vaclav Havel, établissement connu pour être un soutien sans faille dans notre combat. Son opération dite de la « Rentrez des Indés » est en effet l’un des pivots de notre lutte indépendantiste et ce depuis pas moins d’à peu près 1 an selon la police corrompue, 1 an et demi selon les sources bien plus fiables de notre mouvement.

A cette occasion, épaulés par deux bibliothécaires d’une inestimable qualité, nous discutâmes avec force lecteurs de nos maisons d’éditions indépendantes et de l’incroyable mérite des écrits qu’elle s’efforcent de publier. Ce fut un moment de convivialité et d’échanges qu’hélas on ne vit plus que fort peu, en particulier depuis que Gallimard contrôle le monde en sous-main et que les enfants ont cessé de travailler dans les mines, ce qui fait qu’ils envahissent les espaces de la bibliothèque susnommée en glapissant d’étranges cris inintelligibles.

Mais avant de pousser plus avant la description de ce fabuleux comité, arrêtons-nous un instant sur l’édition indépendante.

Lire la suite

Share

Les mordus du manga sélection 8/12 ans.

Ils sont 6 et ils vont vous surprendre. Vous allez rire, frémir, bondir et plein de choses en -ir, mais surtout LIRE. Car oui, ils reviennent ! Les MORDUS DU MANGA nananananaaaaa (imaginez une chanson bien stylée, genre ça). Vous avez surement assisté au club manga du samedi 12 septembre, et si ce n’est pas le cas, c’est comme le spoil, c’est mal – on pense à toi Olivier – mais surtout, si ce n’est pas le cas, séance de rattrapage sur le blog avec la présentation ci-dessous de la sélection 8-12 ans.

N’oubliez pas : après vos lectures, minimum 3 sur les 6 titres proposés, votez dans l’urne à côté de la sélection, il y aura sûrement un petit cadeau pour vous à la fête de clôture 😉

Inséparables (série terminée en 12 tomes)

Lire la suite

Share

Le club des lecteurs : un succès planétaire évident et mérité

Club des lecteurs du 19/09/2015 by Bibhavel on Mixcloud

Introduction : les arcanes d’un phénomène universel :

 

À l’heure où nous écrivons ces lignes le club des lecteurs, ou des Coups et des Caresses selon son appellation noble, n’a déjà plus rien à prouver. Son succès, quasi immédiat et retentissant, restera dans les mémoires collectives comme ce que l’être humain aura accompli de mieux, à mi-chemin entre les Pyramides à degrés (les pyramides lisses c’est surfait, aucun intérêt), la prise de terre et les babas au rhum.

   Cet engouement, indéniable (le club n’a-t-il pas encore accueilli pas moins de 6 personnes samedi 09 septembre dernier, dans son sacro-saint temple de la salle Allegro ?) n’est pas pour autant surprenant, ni par son envergure ni par ses manifestations, multiples et, parfois, extrêmes. En effet, combien d’immolations par le feu auront été commises parce que l’accès à la bibliothèque était impossible pour cause d’affluence trop massive les jours de clubs ? Et combien d’entrées en transe dans les cinémas le jour de la sortie du film inspiré de la vie du club ? Combien, enfin, d’enfants en pleurs à l’annonce qu’on ne pourrait traiter de Max et Lili découvrent la phénoménologie Husserlienne comme science eidétique ?

Ces événements, quoique tragiques, ne doivent cependant pas faire oublier les raisons d’être du club : les gâteaux et la littérature. Lire la suite

Share

Trois petites cuillerées de culture

Club des lecteurs : scéance du 20/06/2015 by Bibhavel on Mixcloud

Les cuillères s’entrechoquent, odeur de café, le club va commencer. On trempe nos cuillères dans les pots qui nous sont offerts : confiture de griotte, confiture de rose, gelée de pommes.
Douceur, amertume de ces textes qui nous emportent et que l’on partage autour de cette table. 

Armez-vous de votre plus grosse cuillère pour plonger dans les saveurs que le club a décidé de vous faire aimer !

Jean Metzger

© Jean Metzger

 

Lire la suite

Share

Nitsumeru No Bôken : les aventures d’un club manga

Ce titre énigmatique, Nitsumeru No Bôken, les Aventures de Nitsumeru (Nitsu pour les intimes) en français, est le titre du manga réalisé par un groupe de joyeux élèves du collège Daniel Mayer, avec l’aide du documentaliste et de quelques bibliothécaires.

image-0001

Cette folle aventure a débuté en janvier dernier avec la rencontre entre les élèves et vos bibliothécaires amateurs de manga, Agathe, Marie et Arthur. Sous l’impulsion des enfants, cette petite troupe s’est mise en tête de créer son propre manga ! Une épopée qui compte pour l’instant 7 séances et qui va se poursuivre l’année prochaine. Lire la suite

Share

Comment bien implanter votre Club des lecteurs (Consessus lectoris) dans votre salle allegro ?

Bonjour à tous, amis aux doigts de papiers et aux mains vertes ! Aujourd’hui, à la suite de nombreuses demandes, nous allons apprendre à bien implanter un club des lecteurs (consessus lectoris) dans une salle allegro pour un effet des plus réussis ! Pour cela, sachez que vous aurez besoin :

1) De livres de grande qualité aussi bien formelle qu’intellectuelle (ici nous les avons choisis tous très différents mais avec un thème commun pour créer une certaine cohérence) ;

2) De lecteurs en quantité moyenne mais vivaces et avec des couleurs qui s’accordent, sinon c’est vulgaire comme disait ma mamie (ici nous avions un Olivier, une Mary, un Philippe, une Jacqueline, une Marie-Thérèse et une Caroline) ;

3) D’une salle allegro de taille honorable et au sol fertile, avec une table et, si possible, des gâteaux (le type palmito (Palmytus) est recommandé), du thé et du café pour favoriser la pousse ;

4) D’une orientation ouest/est et un taux d’humidité idoine (non je ne sais pas comment on calcule le taux d’humidité, je ne sais même pas ce que c’est, je ne peux pas tout faire ici, hein !)

  Lire la suite

Share

La horde des lecteurs

 NB : pour booster l’audimat de cet article, l’auteur a volontairement parsemé le texte de références à la pop culture. Ainsi certaines situations (telles que des batailles spatiales entre orques et super-héros) vous sembleront peu adaptées au ton autrement sérieux du reste de l’article. Mais que voulez-vous… le succès commercial avant tout !

 

Extrait des Chroniques de la Bibliothèque Vaclav Havel

 

Club des lecteurs: séance du 18/04/15 by Bibhavel on Mixcloud

Samedi 18 avril 2015, Bibliothèque Vaclav Havel. 12h 05 : je regarde mes coéquipiers, la fierté brille dans leurs yeux. Je croise leurs regards, blanchis. Ils sont éreintés, tous : même Julien, ce costaud, guerrier-mage sans peur, et même Manon, archère-laser aux cheveux roux, et surtout la petite Sarah, stagiaire de 3ème année de sorcellerie qui n’a jamais vu tant de monde de toute sa vie. Lire la suite

Share

La famille s’agrandit !

Que ce fut long deux mois ! Deux mois sans club des lecteurs ! Les bibliothécaires fanaient, les usagers se languissaient lorsqu’enfin le samedi 21 mars arriva !
Lire la suite

Share

Club manga : vous allez en pincer pour CLAMP !

Formé à la fin des années 80, c’est dans le fanzinat que le studio Clamp fait ses débuts dans la bande dessinée, leur carrière professionnelle suivant au début des années 90. Comptant une dizaine de membre à l’origine, la formation se réduira au fil des années à quatre personnes, comprenant la scénariste Nanase Ôgawa, les dessinatrices Mokona et Tsubaki Nekoi, et Satsuki Igarashi, responsable des trames et de la direction artistique des publications du groupe.

 

Les Clamp au complet (notez le kimono de Mokona à droite)

Les Clamp au complet (notez le kimono de Mokona à droite)

 

C’est donc sur plus de vingt ans de carrière que le Club Manga vous propose de revenir ce mois-ci avec cette sélection de leurs œuvres présentes dans notre fonds :

X – 1992.

Comme de nombreux mangas de Clamp, l’histoire commence à Tokyo. Après plusieurs années loin de cette ville, et après avoir perdu tragiquement sa mère, Kamui Shirô, jeune homme introverti revient à Tokyo. Ayant des pouvoirs qu’il ne contrôle pas, il préfère éviter ses anciens amis. Il se retrouve malgré lui au cœur d’une lutte millénaire dont l’enjeu n’est rien moins que la survie ou la destruction totale de l’humanité… Kamui devra choisir son camp entre « les Sceaux » et « les Anges ».

Il s’agit peut-être de l’oeuvre la plus “adulte” du studio, ce qui lui valut d’ailleurs les foudres de la censure japonaise à l’époque de la prépublication du récit. X est en effet sensiblement plus gore et violent dans le traitement de son récit, emprunt de mysticisme et de questionnements sur le libre-arbitre, thèmes que l’on retrouve d’ailleurs dans la majorité de leurs œuvres. Cela ne fait pas moins de X une œuvre de qualité, dont l’ambiance urbaine, les pouvoirs psychiques des protagonistes, ou la menace de la destruction du monde, ne sont pas sans rappeler Akira, l’œuvre majeure de Katsuhiro Otomo (on peut même remarquer plusieurs points communs entre les personnages de la princesse Hinoto, de X, et de lady Miyako d’Akira).

A noter que la série animée, seule disponible dans notre fonds, propose une conclusion au récit, ce qui n’est pas le cas du manga, toujours en hiatus depuis les années 90.

 

Kamui Shirô, principal protagoniste de la série.

Kamui Shirô, principal protagoniste de la série.

 

 

 

 

 

 

 

Magic Knights Rayhearth – 1994.

Lors d’une visite scolaire à la tour de Tôkyô, trois collégiennes nommées Hikaru, Umi et Fuu se retrouvent emportées dans un monde parallèle du nom de Cephiro. Appelées par la princesse émeraude, les trois jeunes filles se révèlent être les Magic Knights, chevaliers de légende destinées à sauver Cephiro de la menace du sorcier Zagato…

Très marqué par la culture des robots géants et des jeux vidéo japonais des années 90, MKR est un manga à l’intrigue solide et au dessin soigné, qui se situe, comme souvent chez les Clamp, à la croisée de plusieurs genres : fantasy, mecha, shôjo, etc… Et c’est cette richesse, entre autres, qui lui permet, encore aujourd’hui, de rester une très bonne lecture pour les amateurs de robots, de magie ou d’héroïnes en uniforme !

Les héroïnes de Magic Knights Rayhearth, maîtresse de l’eau, du feu, et du vent.

Les héroïnes de Magic Knights Rayhearth, maîtresse de l’eau, du feu, et du vent.

Pour l’anecdote, ce manga marque également la première apparition de Mokona, mascotte récurrente dans l’univers des Clamp… (même si un « prototype » de la bébête figurait déjà dans une de leurs œuvres antérieures).

Mokona_soel_tsubasa_rc

Le nouveau maître de vos cauchemars

Enfin, il existe plusieurs adaptations animées de la série, dont une OAV en trois parties présente dans notre fonds. Appelée Rayearth, l’intrigue de cette OAV diffère sensiblement du manga d’origine.

Card Captor Sakura – 1996.

Sakura Kinomoto, écolière de 10 ans, découvre dans sa bibliothèque un livre mystérieux nommé « Le livre de Clow ». En l’ouvrant, elle y trouve un petit personnage du nom de Kerobero, qui lui révèle qu’il est le gardien des cartes de Clow, artefacts contenant de grands pouvoirs. Le problème, c’est que toutes les cartes, sauf une, ont disparu ! Il ne reste plus à Sakura qu’à toutes les retrouver, avec l’aide de ses amis et de ses propres pouvoirs magiques…

Avec Card Captor Sakura, les Clamp proposent leur vision du manga de type « magical girl » ! Si on est loin de la « noirceur » de X, on retrouve néanmoins les thématiques chères à la scénariste du studio comme l’importance de la destinée ou des romances transcendant les barrières des sexes, de l’âge, ou même de l’humanité. Le dessin, lui, est toujours de qualité, et on appréciera notamment les nombreuses « tenues de combat » confectionnées par la meilleure amie de Sakura, ou le design élégant des cartes de Clow.

L’adaptation animée, quant à elle, est également une réussite, et est assurée par le studio Madhouse, déjà à l’origine de l’anime de X, et qui travailla notamment avec le cinéaste Satoshi Kon.

Sakura et Kerobero. Une héroïne fraîche et dynamique, pour une œuvre plus profonde qu’il n’y paraît…

Sakura et Kerobero. Une héroïne fraîche et dynamique, pour une œuvre plus profonde qu’il n’y paraît…

XXXHolic – 2003.

Harcelé par des esprits maléfiques, un lycéen du nom de Kimihiro Watanuki découvre un jour l’entrée d’une mystérieuse boutique. Il y fait connaissance de Yûko Ichihara, voyante et magicienne, qui se propose de le débarrasser de ses visions. Mais Yûko n’accorde aucun vœu sans contrepartie, et bientôt, Watanuki, devenu homme à tout faire de Yûko, va partager le quotidien fantastique de celle que l’on appelle aussi « la sorcière des dimensions »…

Parsemé de clins d’œil à leurs œuvres précédentes, XXXHolic est surtout lié aux évènements du manga Tsubasa Reservoir Chronicle (les deux séries sont d’ailleurs parues simultanément au Japon). Il n’est cependant pas vraiment nécessaire de connaître ce dernier pour apprécier à sa juste valeur XXXHolic, dont l’intrigue se compose essentiellement d’histoires courtes mettant en scène Yûko et Watanuki avec leurs clients aux prises avec leurs passions et obsessions les plus diverses, et aux dénouements parfois macabre (la version Clamp de « la main du singe » vous fera froid dans le dos !).

Le traitement graphique de la série, tout en courbes et aplats de noirs, est non seulement un plaisir pour les yeux mais contribue également à l’ambiance d’étrangeté de ce récit, oscillant entre fantastique et psychologique, où il appartient au lecteur de se faire ses propres opinions ou théories sur ce qui lui est montré, mais jamais asséné.

XXXHolic est donc un manga complexe, peut-être pas le plus accessible du studio, mais assurément l’un des plus singuliers. Le très bon film d’animation, présent dans notre fonds, peut donner un bon aperçu de l’univers si particulier, mais ô combien envoûtant de cette série… (fuyez cependant la vf !)

Une œuvre au charme trouble, à l’image de son héroïne…

Une œuvre au charme trouble, à l’image de son héroïne…

Kobato – 2007.

Kobato, une jeune fille accompagnée d’une créature ressemblant à un chien en peluche nommée Ioryogi, erre dans les rues de Tôkyô. Qui est-elle ? On sait seulement qu’elle n’est pas humaine… D’où vient-elle ? On l’ignore… Que veut-elle ? Kobato a pour mission de remplir une bouteille avec les cœurs blessés des humains auxquels elle vient en aide, bouteille qui, une fois pleine, lui permettra de réaliser un vœu… dont on ignore également la nature !

Que ce résumé pour le moins déroutant ne vous décourage pas ! Malgré le mystère qui l’entoure, Kobato est un personnage éminemment sympathique et attachant, et on se prend vite à guetter la moindre opportunité d’en savoir plus sur elle et son compagnon au fil des pages de ce manga, au style graphique assez proche de celui de Sakura. Ajoutez à cela beaucoup d’humour, venant surtout des gaffes de Kobato dues à sa méconnaissance du monde des humains, et vous passerez un excellent moment devant cette série, qui n’est certes pas la plus connue du studio Clamp, mais qui, à l’image de son héroïne, ne mérite pas moins d’être découverte !

Quel mystère se cache derrière ce sourire angélique ?

Quel mystère se cache derrière ce sourire angélique ?

Share

La Magie du club Manga !

Esprit, es-tu là ? Au club manga de janvier dernier (oui, on a été possédé par le fantôme de Dédé Bordé !), aucune trace de fantômes et autres ectoplasmes ! En revanche, on a eu le plaisir de vous retrouver nombreux. Vous l’aurez compris, le thème de cette séance était la Magie et les Esprits. BOUUUUUH !

magie

Lire la suite

Share

Club des lecteurs : un cercle très fermé ?!

Maxime et moi entrions pour la première fois dans le très mystérieux club des lecteurs, c’est-à-dire le sacro saint lieu de ceux qui aiment lire car oui à la bibliothèque il n’y a pas que des jeux video, des ordinateurs et des enfants, il y a aussi des adultes passionnés de littérature !

Lire la suite

Share

Le Noël Kawaii du club manga

Tout d’abord, que signifie le mot « Kawaii » (prononcez le waii comme dans « hawaï ») ? La traduction la plus courante est « mignon », mais ce terme peut aussi signifier « petit », « fragile », « attendrissant », ou « délicat ». Et comme vous allez le constater, il y a bien des manières différentes d’être kawaii dans le vaste univers du manga !

http://fc07.deviantart.net/fs70/f/2012/210/7/7/keep_calm_and_be_kawaii_by_natalia_factory-d591r7t.png

Lire la suite

Share

Les dernières agapes du club des lecteurs en 2014

On s’attable, il est 10h30. Une profusion de livres et de gâteaux en partage.

Amuse-gueules

délices

Sylvie commence avec des amuse-gueules fondants et pétillants sur la langue. De quoi nous mettre en appétit. Il s’agit des Délices de Lucy Knisley, autobiographie culinaire d’une newyorkaise aux parents fins gourmets. On suit tout son apprentissage de la cuisine de ses premiers cookies à la délicatesse extrême de la cuisine japonaise, à ses crises assumées de malbouffe. Le dessin est rond, coloré, acidulé.

Lire la suite

Share

J’ai attrapé des coups de cœur, un coup de gueule, un coup de Club des Lecteurs.

C’est samedi que se tenait, avant la 13411ème célébration du prix des « Coups et des Caresses », la délibération en huis clos du jury du plus prestigieux des prix littéraires. Reportage.

Qui n’a jamais rêvé d’assister à une délibération du jury des « Coups et des Caresses » ? Qui n’a jamais caressé le souhait obscur de s’asseoir dans cette mythique et splendide salle Allegro et découvrir en avant-première les heureux récipiendaires, tout auréolés de cette gloire éternelle que confère une simple nomination ?

Qui n’a jamais, dans ses fantasmes les plus débridés, imaginé fouler ce sol, effleurer cette table, écouter les houleux débats, profiter des discussions pleines de sagesse des clubistes qui fondent le jury ?

Tout le monde. Enfin, je veux dire, personne… Heu, bref, enfin toujours est-il que notre journal a réussi  à s’introduire (en déguisant habilement un de ces stagiaires journalistes en bande-dessinée) dans le Saint des Saints, l’ultime cénacle, the final countdown, pour votre plus grand plaisir ! Report… heu contre-enquête exclusive :

Lire la suite

Share