[Le 12+, mé c koi ?] Défierez-vous notre arrogance et notre talent ?

Dans la bibliothèque Vaclav Havel tous les mercredis après-midi, nous, les membres réguliers -Suna , Nexus, Aulid , NeoJaiden, PlayMiel, Venum456 entre autres- nous rendons à la salle Jv pour le club 12+.

Nous parlons des tendances de l’E-sport, des nouvelles consoles. Nous nous défions entre champions lors de tournois plutôt sympathiques avec de la rage , des hurlements , des « shield breaks » et du DAB bien sûr.

D’autres séances sont consacrées au Journal du Gamer, riche en blague de Suna. Et surtout en actualités et en rubriques, notamment sur les dernières nouveautés de la bibliothèque. Les séances Jeux de sociétés amènent leurs lots de bluff (dédicace aux loup-garous) et de Rage quit : autant dire l’essence même du 12+.

12+

Venez donc retrouver les célèbres anecdotes de Suna et ses blagues toutes plus drôles les unes que les autres. Exemple : Quel est le sport le plus silencieux ? Le para-chuuuut. Excellent, non ?

Alors si vous détestez l’humour de Suna et que vous êtes un gros rageux, le club 12+ est fait pour vous !

L'alliance d'un Fifaiste et d'un Smasheur, c'est beau.

Le 12+, le lieu où les fifaistes et les smasheurs jouent main dans la main.

Les classement actuels des tournois sont les suivants:

  • Fifa: Tom 4x dont un titre de champion du 18eme et 19 eme, Aboubacar 3x
  • Smash Bros: Paul-henri 3x , Youva 1x
  • Naruto: Aboubacar 2x
  • Baby-foot: Skandre et Zakaria
  • Mario Kart : Denis
  • nidhogg : Zakaria
  • Rocket League: Soufiane et Paul-Henri Mathieu
  • StikBold: Kais
  • Street fighter: Mariam
  • Mega Coin squad : Soufiane
  • Vidéo ball: Paul Henri et Soufiane
Share

Genre et mixité dans l’espace jeu vidéo

Article un peu spécial pour une fois, nous laissons la main à Colin Sidre, qui nous livre son impression et son point de vue sur le jeu vidéo dans notre bibliothèque :

Dans le cadre d’un stage de trois semaines réalisé à la bibliothèque Václav Havel, j’ai pu réfléchir à la problématique du genre et du jeu vidéo, et à la question de la mixité dans l’espace jeu vidéo de la bibliothèque. Cet article est un retour sur plusieurs réflexions que j’ai pu mener, et propositions que j’ai pu faire à l’établissement.

Les dernières années ont vu se multiplier les questionnements sur la question du genre dans le jeu vidéo, en particulier les réflexions sur la place des femmes dans les jeux et dans l’industrie. Dans un très gros dossier paru en ligne il y a quelques années, la blogueuse et développeuse Mar_Lard mettait l’accent sur l’importance du sexisme dans les communautés de joueurs, ou dans la manière dont les créateurs de jeux vidéo dépeignent leurs personnages féminins. Ces thématiques restent encore largement d’actualité aujourd’hui : les derniers mois ont vu de vastes campagnes de harcèlement en ligne être lancées, aux États-Unis, contre des développeuses ou des critiques qui réfléchissent à la place des femmes dans le jeu vidéo.

Lire la suite

Share

Expérimentez le jeu vidéo

Voilà maintenant un peu plus d’un an que la bibliothèque a ouvert ses portes. Attendu au tournant sur les jeux vidéo, nous avons développé tout un tas d’animations et de partenariats sans vraiment rentrer dans un thème précis. C’est aujourd’hui chose faite avec le cycle, deux points, ouvrez les guillemets Expérimentez le jeu vidéo.

012201221859674-c2-photo-oYToxOntzOjU6ImNvbG9yIjtzOjU6IndoaXRlIjt9-fiche-jeux-cheval-poney-mon-haras

Vous ne tirerez rien de bon de cette expérience par exemple

 

Le cycle aura pour but d’appréhender le jeu vidéo sous un autre angle, en montrant la diversité des créations et en offrant des perspectives différentes.
Ce coup-ci, on va moins jouer (un peu tout de même faut pas déconner), on va plus parler, tester, théoriser, échanger ensemble.

De fin janvier à fin mars la bibliothèque accueillera différents intervenants, pour des thématiques variées. Nous aurons une Masterclass autour de la pratique du Speedrun (c’est quoi ce mot barbare ?), une conférence intitulée « Jouer un peu, beaucoup, beaucoup trop », une exposition jouable (je vous avais dit qu’on jouerait) des étudiants de Isart Digital et nous finirons avec les jeux alternatifs du collectif Alineaire (que nous avons déjà reçu à la bibliothèque il y a quelques mois).

Et la bonne nouvelle dans tout ça, c’est que c’est gratuit !

Venez, on va se marrer.

Share

Journal de bord d’une mission au Rwanda #2

P1050833

Ca y est la formation a commencé, je suis soulagée de voir l’intérêt porté au jeu vidéo malgré le manque de moyens qui existe ici et qu’il faut avoir à l’esprit.
Nous avons passé la première partie de la formation : discussions autour du jeu, visionnage de vidéos de jeux, partage autour des expériences ! Demain nous commençons à travailler sur le cas du Rwanda et du Kenya : comment mettre tout ça en place avec les moyens et les contraintes locales.

Il y a beaucoup d’enjeux concernant le jeu vidéo, des enjeux que j’aurais du mal à avoir totalement en tête car je ne reste pas assez longtemps. Je suis très intriguée par le rapport des jeunes aux jeux  ici : pour le moment je comprends qu’il y a un attrait très fort pour les jeux sur téléphone. Je crois aussi comprendre que beaucoup n’ont jamais joué sur une console de salon, il faudra donc tout montrer aux joueurs des bibliothèques.
L’IFR (l’Institut français au Rwanda) propose des jeux hors les murs avec des tablettes. Je pense que c’est une bonne entrée en matière, via des cellules mobiles : des malles (Ipad & livres) et des animateurs partent en province pour donner accès aux livres et aux tablettes.  Comme les enfants n’ont souvent jamais utilisé une tablette, c’est une découverte totale ! Le travail de médiation est au rendez-vous, ainsi que la formation des bibliothécaires sur place à l’animation … Bref, un vaste programme de diffusion de contenus et de savoirs faire ! Je suis séduite par cette formule qui s’apparente à la BHLM mais avec une portée professionnelle/de formation.

J’ai aussi appris que le gouvernement rwandais prévoit d’équiper les écoliers en matériel informatique quel que soit le milieu social. C’est de bon augure pour le développement de l’accès au jeu vidéo.

Sinon, j’ai mangé de la prune du Japon : c’est bon et en plus c’est joli ! Un fruit découvert à presque 30 ans, ça vous transporte forcément… 

Je vous mets un photo bien floue de Kigali la nuit : en vrai c’est très beau, mon appareil et moi on gère mal la photo de nuit. On a qu’a dire que c’est une photo artistique 🙂

 

Share

Journal de bord d’une mission au Rwanda #1

Préambule

Après être partie l’an dernier à la Réunion, Mélanie, responsable du pôle Jeux vidéo à la bibliothèque, a été sollicitée par l’Institut français du Rwanda pour les aider à monter un service de jeux vidéo qui réponde à l’environnement local. 

Comme elle nous manque, elle a promis de nous écrire tous les jours…. La voilà arrivée à Kigali !

——-

Juste un petit mail  pour vous raconter ma folle journée d’hier !
J’ai préparé la formation avec la bibliothécaire en charge du dossier. Nous avons pas mal travaillé à la Bibliothèque nationale du Rwanda, un beau bâtiment qui fuit pendant les orages (ça m’en rappelle un autre :))
Nous avons du coup, vous vous en doutez, eu le droit à un superbe orage tropical. Ça dure 2 minutes, on n’y voit plus rien tellement il pleut et puis ça s’arrête comme c’est arrivé. Etonnant !

P1050808

J’ai aussi pris mon premier taxi-moto, c’est assez drôle, mais je crois que toute seule je n’y arriverais pas : il n’y a pas d’indication sur les routes, pas de panneaux, il faut expliquer au conducteur (qui ne parle pas toujours français ou anglais) ou on va et puis il faut négocier le prix parce qu’on paye plus cher quand on est blanc ! Sur les routes il y a de drôles de minuteurs au dessus des feux de circulation, ils annoncent combien de temps ça va rester rouge ! je n’avais jamais vu des choses comme ça … ça me plait bien !

Il y a des peintures sur les murs des magasins pour représenter le commerce : des visages pour les coiffeurs, des marques pour les magasins de nourritures … c’est assez joli, ça met de la couleur. 

Ici, on fait tout en transport, je n’ai donc pas encore eu le temps de photographier, mais ça va venir !

La ville est d’une propreté hallucinante, il n’y a rien qui traine, pas un papier… Fumer n’a pas l’air de trop se faire, du coup il faut demander avant de fumer… donc peut de mégots par terre !
il y a aussi une loi qui me plait bien : les sacs plastiques sont interdits sur le territoire !
Le soir nous avons mangé éthiopien, inutile de dire que je me suis régalée. C’était l’occasion d’apprendre que si j’ai mal à la tête depuis mon arrivée c’est simplement que nous sommes en altitude, du coup il n’y a rien à faire, ça passera ou pas ! Tout est sur des collines (bien plus hautes que ce qu’on appellerait une colline) d’où le surnom du pays : le pays au mille collines... C’est très beau, la ville est accrochée aux collines, tout est vallonné !

P1050809

Bref, j’ai envie d’en savoir plus et surtout d’en voir plus … On me promet des moments de promenade mais pour le moment, je commence ma formation aujourd’hui ! 

Mélanie

Share

Êtes-vous un expert en jeux vidéo d’horreur ?

Quand tous les ouvrages de Junji Itô ont été empruntés, quoi de mieux qu’un bon jeu vidéo pour vivre le grand frisson de la manière la plus immersive possible ? En grande partie dominé par le genre survival-horror, le catalogue horrifique vidéoludique est aussi vaste qu’hétéroclite. Vous pensez être un spécialiste de l’épouvante virtuelle ? Tentez notre quizz et calculez vos résultats pour découvrir si vous méritez vraiment votre licence ès épouvantologie !

 

 

Alors,  « Êtes-vous un expert en jeux vidéo d’horreur ? ». La réponse après le clic !

 Vous trouverez les solutions dans la suite de l’article. Lire la suite

Share

Des jeux sur smartphone pour bronzer à la plage !

Cela fait quelque temps que je n’ai pas écrit sur le blog de la bibliothèque. Manque de temps et d’envie entre autre.
Il est temps de s’y remettre et de parler un peu jeux vidéo sur mobile cette fois-ci. Après tout c’est les vacances (et puis ça vous servira dans le métro à la rentrée tiens !).

toshiba-android-tablette

Android, c’est bien.

 

Lire la suite

Share

Journal de bord d’une mission à Maurice J#4

Après avoir perdu la totalité de mon travail sur la semaine (et dû tout recommencer), j’ai le plaisir de partager avec vous le début de mon angine ! Non, cela ne pouvait pas se passer sans problèmes !

Nous avons pas mal avancé : politique documentaire, imagination d’une forme de gestion du service public, début de réflexion autour des animations … Le projet prend une forme qui me plait beaucoup, je crois qu’on pourra dire que ce sont une collection et un service co-construits avec des usagers, si tout se passe bien !
L’idée, pour le moment, c’est d’aller chercher le savoir-faire à l’extérieur et de proposer un lieu d’animations ponctuelles au sein de l’Institut Français à Maurice.
Comme je vous le disais précédemment, le jeu vidéo n’est pas quelque chose de très bien vu ici et on pense que des joueurs voudront bénéficier d’une forme d’institutionnalisation via l’IFM. Reste à imaginer la forme et trouver les forces vives …

Pour le moment tout cela reste vague car nous n’en sommes qu’au projet et c’est à l’équipe de prendre le relais et d’en faire quelque chose qui lui ressemble, mais j’ai hâte (même si je n’y serai pas) de savoir ce que toutes ces réflexions vont devenir. C’est assez exaltant de se dire qu’on vous a invité pour trouver des solutions, que votre regard de professionnel peut compter. On l’a déjà vécu lors de colloques et autres mais là c’est une immersion, quelque chose de bien différent : il faut s’adapter et comprendre vite les enjeux …

Instant mondanité : je vais assister à une pièce de théâtre demain soir à l’IFM, et samedi je pars visiter Mahébourg, une ville dans le sud, proche de l’aéroport. Je ne sais donc pas s’il y aura un autre mail mais je vais essayer demain soir en rentrant.

Ci-jointe, la photo d’un oiseau dont je ne connais pas le nom, que je trouve superbe et que j’ai croisé au bord de l’océan ce matin.

zoizo

 

Share

Journal de bord d’une mission à Maurice J#3

On a visité des lieux de vente de jeux vidéo : des surprises et des choses étonnantes !

Tout d’abord la question du piratage est assez importante, et le plus impressionnant c’est à quel point c’est visible. On entre dans une boutique on regarde les jeux en vitrines, on parle des prix et des titres disponibles… Et puis on lève le nez et là des caisse pleines de jeux PC copiés en vente libre ou à la demande (nous a-t-on expliqué).

C’est étonnant de voir que ce système a pignon sur rue. Que doit-on en penser ? après moultes discussions avec des personnes de l’IFM (Institut Francais Mauricien) j’apprends qu’ici le jeux vidéo est un luxe, les jeux sont très chers par rapport aux salaires moyens, le piratage permet de vendre à des prix abordables des titres que peu de personnes pourraient s’offrir. C’est aussi pour ça que le développement du jeu vidéo à l’IFM pourrait être important : donner accès au plus grand nombre !

Ensuite ce qui me marque l’esprit c’est la présence récurrente de consoles assez anciennes ; du peu de jeux disponibles au catalogue (non piraté) et aussi le fait que les jeux sont majoritairement en anglais (même si multilingue pour beaucoup).
Bien que la langue nationale soit l’anglais (que tout le monde parle ici), je n’ai entendu parler que créole ou français, alors pourquoi des jeux en anglais ? Pourquoi ne pas se fournir en jeux en français ?
En discutant avec un vendeur on apprend que bizarrement à Maurice, sur les forums, les échanges entre joueurs se font en anglais et que ses clients demandent très souvent des jeux en anglais : du coup il se fournit en conséquence !

Sinon je rencontre pleins de gens super, je goûte pleins de truc exotiques (l’événement de la journée c’est la cacahuète bouillie, si c’est très bon…)

Image1

To be continued.

Share

Journal de bord d’une mission à Maurice J#2

 Un petit mot pour la deuxième journée  :

  • Beaucoup de réflexions en cours autour de l’utilisation et de la mise en valeur d’un espace de jeux ponctuel : comment associer les usagers à la création de cet espace ? Comment mettre en valeur ou créer des associations autour du jeu ?
  • On a pas mal visité Rose-Hill, la ville où se trouve l’Institut : c’est assez délabré mais très étonnant comme endroit ! Beaucoup de lieux de culte de toutes sortes (temples, églises, mosquées) : on m’explique qu’ici la population est très religieuse.
  • Je discute beaucoup avec le directeur de la bibliothèque, il me fait volontiers visiter, m’explique comment tout ça fonctionne.
  • Ici tout le monde parle en français et en créole, assez déroutant … Je n’ai pas l’impression d’être à l’étranger, je pourrais très bien être dans un DOM, un TOM. Alors que pourtant la langue nationale est l’anglais ! D’ailleurs tous les panneaux sont en anglais…
  • Je découvre aussi que la population d’origine chinoise est très présente à Maurice. Du coup, beaucoup de restaurant chinois 🙂

Rosehill

To be continued.

Share

Journal de bord d’une mission à Maurice J#1

Préambule

Mélanie, responsable du pôle Jeux vidéo à la bibliothèque Vaclav-Havel, a été sollicitée par l’Institut français de Rose-Hill à l’Île Maurice. Le but est de les aider à monter un service de jeux vidéo qui réponde à l’environnement local. 

Elle nous envoie tous les jours un billet de ses aventures… 

Jour 1 

P10

C’est étonnant de voir à quel point le contexte peut être important même pour un service aussi léger que le jeu vidéo.
D’abord, il m’a fallu comprendre que le marché local est saturé de jeux vidéo pirates et que par conséquent les acquisitions ne pourront probablement pas se faire ici. Le premier jour a consisté à creuser la piste d’achat sur un autre territoire.

Je prends mieux conscience que, si le montage du projet à Vaclav Havel n’a pas été simple, nous n’avions pas de difficultés liées à un contexte extérieur au monde des bibliothèques.
Alors qu’ici, se pose un double problème : faire avec le fonctionnement du marché local et les réticences / inquiétudes des Mauriciens.
Par exemple, ici les seuls endroits pour jouer aux jeux vidéo en dehors de chez soi sont des lieux pas très attirants… Ce qui fait que le jeu vidéo est assez mal vu de manière générale.

To be continued. 

 

Share

Du jeu vidéo à l’école ?

Le pôle Jeux vidéo de la bibliothèque Vaclav Havel met en place un partenariat avec le collège Aimé Césaire, voisin de la bibliothèque.

Il s’agit d’une animation pour une classe de 5e SEGPA (Section d’Enseignement Général et Professionnel Adapté) qui a débuté le 30 Mai .
Les élèves ont pu découvrir des jeux vidéo au traitement narratif exigeant d’eux des efforts d’imagination durant 3 séances dans leur CDI avec 3 bibliothécaires, la documentaliste et le professeur de français. L’objectif était pour eux de mettre des mots sur leur expérience, de rendre un travail écrit se basant sur des jeux auxquels ils ont peu l’habitude de jouer (Journey, The unfinshed swan, Trine 2 et Rayman Origins).

Ces matinées nous permettent d’établir un premier contact avec une partie de notre futur public adolescent qui est un des axes forts de la future bibliothèque. Dès la rentrée prochaine, nous espérons poursuivre ces rencontres , à la bibliothèque même, avec d’autres classes sur d’autres thèmes, étant donné les bons retours d’expériences des élèves et du personnel d’éducation.

 

Des exemples de jeux proposés :

Journey
Image de prévisualisation YouTube

The Unfished swan
Image de prévisualisation YouTube

Trine 2
Image de prévisualisation YouTube

Share

C’est quoi un MOBA ?

MMORPG, FPS, TPS, MOBA, RPG, STR… vous ne comprenez pas ces mots avec trop de consonnes ? S’agit-il de dénominations administratives, de simples sigles médicaux ou bien parle-t-on de jeux vidéo ? Si la dernière proposition est bien la bonne, encore faut-il savoir ce que ces abréviations signifient. Décorticage !

Lire la suite

Share

Y a t il un bibliothécaire dans la salle ?

Dans le précédent article, nous vous parlions de la façon dont le projet s’est construit. Maintenant que la date fatidique approche (celle où nous allons emménager pour de vrai dans nos locaux !!!), il est temps de rentrer dans le vif du sujet.

De cette salle, on vous a déjà dit des petites choses :

Oui, mais comment ça se passera ?

Installation de l’espace

On a le luxe d’avoir une bibliothèque prévue avec du jeu vidéo, donc un espace isolé : on pourra jouer sans le regard en coin du bibliothécaire qui vous dira « Chuuuuut » pour ne pas gêner les autres ! Comme la salle a de belles parois vitrées, elle sera bien visible et fera à elle-même sa propre pub. 

D’accord, au vu de la photo, il faut avoir une grande capacité à se projeter dans le temps, mais nous n’avons pas de photo plus récente !

Lire la suite

Share

Retour sur investissement ?

Y a pas à dire, les jeux vidéo sont à la mode dans la petite sphère des bibliothécaires ! Alors même qu’on en est encore qu’au stade des déclarations d’intention, on nous sollicite pour présenter notre projet. Puisqu’on a été le faire à Reims ou Villeurbanne, on peut aussi en causer ici 😉

Ce projet  a commencé à se dessiner au fond d’une petite salle au dernier étage d’une bibliothèque du 5e arrondissement, un moche mois de juillet 2011.

 

Lire la suite

Share