Retour sur investissement ?

Y a pas à dire, les jeux vidéo sont à la mode dans la petite sphère des bibliothécaires ! Alors même qu’on en est encore qu’au stade des déclarations d’intention, on nous sollicite pour présenter notre projet. Puisqu’on a été le faire à Reims ou Villeurbanne, on peut aussi en causer ici 😉

Ce projet  a commencé à se dessiner au fond d’une petite salle au dernier étage d’une bibliothèque du 5e arrondissement, un moche mois de juillet 2011.

 

Lire la suite

Share

Comprendre le PEGI.

Bien souvent méconnu du grand public, le PEGI ( Pan European Game Information) est pourtant essentiel à notre consommation de jeux vidéo.
Alors comment fonctionne ce système ? Petite piqûre de rappel avant vos achats de Noël.

Comprendre que tout les jeux vidéo ne sont pas à mettre entre toutes les mains est déjà un premier pas dans la médiation autour du support.

Le PEGI est un système de classification pour les jeux vidéo mis en place en Avril 2003 par l’ ISFE (Interactive Sofware Federation of Europe). Le PEGI est officiellement adopté par 30 pays en Europe même si d’autres pays comme le Canada et l’Afrique du Sud le reconnaissent et  l’utilisent également. Il existe d’autres systèmes de classement propres à chaque pays comme en Allemagne qui utilise le système USK 
Le système utilise deux classements, un pour l’âge avec des couleurs et un deuxième par type de contenu en noir et blanc. Tous ces logos sont apposés sur les boîtes de jeux vidéo,  peu importe le support de jeu.

Lire la suite

Share

Les Journées Mondiales du Jeu Vidéo 2012, à quoi tu joues ?

Et oui Jamy, dès ce week-end c’est les Journées Mondiales du Jeux Vidéo, l’occasion de faire la fête autour de notre média favori, de faire chauffer les consoles et d’user et d’abuser de notre imagination !

Les JMJV 2012 comme fer de lance de la promotion du jeux vidéo en France.

Il ne faut pas se tromper, aujourd’hui en France le jeu vidéo reste encore une activité marginale et mal perçue. Beaucoup de mauvaise presse et d’évènements sordides lui collent aux pixels. Cette fête qui durera trois jours sera l’occasion de redorer l’image et de montrer que le jeu vidéo, c’est avant tout un moment de partage, de découverte et de convivialité, n’en déplaise à certains.

 

Que faire à Paris ?

De notre côté, nous nous associons avec les bibliothèques Louise Michel et Marguerite Duras pour vous proposer une après-midi de jeu à la bibliothèque Marguerite Duras. Seront disponibles en accès libre, 2 Wii, 2 Xbox 360 et 2 PS3 ainsi qu’une vingtaine de jeux. Vos premiers pas pourront être accompagnés par les bibliothécaires, pour les plus néophytes d’entre vous.  Le rendez-vous est fixé de 14h à 18h30 à la médiathèque Marguerite Duras, au 115 rue de Bagnolet (75020) où nous vous attendons nombreux.

Un bon nombre d’évènements est déjà recensé sur le site officiel des JMJV ou Facebook  et Twitter , des concerts, des conférences et des animations en tout genre sont proposés sur le weekend, il y a de quoi s’amuser ! 

 

Share

MadmoiZerg, des filles jolies comme des Zergling !

On le sait tous, les filles ça sait pas jouer aux jeux vidéo, ça fait n’importe quoi en appuyant sur tous les boutons et de toute façon les jeux c’est pour les hommes, les mecs, les vrais ! Passé le cliché machiste récurrent des dernières années, on peut enfin ouvrir les yeux et arrêter de penser que les filles ne jouent qu’à Farmville et Nintendogs.

Oui, toi qui nous lis sur ce blog, tu as bien lu, nous allons parler des filles dans les jeux vidéo et dans l’E-Sport. Elles se font peut-être moins entendre, mais elles se regroupent et s’organisent.
L’occasion pour nous de parler des MadmoiZerg, communauté féminine française de Starcraft 2.

Lire la suite

Share

Quand le jeu vidéo s’invite dans votre boisson !

Voici quelques mois qu’un endroit étrange a ouvert dans Paris. Fait exceptionnel pour nous que de faire de la promotion pour un bar, mais celui-ci vaut le détour.
Un lieu de rencontre et de partage où l’on peut s’adonner aux jeux vidéo sans se prendre la tête, participer gratuitement à des tournois ou bien être simple spectateur tout en buvant une bonne mousse, bienvenue au MELTDOWN.


Lire la suite

Share

La section Jeux vidéo, c’est qui ? Pourquoi ?

A la bibliothèque Václav Havel, il y a une section jeux vidéo. Improbable, impensable et incroyable. Comment choisissons-nous nos jeux ? Pourquoi un type de consoles plutôt qu’un autre ? Qui se cache derrière le masque ? Devra-t-on chuchoter en jouant ? Toutes ces questions que vous pouvez vous poser et qui vous empêchent de dormir la nuit ne méritent-elles pas des réponses ? Quelles sont les raisons qui nous poussent à proposer ce service ? Les points qui suivent vous détaillent notre conception du service que nous vous proposerons.

Bienvenue dans notre univers, celui des pixels, des « frags », du « skill », du plaisir et du partage avant tout.

Lire la suite

Share

« Evil is back ! » La saga Diablo – 3

Après nos chroniques précédentes (1 et 2), il est temps de parler concrètement de Diablo III.
« Enfin ! » diront certains… Oui je vous vois les deux du fond !

Diablo III n’est pas un mauvais jeu, loin de là. Seulement il ne mérite pas de s’appeler Diablo III.

On retrouve toutes les composantes du jeu, l’univers, les personnages, l’ambiance… Mais il manque quelque chose, vous savez ce petit quelque chose qui fait que vous ressentez de l’émotion, un frisson et que vous avez des étoiles dans les yeux quand vous parlez de quelque chose parce que vous y avez mis de votre temps et de la passion. Dans le chapitre précédent j’abordais le fait que beaucoup de jeux se sont simplifiés ces dernières années afin de toucher le plus grand nombre. Cette démocratisation du jeu vidéo est une bonne chose : on a vu apparaître de nouveaux genres comme les Party Game, (« mais il parle quand de Diablo III bordel ! ») et les jeux sur smartphone notamment.

Lire la suite

Share

« Evil is back ! » La saga Diablo – 2

Intérieur Jour. Une salle de réunion en Californie. Nous sommes en 2007.

Tout le personnel de Blizzard s’est réuni pour parler de Diablo III, les développeurs frissonnent, les artistes affutent leur crayon. De nombreuses idées sont lancées.

La porte de la salle s’ouvre lentement, dans l’entrebâillement se dresse un homme. Un grand type en costume sombre, le genre de mec qu’on croise dans les grandes tours administratives au dernier étage section comptabilité, avec un regard qui en dit long sur son côté fun. Même les mouches s’arrêtent de voler…

Des chuchotements font écho de tous les côtés de la salle.

– C’est qui ce type ? chuchote Michel.

– Mais t’es con ou quoi, c’est le mec d’Activision, celui avec qui on a fusionné, lui répond Roger.

Le type s’approche de la table, ouvre son attaché-case et dépose  une liasse de documents sur la table. Après avoir regardé en long en large et en travers toutes les personnes présentes dans la salle, le type sort en refermant doucement la porte par laquelle il était entré.

S’ensuit un « Ouf » de soulagement collectif. Michel s’approche alors de la pile de documents laissés par le sombre type (l’histoire révélera qu’il a inspiré le fameux cliché du comptable). Michel après une rapide lecture du document, releva la tête et lâcha cette fameuse maxime : « What The Fuck ! »

Chapitre II : Le début de la chute

Retour en 2004. Une bombe vient de tomber. Roulement de tambour…. World of Warcraft, ou WoW pour les intimes. Blizzard dépoussière l’univers des MMORPG (Massively Multiplayer Online Role Playing Games/ Jeux de Rôle Massivement Multijoueur), en proposant ce qu’aucun jeu en ligne ne propose alors. Carton planétaire ! Ce qui aura pour but de démocratiser le jeux vidéo et, revers de la médaille, de montrer qu’une exposition aux jeux vidéo peut rendre violent, asocial, dépendant (blablabla).

Avec WoW, arrive une nouvelle race de joueurs. Les « Kevin » ou « Kikoulol ». Mais si, vous voyez de qui je veux parler. Kevin a entre 12 et 17 ans, son passe temps favori ce sont les jeux vidéo. Il n’a aucun recul, ni même une réflexion ainsi qu’un goût non modéré pour le langage SMS et la ponctuation abusive .

Exemple 1 : « Oh put1 tro bi1, c karement stylé WOW. Mdr !!!!!!!!!! »

Exemple 2 : « Put1 j’arive pa c tro dur se jeu ya pa dé code ????????????Lol XD »

World of Trololo, ça marche aussi.  Lire la suite

Share

« Evil is back ! » La saga Diablo – 1

Ces dernières semaines l’arrivée d’un certain Diablo III a mis en émoi la planète jeux vidéo. Douze ans d’attente pour cette suite sont-ils justifiés ?

Certains crient au scandale, d’autres au génie. Pourquoi tant de controverse et d’acharnement ? Pour cela il faut revenir  quinze ans en arrière.

Chapitre I : Les origines

Nous sommes en 1997, beaucoup de jeux se démarquent à cette époque par leur style novateur, et certaines franchises démarrent lors de cette année, Tomb raider, Age of Empire pour ne citer qu’eux.  Arrive sur le marché un OVNI, Diablo.

Le concept est simple : Une Porte, Un Monstre, Un Trésor. On améliore son personnage grâce à l’équipement et à l’expérience récoltée en tuant les monstres. Blizzard invente le principe du Hack & Slash, à tel point qu’on parlera de Diablo-like pour les autres jeux du genre (au même titre qu’un GTA-Like, Doom-Like). Nous en parlerons sans doute dans un prochain billet.

L’histoire ne casse pas trois pattes à un démon, dans un village isolé du nom de Tristram des démons surgissent de la chapelle, et comme vous êtes le vaillant héros qui passait par là, vous décidez de descendre voir ce qui s’y passe…  De grands problèmes de logement doivent toucher les enfers puisque le Seigneur des Ténèbres, Diablo, a décidé de venir s’installer ici avec tout ses copains avant d’aller envahir le monde.

Put your hands up for Diablo ! Lire la suite
Share