Cultures urbaines : demandez le programme !

« Ambiance scandale, danse de vandales
Sent d’où vient la chaleur
Gloire à l’art de rue
DJ, Breaker, Bboy, Graffeur, Beatbox
Jusqu’au bout art de rue !  » Fonky family – Art de Rue

Cultures urbaines, Kézako ?

entrée

Des graffitis partout dans l’quartier !

Tout commence dans les années 80. Inspiré par les States, de par sa mixité sociale et sa densité, le quartier de la Chapelle devient un important foyer de cultures urbaines : Graffiti, Rap, Slam, Hip-hop, Human beatbox, Danses urbaines, Street art,  les disciplines sont nombreuses !

La rue devient à la fois le lieu d’expression et la source d’expression des artistes de ses différentes disciplines : pas. Les valeurs ? Respect, partage et échange. Pas de séparation avec le public qu’ils touchent, le contact est direct et authentique.

L’objectif de notre cycle est de faire découvrir un éventail de toutes ces disciplines qui font parties de l’identité de notre quartier et même de les pratiquer. Qui sait, il y a peut être une Bgirl ou un Bboy qui sommeille en vous !

Image de prévisualisation YouTube

 

Démonstration et initiation Glisse

Samedi 17 septembre à 15h30

skate

Paris18 en force ! Les skaters sont dans la place !

Venez découvrir le monde de la glisse avec l’Espace Glisse Paris 18, le plus grand skate park couvert en France dédié au roller, au skate, au BMX et à la trottinette.

 

Balade Street art

Samedi 24 septembre à 15h30

Parcours

Kashink et Vhils

Vous ne voyez pas la différence entre un graff et les dessins de votre petit cousin ? Entre un blaze et un tag ? Vous avez envie de connaître un peu les spots street art du quartier ?

Venez vous balader avec nous pour vous initier au genre à travers les œuvres du quartier La Chapelle !

 

Initiation au Parkour

Samedi 1er octobre à 15h30

parkour

YOLO !!! Yamakasi style !

Le parkour est une activité physique qui se pratique dans un milieu urbain et qui consiste à franchir des obstacles grâce à la course, le saut, l’escalade, etc. L’association Parkour Paris vous proposera une initiation à ce sport extrême !

Dans la limite des douze places disponibles, à partir de 10 ans

 

La Naissance du hip-hop en France

Rencontre avec Vincent Piolet

Samedi 8 octobre à 15h30

regarde-ta-jeunesse-dans-les-yeux

Rap commercial, rap conscient, rap gangsta ou rap hardcore… Tout le monde connait aujourd’hui ce style musical. Parfois cliché et dans tous les cas assimilé aux habitants des « quartiers ». Vincent Piolet nous ramène 40 ans en arrière, date à laquelle des « frenchies » découvrent le Hip-Hop d’Ice T et les block party d’Africa Bambaataa aux États-Unis. Commence l’odyssée alors du rap en France. Un seul mot d’ordre pour cette rencontre « Peace, love, unity and having fun » !

Entrée libre dans la limite des places disponibles

 

Ateliers Graff

Samedi 15 octobre à 14h

Seth One

Seth One

Avec l’artiste Seth One : initiation au graffiti sur papier

puis sur le logiciel Friispray !

Samedi 22 octobre à 13h

Toujours avec Seth One, réalisation d’une œuvre collective sur toile !

 

Initiation au human Beatbox

Samedi 5 novembre à 14h

human beatbox

L’école du micro d’argent

Le Human Beatbox consiste à imiter des instruments de musique, principalement les percussions grâce à sa voix. Cet art vocal existe dans de nombreux pays et se pratique à cappella.

Paul Vignes qui organise des Jam Session Beatbox au centre Barbara Fleury Goutte d’or proposera une démonstration suivie d’une initiation à cette performance.

Atelier adressé aux personnes entre 10 et 25 ans

 

Tournoi Just Dance et Sing Star spécial Hip-Hop !

Samedi 5 novembre à 16h

hip hop dance

Venez danser, chanter et bouger au rythme des sons rap, hip hop et funk !

Sur inscription, à partir de 8 ans

That’s all, folks ! Et retrouvez toutes nos animations et ateliers dans Que faire à Paris !

Share

Le conte de la princesse Kaguya

Adapté du conte traditionnel japonais du coupeur de bambou, le conte de la princesse Kaguya est d’abord une prouesse technique et visuelle. Le trait au fusain, alternant courbes délicates et angles nerveux, insuffle une véritable vie aux personnages comme au monde qui les entoure, tandis que certains plans évoquent les rouleaux peints du Japon de l’ère Heian (794-1185), où le conte se déroule. Seul bémol à une réalisation autrement sans faille : la musique, les ritournelles de Joe Hisaishi se montrant parfois un brin envahissantes là où de sobres accords de harpe koto ou une comptine suffisent amplement à souligner l’action… Le doublage, cependant, est de qualité, en tous cas dans la version japonaise qu’on recommandera pour une plus grande immersion dans ce contexte historique particulier.

 

La course de Kaguya : un trait tourmenté à l’unisson du personnage qu’il anime…

 

Mais Kaguya est aussi riche et travaillé dans son fond que dans sa forme. La trame du conte est respectée et si certains ont reproché au film sa longueur (plus de deux heures), aucune scène n’est de trop pour dépeindre, au fil des saisons, le parcours d’une héroïne complexe, tiraillée entre nature et culture, nostalgie de l’insouciance enfantine et nécessité de grandir et d’affronter le monde. Le film prend le risque de ne livrer aucune interprétation « clé en main » de l’intrigue et du personnage principal, ce qui, loin d’être rédhibitoire, est en fait un atout laissant à chacun la liberté de se faire sa propre vision de l’histoire.

 

Le conte de la princesse Kaguya est donc un très grand film d’animation prouvant encore une fois le talent de son réalisateur Isao Takahata, hélas trop souvent resté dans l’ombre de son condisciple Hayao Miyazaki aux yeux du grand public. C’est le moment ou jamais de réparer cette injustice, et peut-être, de découvrir ou redécouvrir ses autres œuvres !

 

Un trailer vaut mille mots :

Image de prévisualisation YouTube

Dans notre fonds :

Films et séries de Isao Takahata :

Goshu le violoncelliste.

Kié, la petite peste.

Le tombeau des lucioles.

Heidi.

Horus, prince du soleil.

Panda, petit panda.

Sur le conte de la princesse Kaguya :

Kaguya, princesse au clair de lune.

Le conte du coupeur de bambous, traduction de René Sieffert.

Agathe

Share

Les Journées Mondiales du Jeu Vidéo 2012, à quoi tu joues ?

Et oui Jamy, dès ce week-end c’est les Journées Mondiales du Jeux Vidéo, l’occasion de faire la fête autour de notre média favori, de faire chauffer les consoles et d’user et d’abuser de notre imagination !

Les JMJV 2012 comme fer de lance de la promotion du jeux vidéo en France.

Il ne faut pas se tromper, aujourd’hui en France le jeu vidéo reste encore une activité marginale et mal perçue. Beaucoup de mauvaise presse et d’évènements sordides lui collent aux pixels. Cette fête qui durera trois jours sera l’occasion de redorer l’image et de montrer que le jeu vidéo, c’est avant tout un moment de partage, de découverte et de convivialité, n’en déplaise à certains.

 

Que faire à Paris ?

De notre côté, nous nous associons avec les bibliothèques Louise Michel et Marguerite Duras pour vous proposer une après-midi de jeu à la bibliothèque Marguerite Duras. Seront disponibles en accès libre, 2 Wii, 2 Xbox 360 et 2 PS3 ainsi qu’une vingtaine de jeux. Vos premiers pas pourront être accompagnés par les bibliothécaires, pour les plus néophytes d’entre vous.  Le rendez-vous est fixé de 14h à 18h30 à la médiathèque Marguerite Duras, au 115 rue de Bagnolet (75020) où nous vous attendons nombreux.

Un bon nombre d’évènements est déjà recensé sur le site officiel des JMJV ou Facebook  et Twitter , des concerts, des conférences et des animations en tout genre sont proposés sur le weekend, il y a de quoi s’amuser ! 

 

Share