La recette miracle d’un partenariat réussi !

Ingrédients :

 Recette :

  • Se monter en association et lui donner le nom évocateur de Citératures : installer progressivement les enfants en littérature (en créant on fait des ratures) et inscrire la littérature dans la cité.
  • Se réunir une fois par mois dans une librairie de quartier pour monter des projets autour de la littérature jeunesse.
  • Inviter une auteur-illustratrice à travailler tout au long de l’année avec plusieurs classes mais aussi avec les adultes de l’association pour apprendre à créer des histoires.

AV

  • Se former (en dehors de son temps de travail !) à l’analyse d’albums, apprendre à conter et plein d’autres choses autour de l’album…
  • Proposer aux élèves des lectures à voix haute en librairie avec leurs parents le samedi matin régulièrement (les premières séances, les enseignants lisent puis les enfants prennent le relais)

 

  • Créer un livre avec un jeune illustrateur, qui sera donné à chaque enfant, vendu en librairie et empruntable à la bibliothèque.

 

  • Proposer des chocolats littéraires dans les classes car les élèves sont trop jeunes pour le café mais assez grand pour débattre sur les livres.
  • Organiser une grande fête à la bibliothèque avec l’exposition des travaux des élèves sur l’année, proposer des ateliers tout l’après-midi et inviter les parents de toutes les écoles.

 

Cabane

 

  • N’avoir jamais vu autant de monde au 2e étage de la bibliothèque !

 

cabane2

Share

A la découverte des romans Jeunesse.

Notre collègue Clément de la section jeunesse, vous propose aujourd’hui de découvrir quelques romans disponibles pour notre plus jeune public dès l’ouverture de la bibliothèque.

Image de prévisualisation YouTube

Vous pouvez retrouver ses autres billets par ici et par !

Share

L’ode à La Fontaine

J’ai voulu mettre en valeur nos collections de manière amusante. Je me suis dit qu’en mettant un titre à côté d’un autre, cela pouvait être rigolo, comme J’aime la galette (de Martine Bourre) suivi de Maman, Maman j’ai mal au ventre (de Charlip).

Trouvant cela drôle, mais n’osant en parler trop depuis que cette idée géniale a germé de mon cerveau le 12 février 2012 (soit 2 semaines après mon recrutement), j’ai décidé de recopier un à un sur des post-it les références que nous avons achetées en Jeunesse, puis de les mélanger au hasard.

« J’avais une chance sur 3 milliards pour obtenir un texte cohérent » m’a dit René du service financier. Merci à lui. Etant particulièrement en veine depuis que j’ai réussi mon concours de la Ville de Paris le 25 janvier 2012, j’ai voulu tenter ma chance et j’ai commencé à écrire au rythme de 10 par jour (les références, pas mes listes de courses).

Ne voulant pas être découvert (car les bonnes idées doivent parfois rester cachées pour être heureuses), je le faisais sur ma pause-déjeuner, à l’insu de mes collègues. J’ai donc découpé en 3 les paquets de 100 post-it et j’ai écris des deux côtés pour faire des économies et pas trop de bobo à la planète.

D’ailleurs, j’ai demandé des post-it partout où je passais. J’ai pu ainsi faire économiser à la DAC l’achat de 10 paquets grâce à la complicité de ma copine Maryse du 8ème gauche de Morland. Merci à elle. Pour conclure, il ne m’a fallu que 271,4 jours pour remplir les 13 paquets et demi nécessaires pour écrire les 8 142 titres de nos livres et dvd acquis en Jeunesse ! J’ai bien montré que je n’ai pas chômé et que j’ai bien mérité ma titularisation.

————–

Clément

 

Share