Le nouveau cru des mots nouvellement entrés dans les dictionnaires en 2014, qui l’eût dit?

Cédant à la bien-pensance, j’ai acheté un smartphone low-cost afin que je puisse texter tout le temps à mes admiratrices. J’ai donc enfilé mon plus beau collant et ma plus belle veste de velours côtelé, qui est le vêtement le plus transgénérationnel qui soit et le plus utilisé dans l’interprofession des écrivains comme moi. Je décide d’ouvrir mon génie à l’itinérance et d’écrire dans la rue pour libérer ma créativité. Grâce à la puissance de mon inspiration et de la 4G, je vais faire de ma balade un micro-blog à succès.

Je descends. Paf, en bas de chez moi, je rencontre un graffeur au travail. Je lui parle des poubelles jaunes, il me parle des siennes, de mon travail, du sien, de mon chien, du sien, puis il me dit dans son langage fleuri : « T’es hénaurme, toi avec tes bas-culottesIl faut en faire des caisses mon pote avec ton téléphone si tu veux être un jour palmé à Cannes. Va voir mon ami Chacarron un patenteux hors pair. » Je le remercie et réfléchit. À quoi bon le génie ? César ou rien ! Je veux être goncourable et quitter à jamais le sort des traîneux. Et pour clasher avec mon ancienne identité et être le plus modeux des écrivains, je vais donc voir l’ami en question deux pas plus loin, au niveau de la poubelle verte, et lui confie mon téléphone. Il part dans l’arrière-cour et se met à le bourrasser bruyamment  et il revient tout souriant : « je te l’ai customisé avec des LED toutes cheloues qui clignotent dès que passe une bombasse, car pour être un vrai kéké, il te faut plaire aussi aux nanas ! Paie-moi maintenant mon choupinet. » Je lui tends mon portefeuille, il me rend un ticket de métro usagé, me disant qu’il est plein de PCB. Et moi le cœur et la poche allégés, je vous agende l’année prochaine pour les nouvelles entrées dans le dictionnaire, ce qui laisse le temps à Chacarron d’enrichir son vocabulaire et de découvrir les consonnes.

Clément

Share

L’Etrange cas Origami Yoda / Tom Angleberger

Yoda est le maître à penser de plusieurs générations de fans de Star Wars…  Est il aussi efficace en marionnette origami ? C’est justement la question que se pose Tommy. En effet son pote Dennis, un peu simplet et totalement looser, depuis qu’il a sa marionnette au bout du doigt, donne de vrais bons conseils voire prédit l’avenir. Il devient le centre d’intérêt de tout le collège et chacun de spéculer sur ses pouvoirs ou sur une arnaque intégrale ! Pour connaître la vérité lire ce livre tu dois ! Et en bonus les conseils de Dennis tu as pour fabriquer ton propre maître Yoda !

Et si ce genre d’humour tu aimes, journal d’un dégonflé devrait te plaire aussi… Car contrairement à ce qu’on veut nous faire croire dans Twilight, les ados dans la vraie vie ressemblent plus à Dennis et à ses potes qu’à des créatures sublimes !

Chrystelle– Responsable section Jeunesse.

Share

L’Inde dans nos collections – suite

Voici une  petite exploration de l’univers indien qui sera présent dans nos collections, pour compléter le premier billet déjà écrit sur la littérature indienne.

Littérature :

La colère des aubergines de Bulbul Sharma

Voici des nouvelles qui donnent faim et qui se laissent doucement dévorer.

Ces nouvelles évoquent des plats ou de la nourriture et se terminent toutes par les recettes évoquées. Cela ressemble à des instantanés de vie indienne, des mariages arrangés aux fameux voyages en train, des repas de fêtes (mariage, diwali) aux  rites funéraires ancestraux … Des histoires de femmes et de familles, dans la tradition hindou.

Bulbul Sharma a aussi écrit Mes sacrées tantes que nous aurons également dans nos collections.

 

Lire la suite

Share

Retour sur investissement ?

Y a pas à dire, les jeux vidéo sont à la mode dans la petite sphère des bibliothécaires ! Alors même qu’on en est encore qu’au stade des déclarations d’intention, on nous sollicite pour présenter notre projet. Puisqu’on a été le faire à Reims ou Villeurbanne, on peut aussi en causer ici 😉

Ce projet  a commencé à se dessiner au fond d’une petite salle au dernier étage d’une bibliothèque du 5e arrondissement, un moche mois de juillet 2011.

 

Lire la suite

Share

L’ode à La Fontaine

J’ai voulu mettre en valeur nos collections de manière amusante. Je me suis dit qu’en mettant un titre à côté d’un autre, cela pouvait être rigolo, comme J’aime la galette (de Martine Bourre) suivi de Maman, Maman j’ai mal au ventre (de Charlip).

Trouvant cela drôle, mais n’osant en parler trop depuis que cette idée géniale a germé de mon cerveau le 12 février 2012 (soit 2 semaines après mon recrutement), j’ai décidé de recopier un à un sur des post-it les références que nous avons achetées en Jeunesse, puis de les mélanger au hasard.

« J’avais une chance sur 3 milliards pour obtenir un texte cohérent » m’a dit René du service financier. Merci à lui. Etant particulièrement en veine depuis que j’ai réussi mon concours de la Ville de Paris le 25 janvier 2012, j’ai voulu tenter ma chance et j’ai commencé à écrire au rythme de 10 par jour (les références, pas mes listes de courses).

Ne voulant pas être découvert (car les bonnes idées doivent parfois rester cachées pour être heureuses), je le faisais sur ma pause-déjeuner, à l’insu de mes collègues. J’ai donc découpé en 3 les paquets de 100 post-it et j’ai écris des deux côtés pour faire des économies et pas trop de bobo à la planète.

D’ailleurs, j’ai demandé des post-it partout où je passais. J’ai pu ainsi faire économiser à la DAC l’achat de 10 paquets grâce à la complicité de ma copine Maryse du 8ème gauche de Morland. Merci à elle. Pour conclure, il ne m’a fallu que 271,4 jours pour remplir les 13 paquets et demi nécessaires pour écrire les 8 142 titres de nos livres et dvd acquis en Jeunesse ! J’ai bien montré que je n’ai pas chômé et que j’ai bien mérité ma titularisation.

————–

Clément

 

Share

Petite ode aux mots nouveaux entrés dans le dictionnaire Robert depuis 2009

Spectators watching Brazil national football team train at Dobsonville Stadium 2010-06-03 4

Vuvuzuela

Reclus dans mon écohabitat déconstructiviste, bien à l’abri des secoués[1] utilisant leur ordiphone aussi discrètement que les vuvuzelas lors de la coupe du monde de football, moi votre chaouch de la langue de Molière , je vais enfin pouvoir m’adonner à la sérendipité et élever au rang d’art le scrap-booking des mots que je récolte ici et là et que je mets dans mon dictionnaire personnel.

Smoothie

Dans mon Robert intime, il n’y a pas beaucoup de place pour la bientraitance. Par exemple je m’élève contre les métrosexuels, ces geeks bling-bling et ces cacous plein de peps qui font tourner la tête aux cougars et aux cagoles. Ces types-là boulèguent tant et tant qu’ils en arrivent à ne manger qu’un burrito, une bruschetta, au pire une guédille quand leur vaine suractivité chronophage le leur permet. Lire la suite

Share

L’Inde dans les collections de la bibli ! (épisode 1)

Dans un articles très intéressant, la revue Hommes et Migration souligne à quel point l’Île de France est une région d’accueil privilégiée pour les populations indiennes et pakistanaises. Le nord de Paris est particulièrement concerné par ce phénomène (et notamment les quartiers de La Chapelle et de Gare du Nord). Les rédacteur de l’article soulignent que même si la diaspora indo-pakistanaise est rendue « reconnaissable » par quelques traits distinctifs, ces populations restent globalement assez mal connues.

Fête de Ganesh dans le XVIIIe arrondissement (2007)

La bibliothèque Václav Havel, située au cœur du quartier La Chapelle (75018) aura, nous l’espérons, à répondre aux attentes d’une partie de cette population originaire d’Inde et du Pakistan. C’est pourquoi nous nous sommes dit qu’il serait intéressant de proposer à nos futurs usagers des livres d’auteurs indiens. Lire la suite

Share

L’énigme du retour, Dany Laferrière (prix médicis 2009)

L’avant dernier livre de Dany Laferrière est un livre dont le titre semble faire un clin d’oeil au Cahier d’un retour en pays natal d’Aimé Césaire.

Cette « énigme » qui propulsa l’auteur sur les routes d’Haïti est un prétexte. C’est elle qui l’a poussé à revenir en Haïti pour retrouvé sur son île natale les traces de son passé familial. Par mots interposés, Laferrière fait de nous des compagnons de voyage. Dès lors, nous sommes emportés par les paroles d’un conteur formidable qui redécouvre son île et sa famille après 32 ans d’exil.

Ce retour aux sources de l’exilé politique gronde tout au long des pages comme un torrent. On sort marqué de son récit dont on sent bien qu’il a été pris sur le vif et qu’il dépeint des émotions elles aussi à vif. Il est difficile d’imaginer l’impensable isolement d’Haïti … Lire la suite

Share