Xavier à la ferme

Image de prévisualisation YouTube
 
Comment dire ? Je ne suis pas très objective, j’ai aimé tous ses films… Je suis donc allée au cinéma hier soir avec un a priori très favorable. Je savais que son film était une adaptation théâtrale*, un thriller qui se démarquait de ce qu’il a réalisé auparavant. Et je n’ai pas été déçue. On retrouve sa caméra, son visage en gros plan, cette langue fleurie. Tom à la ferme est d’abord très silencieux, puis les personnages se déploient, s’épaississent, jusqu’à ne plus savoir qui manipule qui, qui est dupe de qui.

Tom arrive dans une ferme vide, dans la famille de son défunt compagnon. Il est le seul « ami » à être venu pour les funérailles. La mère espérait Sarah, la petite amie fantasmagorique et fantasmée. Le frère est le seul à savoir qui est Tom et utilise intimidation et violence pour contraindre celui-ci au silence. Peu à peu, Tom s’installe dans leur vie et dans ce mensonge.

Je suis sortie de la salle aussi commotionnée que Tom avec un seul petit regret : la B.O. que j’ai trouvée peu présente. Le morceau A new error de Moderat** qu’il avait choisi pour Laurence Anyways était une belle découverte :

Image de prévisualisation YouTube

Bien sûr nous avons tous ses précédents films à la bibliothèque !
Laurence Anyways avec le sublime Melvil Poupaud,
– Le troublant Les amours imaginaires,
– Et le premier, celui qui m’a le plus retournée : J’ai tué ma mère,

Et même si tout est emprunté, vous pouvez toujours les réserver !

Caroline

* Tom à la ferme de Michel Marc Bouchard est disponible à la bibliothèque Oscar Wilde (20ème).

** A new error de Moderat, excellent groupe de musique électronique qui rassemble les membres de Apparat et Modeselektor, est disponible notamment à Robert Sabatier (18ème).

Share